Entrez dans la surface #12 – Le Ballon d’Or, récompense ultime

Crédit : Sébastien Boué / L’Equipe

Pour les footeux qui s’ignorent ou les footix en devenir.

C’est un Croate ! Peut-être pas celui que tout le monde voulait, certes. Car le nom du vainqueur a et va diviser les opinions. On connaît enfin le nom du lauréat du Ballon d’Or, récompense qui met en avant le meilleur joueur de l’année civile. En cette année 2018, en cette année de finale de coupe du monde entre la Croatie et la France, c’est Luka Modric qui ramène le trophée à la maison. Le palmarès fera sans doute débat puisqu’aucun champion du monde en titre n’a été récompensé, le premier se situant sur la dernière marche du podium. Antoine Griezmann termine troisième devant Kylian Mbappé, et seulement une septième place pour le Madrilène Raphaël Varane qui a remporté la coupe du monde et la Ligue des champions.

C’est au Grand Palais (Paris) que s’est déroulée la cérémonie où ont été remis les trophées de la meilleure joueuse, du meilleur joueur, et du meilleur joueur de moins de 21 ans (Trophée Kopa).

Les Français à l’initiative

Et on peut dire que les Français sont novateurs en matière de compétition. Après avoir crée la Coupe du monde et mis en place la première Coupe d’Europe, c’est le magazine France Football qui a mis au point le trophée du Ballon d’Or. D’abord restreint aux joueurs européens évoluant en Europe, puis uniquement ceux jouant en Europe, le trophée est depuis 2007 attribué au meilleur joueur de l’année, toutes nationalités confondues. Entre 2010 et 2016, le trophée a fusionné avec le meilleur joueur FIFA, avant que France Football n’en reprenne l’exclusivité il y a deux ans.

Lire >>> Luka Modric est sacré Ballon d’Or !

L’histoire de ce ballon d’or a donc bien évolué. Ils étaient 16 votants à élire le premier Ballon d’Or en 1956. Ils sont en 2018 désormais 180 journalistes (un par pays) à avoir choisi pour les hommes et 45 pour les joueuses. A noter que c’est la première fois dans l’histoire de cette récompense qu’un ballon d’or féminin a été décerné. La Lyonnaise et Norvégienne Ada Hegerberg marque donc de son crampon l’histoire de ce trophée.

Un système de points a été mis en place pour départager tous les nommés : 6 pour le premier, 4 pour le 2e, et ainsi de suite. 15 femmes et 30 hommes prétendaient à la consécration ultime.  Les ex-aequo sont départagés par le nombre de premières places. La répartition des votes est visible dès aujourd’hui dans le nouveau numéro de France Football.

 

 

Pour le prix Kopa, 33 anciens gagnants du Ballon d’Or ont été contactés pour élire le meilleur joueur de moins de 21 ans parmi une liste de 10 noms. Ils ont établi un podium, aussi selon un système de points (6 / 4 et 1 points). Kylian Mbappé remporte donc le premier trophée de cette catégorie qui vient d’être inaugurée.

Pour choisir leur meilleur joueur, les votants tiennent compte de l’importance de celui-ci pour son équipe, du rang jusqu’auquel a été son club dans les grandes compétitions européennes ou le nombre de titres remportés. Cette année est synonyme de grand changement puisque c’est la première fois depuis 2007 et un certain Kaka que ni Lionel Messi, ni Cristiano Ronaldo ne remporte le trophée.

Premier sacre pour un Croate

Avec ce ballon d’or entre les mains, Luka Modric devient le premier Croate sacré, tandis que seul Davor Suker, lui aussi joueur du Real Madrid à l’époque, avait terminé deuxième en 1998. Le demi-finaliste a déjà remporté cette année le prix FIFA du meilleur joueur.

Dur dur d’être un défenseur quand on veut exister dans ce palmarès. Les Allemands Franz Beckenbauer (1972 et 1976) et Matthias Sammer (1996), ainsi que l’Italien Fabio Cannavaro (2006) sont les seuls à ce poste à avoir été élu meilleur joueur de l’année. Pire pour les gardiens puisque Lev Yachine (URSS) est le seul à l’avoir remporté … en 1963. On pense ainsi à l’Allemand Manuel Neuer, champion du monde en 2014, qui n’avait pas été élu cette même année. Des statistiques qui font émettre l’idée à Bixente Lizarazu qu’il faudrait créer des récompenses selon le poste du joueur …

Qu’importe le résultat final du ballon d’or, rare sont les joueurs qui mettent tout le monde d’accord. Une chose est sûre, c’est que la médiatisation du football féminin commence peu à peu à émerger mais qu’il reste encore beaucoup à faire. Beaucoup à faire quand on interroge en anglais une Norvégienne qui évolue à Lyon depuis 2014 et qui parle parfaitement bien français. Beaucoup à faire quand on lui demande si elle sait twerker. Donc beaucoup à faire à l’approche de la Coupe du monde féminine qui se déroulera en France à l’été 2019.

 

A propos de l'auteur

#teamgardien

Poster un commentaire

libero felis fringilla sed luctus vulputate, eget leo. Donec odio dolor non