Entrez dans la surface #4 – C’était l’Olympico

crédit photo : jeunes footeux

Pour les footeux qui s’ignorent ou les footix en devenir.

Oui le sport est magnifique, oui le football est formidable, mais encore plus quand on comprend l’émulation autour de certaines rencontres. Les matchs entre Lyon et Marseille sont de cette catégorie. De ceux auxquels on pense toute la semaine, de ceux qu’on se doit de gagner, d’abord pour l’égo, ensuite car on a des amis dans l’autre camp. Oui, tu auras remarqué que le supporter s’inclut dans l’équipe en utilisant le pronom « on ». Question d’appartenance, d’habitude et de passion. Après tout, l’écusson du club est sur son cœur.

Les rencontres entre ces deux clubs sont devenues un classique de la Ligue 1 car ces équipes se ressemblent autant qu’elles se détestent. On revient pour vous sur les enjeux  de ces matchs après la victoire de Lyon dimanche dernier (4-2).

Un nouveau classique en Ligue 1

Il y a le “clasico” entre Paris et  Marseille. Il y a aussi le match entre les deux olympiques de Lyon et Marseille, appelé l’Olympico, parce que c’est plus classe en espagnol. Marseille et Lyon, c’est d’abord un même trajet en direction de Marne la Vallée à bord du TGV Ouigo. Un trajet qui se veut identique pour tenter de concurrencer le rival parisien et ses titres de champion de France depuis l’arrivée des Qataris. Monaco a réussi, pourquoi pas ces deux clubs ?

Lire aussi >>> 100 % fan part à la rencontre du Café Commerce de l’OL.

Et quoi de mieux que deux frères ennemis que la moitié de leur nom rassemble pourtant pour s’envoyer le ballon dans les pieds. Chacune des équipes porte le nom “olympique” dans l’intitulé de son club, dénigrant par la même occasion la légitimité du rival. Et rivalité il y a d’autant plus que chaque saison les deux équipes se font du coude à coude pour être sur le podium. Dernier exemple en date : la saison passée où un point les séparait. Un point pour obtenir la qualification en Ligue des champions et donc le prestige de la plus grande compétition européenne … et l’argent qui va avec. Lyon s’est emparé de la troisième place, laissant Marseille en Ligue europa.

Lire aussi >>> Entrez dans la surface #2 – La Ligue 1 dans nos cœurs.

La bataille des titres est tout aussi féroce. Lyon a remporté le championnat de France de 2002 à 2008 tandis que Marseille qui a fait le doublé Championnat – Coupe de la Ligue n’avait pas obtenu le trophée de Ligue 1 depuis 1993.

Un match dans le match

Du prestige, il en est beaucoup question. Alors imaginez quand Marseille joue une finale de Ligue europa au Groupama Stadium de … Lyon ! Humiliation ultime pour les Lyonnais si l’OM avait remporté la coupe. D’ailleurs, les supporters marseillais s’étaient donnés à cœur joie de créer un chant en l’honneur de Jean-Michel Aulas, le président du club de Lyon.

 

 

Comme-ci la douce animosité entre les supporters ne suffisait pas, les présidents des clubs et les entraîneurs alimentent la rivalité à coup de déclarations interposées. Le match retour au Vélodrome en mars dernier a été pour le moins houleux, Adil Rami (OM) et Anthony Lopes (OL) s’étant pris à partie en fin de match. La commission de discipline s’était donc saisie de ces incidents et chaque protagoniste commentait un peu plus les décisions prises par la commission. Des polémiques, il en était d’ailleurs question dimanche avec le flyer distribué dans le virage lyonnais par le groupe de supporters des Bad Gones (OL) qui portait atteinte au club marseillais. Le président lyonnais se réserve la possibilité de porter plainte après ce tract “odieux”. Cette ambiance autour des matchs rend désormais de plus en plus compliqué le déplacement des supporters de l’équipe adverse : les Marseillais en ont été interdits par arrêté préfectoral pour le match de dimanche.

La rivalité des deux clubs est d’autant plus forte qu’elle se traduit même en équipe de France. Certains joueurs marseillais ou lyonnais ont parfois été in extremis appelés par le sélectionneur Didier Deschamps, -bien évidemment- à tort selon les supporters, puisque le joueur de son club mérite bien plus que le voisin. Ainsi, Nabil Fékir et Alexandre Lacazette (respectivement joueur et ancien joueur de Lyon) étaient et sont en concurrence avec Dimitri Payet ou Florian Thauvin pour une place d’attaquant en Équipe de France. Lors du dernier mondial russe, Payet (OM), s’est blessé lors de la finale d’Europa League, ce qui a mis fin au débat puisque Thauvin et Fékir ont tous les deux été sélectionnés.

Lire aussi >>> L’interview de René Malleville : l’OM à coeur ouvert.

Alors imagine l’humiliation ultime quand un joueur va jouer dans l’autre équipe. Tout n’a en effet pas été facile pour Mathieu Valbuena, d’abord joueur de l’OM de 2006 à 2014 et qui a quitté le club les larmes aux yeux, parti en Russie au Dynamo Moscou pendant deux ans puis de retour en France à Lyon de 2015 à 2017. Ce transfert a été vécu comme une trahison par les supporters marseillais du fait de l’importance du joueur pour le club, puisqu’il a notamment qualifié l’OM pour un quart de finale de la Ligue des champions en 2012.

 

Crédit : les-transferts.com

Crédit : MadeInFOOT

 

Lire aussi >>> OL-OM : Les notes du match

Alors oui, il y a tous les à-cotés d’un match, mais il y a bien sûr le jeu. Celui qui dans n’importe quelle circonstance nous fait se lever du canapé. Que ce soit selon la rage de vaincre ou de dépit. En dernier lieu, la “clim” mise par Nabil Fékir au Vélodrome en mars 2018. Et oui on parle bien de clim car le joueur a littéralement mis un froid dans tout le stade.

Mais comment parler de ces deux clubs sans mentionner le match 5-5 de 2009 ? Le genre de match qu’on ne voit pas souvent et qui fait complètement perdre la tête. À consommer sans modération.

 

A propos de l'auteur

#teamgardien

Poster un commentaire

dictum Donec leo. justo ante. venenatis, velit, porta.