Entrez dans la surface #8 – Le clasico à la française

Pour les footeux qui s’ignorent ou les footix en devenir

Un classico ça ne se joue pas, ça se gagne. C’est ce qu’auront certainement en tête les joueurs de l’OM et du PSG lorsqu’ils entreront dimanche soir sur le terrain. Nous voilà donc plongés dans le bain de ce match entre les deux frères ennemis du football français. Et encore, peut-être qu’on ne peut même pas parler de « frères ». C’est l’histoire d’une rivalité entre deux clubs. Le club de la capitale contre la province marseillaise. Le trafic parisien contre le vieux port ensoleillé. Deux villes, deux parties de la France, deux stades. Où tout se joue.

Le “classique” à la française

Mais si on commençait par les fondamentaux, par le nom donné à cette rencontre. Alors, on a déjà parlé du match entre l’OM et l’OL, appelé l’Olympico, mais entre Marseille et Paris, rien ne donne « classico », qu’on écrit d’ailleurs avec un ou deux « s ». Ce nom a été emprunté à nos voisins espagnols qui désignent le « classico », ou le “classique” en français, comme le match se jouant entre le Real Madrid et Barcelone. Chaque saison voit s’affronter ces équipes au minimum deux fois en championnat, sans oublier d’éventuelles rencontres en coupes nationales.

Lire aussi >>> Entrez dans la surface #4 – C’était l’Olympico

Les matchs entre l’OM et le PSG peuvent aussi avoir des répercussions sur l’avis de supporters d’autres clubs. Certains supporters français vont donc soutenir un de ces deux clubs par détestation de l’autre. Allez savoir pourquoi.

Ces rencontres, qui se déroulent généralement au stade Orange Vélodrome de Marseille fin octobre – courant novembre et au Parc des Princes de Paris entre février et octobre, dans le cadre de la Ligue 1, sont des matchs à forte tension pour les forces de l’ordre. A tel point que le préfet des Bouches-du-Rhône n’autorise plus la venue d’ultras parisiens – groupe de supporters – depuis la saison 2014-2015.

Stade comble pour un match qui promet

Chaque équipe joue donc dans un stade qui lui est entièrement dédié, lors des rencontres de Ligue 1, et l’ambiance dans les stades est parfois sujette à certaines moqueries sur les réseaux sociaux. La folie des supporters marseillais, avec en tête ce tifo géant dans tout le stade sous l’ère Bielsa, contre les quelques tifos du côté parisien. A savoir que les tifos sont soit des drapeaux géants portés par les supporters dans une tribune ou soit la formation d’une affiche géante via un papier que chaque supporter lève.

 

 

Mais un match se joue sur le terrain, avec un peu de communication avant les matchs, à coup de déclarations interposées dans les médias. Et le moindre qu’on puisse dire, c’est que les dernières années ne réussissent pas au club phocéen puisque la dernière victoire marseillaise remonte à novembre 2011 et une victoire 3-0 sous l’ère Deschamps. Avec des joueurs comme André Ayew, Loïc Rémy ou Jérémy Morel côté marseillais. Pour la boutade, certains disent d’ailleurs que des enfants de CP n’ont toujours pas vu une victoire marseillaise dans un classico.

Deux équipes aux grandes ambitions

La rencontre se joue donc dans les tribunes et sur la pelouse, mais aussi dans les vestiaires, côté palmarès. Paris veut absolument soulever la Ligue des champions, que l’OM a déjà remporté en 1993, un soir de 26 mai. Les Marseillais se vantent d’ailleurs d’être à jamais les premiers à avoir ramené ce trophée en France. Côté championnat cette fois, l’OM en a gagné neuf, le dernier en date étant en 2010 avec ce doublé championnat-coupe, contre sept du côté de la capitale. Dont quatre depuis 2014, sauf en 2017 où la Ligue 1 a été remportée par Monaco. Pareil pour la Coupe de la Ligue avec huit gagnées par les parisiens, dont toutes depuis 2014 et trois pour les Marseillais, avec un triplé successif entre 2010 et 2012. Les Qataris sont donc arrivés en 2011 dans la capitale pour instaurer un nouveau projet dans le club : remporter la Ligue des Champions et être le plus grand club français tandis que l’Américain Frank McCourt est arrivé il y a deux ans à Marseille pour insuffler de nouvelles ambitions. Objectif podium cette saison.

Lire aussi >>> Entrez dans la surface #2 – La Ligue 1 dans nos cœurs

Les jours se ressemblent parfois pour les supporters marseillais. En octobre dernier, à domicile, l’OM menait au score avant l’égalisation (2-2) in extremis d’Edinson Cavani en toute fin de match pour les Parisiens. En février cette fois, où ils se sont rencontrées deux fois à trois jours d’écart pour une rencontre en Ligue 1 et en Coupe de France, les joueurs de Rudi Garcia se sont lourdement inclinés 3-0 dans les deux matchs.

Ce dimanche inaugurera le premier « classico » pour Thomas Tuchel, l’entraineur parisien, qui se déplacera au Vélodrome pour une onzième victoire consécutive. Par la même occasion, le club pourrait égaliser le record de victoire en début de saison de Tottenham (Angleterre) qui date de la saison 1960-1961, tout de même. Qu’importe donc que vous soyez supporter d’une de ces deux équipes, ou non, pourvu qu’on ait du spectacle dans les tribunes et sur le terrain.

A propos de l'auteur

#teamgardien

Poster un commentaire

efficitur. ante. libero. sed commodo elit.