Coupe du monde

Equipe de France : Deschamps trouvera-t-il la recette?

Didier DESCHAMPS

C’est un bien pauvre bilan que les Bleus affichent en ce mois de Juin avec les matchs de la Ligue des Nations. En 4 rencontres, l’équipe de France n’en n’a pas remporté la moindre, 2 nuls et 2 défaites. De quoi soulever les interrogations ?

Cela fait très longtemps que les Bleus  du foot n’avaient pas connu pareille mésaventure. 2 défaites en 2 matchs consécutifs à domicile, et donc un total de zéro victoire en 4 matchs consécutifs.

Des résultats dignes d’une équipe de seconde zone, certainement pas d’une championne du monde en titre. Alors que la campagne du mois de Juin s’achève, il est temps de faire un bilan  et le point à 5 mois de coupe du monde au Qatar.

Les raisons d’un échec

Des mauvais résultats tiennent forcément à une cause ou une autre. Dans le cas des Bleus la plus grande raison avancée est la fatigue. Mais est-ce un argument valable ?

La fatigue, parlons-en

C’est la trouvaille de Guy Stéphan, l’adjoint de Didier Deschamps après le revers au stade de France face aux Danois : la fatigue. Le temps de jeu moyen des joueurs de l’équipe de France ayant débuté les matchs de Ligue des Nations est de 3700 minutes en moyenne, contre environ 3200 minutes pour les autres.

Il apparait donc que dans l’ensemble, les Bleus ont plus joué que leurs autres adversaires. Seulement, il n’y a pas que les joueurs de l’équipe de France qui ont dû jouer beaucoup de matchs cette saison.

Contre la Croatie, les milieux de terrain tricolores ont été baladés par Modric, Brozovic et Kovacic qui cumulent à eux trois plus de12 mille minutes de jeu, surtout Modric qui a joué une finale de Ligue des champions alors qu’il a déjà ses 35 piges.

Des incertitudes renaissent

Parallèlement, Aurélien Tchouameni, l’un des meilleurs français sur ce rassemblement, a joué plus de 55 matchs cette saison, un des nombres les plus élevés.

Cela ne l’a pas empêché d’être frais et d’aligner les bonnes performances. Autant de raisons qui laissent dubitatif quant à l’argument de la fatigue, qui semble être un refuge derrière lequel staff et joueurs réfugient.

Ce rassemblement a fait renaitre les doutes et les questionnements qui semblaient trouver un début de réponse du côté des Bleus. En effet, les belles prestations en Ligue des Nations en Novembre dernier et le système à 3 défenseurs ont très vite laissé place à bien d’incertitudes. Une situation qui a lieu d’inquiéter à quelques mois seulement de la coupe du monde.

Didier Deschamps semble toujours se chercher entre le 3-5-2 et le 4-3-3 qu’il change au rythme des résultats et des prestations de ses joueurs.

En effet, la défaite contre le Danemark a suffi pour convaincre le sélectionneur de repartir sur autre système. Des configurations qui n’ont visiblement pas fait du bien à l’équipe qui a bien du mal à trouver une stabilité dans le jeu.

Des joueurs pas un rendez-vous

Ce rassemblement sonne également comme un rendez-vous manqué par certains joueurs qui avaient clairement une carte à jouer.

C’est le cas de Wissam Ben Yedder, qui affiche toujours des prestations bien pales sous les couleurs nationales. Le capitaine de l’AS Monaco qui carbure fort dans la Principauté, ne trouve toujours le bon bout en sélection.

Avec l’irrégulière présence de Mbappé, le monégasque n’a pas su, ou pu s’imposer comme un joueur qui pourrait compter sur le front de l’attaque.

Dans le même sillage, et dans une moindre mesure, Moussa Diaby, l’attaquant du Bayer Leverkusen, qui manque de tranchant, malgré une bonne pointe de vitesse et quelques combinaisons avec Nkunku.

On n’a pas vu, du moins, comme on l’aurait souhaité, le Lensois Jonathan Clauss. A sa décharge, les changements de systèmes n’ont pas milité en sa faveur.

Mais l’attitude de Deschamps  vis-à-vis du joueur montre les doutes du sélectionneur quant à sa capacité à apporter une solution crédible sur le flanc droit. Pas évident de revoir le Lensois sous les couleurs bleues à la reprise.

Théo Hernandez lui aussi a montré des signes de faiblesse. Même si cela n’est pas de nature à compromettre sa place dans le groupe, celle de titulaire peut-être remise en question, surtout si le joueur ne renverse la tendance.

Des cadres absents

A la décharge de Didier Deschamps, certains joueurs cadres, et pas des moindres manquaient à l’appel sur ce rassemblement. L’absence de Paul Pogba a révélé, comme si besoin en était, l’importance du milieu de terrain dans l’entrejeu tricolore.

Même si Aurélien Tchouameni a rendu de bons services, la percussion, l’impact et la vision de jeu du Mancunien ont cruellement manqué.

Dès le premier match face au Danemark, les Bleus ont dû se séparer de Raphael Varane. Même si le défenseur n’a pas fait une grande saison du côté d’Old Traford, il reste cependant le patron de la défense de l’équipe de France.

Il a des repères solides avec kimpembé qui lui, aura tenu la baraque. On peut en dire autant de Ngolo Kanté pas aidé par les pépins physiques. Néanmoins, c‘était pour d’autres l’opportunité de saisir leurs chances.

Au final, on se rend que bien des cartes restent à distribuer dans cette équipe. Des possibilités pour Ferland  Mendy, pourtant titulaire au Real Madrid, récent champion d’Europe.

Par ailleurs, Griezmann  perd au fil des matchs son influence sur le jeu de l‘équipe. Le natif de Macon semble en perte de vitesse et son statut en équipe de France peut finir par susciter débat.

Giroud, l'absent

Parmi ces absents, on peut bien mentionner Olivier Giroud. L’attaquant du Milan AC a été mis de côté par le sélectionneur qui semble ne plus compter sur le joueur aux 48 buts en équipe de France.

SI Giroud n’est pas un manieur de ballon ou un dribbleur, il reste un finisseur, une option qui aurait peut-être servi Didier Deschamps et Guy Stéphan sur ce rassemblement.

Cela passe presque sous silence aujourd’hui, mais si les Bleus devaient connaitre d’autres contre-performances comme celles de cette fin de saison, la question de Giroud reviendra sur le tapis. Et Deschamps devra justifier la pertinence de ce choix de se priver des services de l’ancien montpelliérain.

Deschamps a-t-il solution ?

Mais au-delà de tout, un constat s’impose quand on considère les prestations de l’équipe de France sous l’ère Deschamps. C’est que les Bleus ont du mal à proposer un jeu léché, huilé.

Et c’est là le problème. La France dispose de joueurs talentueux, une génération de qualité. Mais l’émulation est difficile. La coupe du monde en a été tellement révélatrice. Devant leur incapacité à faire le jeu et à s’imposer face à leurs adversaires-et lesquels encore ? le Pérou et l’Australie notamment- les Bleus ont sorti de leur tirelire leur trouvaille de l’époque, le jeu défensif.

Si cela leur a permis d’aller au bout de la compétition, il n’en demeure pas moins que les Bleus n’avaient pas fait de beaux champions. Deschamps et son staff ont eu 4 années pour rectifier le tir et faire naître quelque chose.

Si la paire Benzema Mbappé semble alléchante, on n’a rien vu derrière à part ce qu’on sait déjà. C’est-à-dire que Pogba reste le maitre incontestable du milieu, avec Ngolo Kanté à ses côtés.

En défense Varane et Kimpembé sont toujours là, mais doivent encore mieux se coordonner. Sur les côtés, cela semble toujours être le désert, surtout à droite.

Bref, à 5 mois de la coupe du monde, l’équipe de France affiche quelques incertitudes qui peuvent logiquement inquiéter.

Une chose est sûre, au Qatar, Deschamps et son staff ne pourront plus brandir l’argument de la fatigue des joueurs.

Dernières publications

En haut