Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?

0
Ligue 1

Je ne vous cache qu’en tant qu’amoureux du football, dormir cette nuit n’a pas été facile. Préparer déjà, pour vous lecteurs assidus de Sport Inside, cette mise en bouche de ce mercredi européen n’a pas été chose aisée. Comment rester dans cette bulle d’amour et de folie offerte en une heure et demie, tout en se projetant sur ce qui nous attend ? Là est tout le charme de ce merveilleux sport qu’est le football.

Allez, clap de fin. Passons aux choses sérieuses. Car nous attend encore ce soir deux matchs qui nous promettent, à leur manières, monts et merveilles…

 

Acte premier : FC Porto – Juventus Turin,

                        Mercredi 22/02, Estadio do Dragao

 Retour sur la scène portugaise ce mercredi soir, après le triomphe de l’opéra Benfiquiste de la semaine dernière. Cette fois, c’est à l’autre grand du pays, le FC Porto, de se mettre en lumière, en espérant toucher la même gloire que son meilleur ennemi rouge.

Cependant, c’est un adversaire surfant sur une toute autre dynamique que les Azul e Branco devront se coltiner ce soir. En effet, la Juve, qui reste sur sept victoires toutes compétitions confondues, s’avance emplie de certitudes et de confiance dans l’antre du Dragon, avec une armada assez impressionnante il faut bien l’avouer, sublimée par le joyau de la couronne, Paulo Dybala, encore auteur d’une sucrerie face au Palermo lors de la dernière journée. Et même si les patrons de la défense Chiellini (incertain) et Bonucci (absent pour procédure disciplinaire) venaient à manquer, gageons que la science tactique de Max Allegri et le talent intrinsèque de la paire Barzagli-Benatia saura faire le travail avec efficacité et sérieux. Pour le reste, cela devrait être du classique. A noter le retour au bercail de l’excellent Alex Sandro du côté du club qui l’a révélé.

Du côté Portista, là aussi le coach Nuno Esprito Santo devrait aussi faire dans le classique. Il faut dire que le FCP, qui reste lui aussi sur sept victoires en Liga Nos, s’est rassuré et a montré lors de ses dernières sorties qu’il montait en puissance, tant défensivement qu’offensivement, notamment avec l’apport de la recrue Tiquinho Soares, arrivée en provenance du Vitoria Guimaraes cet hiver et qui fait déjà fureur (4 buts en 3 matchs, dont un doublé face au Sporting, excusez du peu !). Les seules véritables interrogations tournent de l’éventuelle titularisation de Yacine Brahimi, qui pourrait apporter son art du 1v1 et sa folie technique pour donner le tournis à la défense Bianconeri, en concurrence avec un Hector Herrera bien plus discipliné tactiquement.

 

Compositions probables :

FC PORTO : Casillas – Maxi, Felipe, Marcano, Alex Telles – Danilo – Otavio, Oliver,  Brahimi – André Silva, Tiquinho, Soares

JUVENTUS : Buffon – Lichsteiner, Barzagli, Benatia, Alex Sandro – Khedira, Marchisio – Cuadrado, Dybala, Mandzukic – Higuain

 

L’homme à suivre : Alex Sandro (JUVENTUS)

 

 

Acte 2 : FC Séville -Leicester City FC,

             Mercredi 22/02, Estadio Sanchez Pizjuan

Attaquons nous à ce qui est, peut-être, l’affiche la moins médiatisée et la plus déséquilibrée de ces 8e de finale, opposant un champion en titre anglais en totale perdition depuis la reprise des hostilités en cette saison 2016/2017 (à nuancer cependant sur la scène européenne, je vous l’accorde), et un FC Séville qui a parfaitement su gérer la transition post-Unai Emery, remplacé par celui qui est un peu le chouchou de la rédaction de Sport Inside, l’argentin Jorge Sampaoli, qui depuis son arrivée en terres andalouses poursuit avec succès et fougue le propulsion d’un FC Séville toujours plus haut dans la hiérarchie européenne

Honneur aux locaux. Il va peu dire que les Palanganas effectuent une superbe saison, tant au niveau européen qu’en Liga, où ils figurent actuellement en troisième position, à seulement trois petits points (et deux matchs de plus) du leader madrilène, qui n’a connu la défaite qu’une seule fois cette saison, du côté du Sanchez Pizjuan. De plus, non content de satisfaire les comptables, ce FC Séville fait aussi frémir les amateurs de beau jeu, de romantisme footballistique ; pourrait-il en être autrement pour une équipe qui aligne régulièrement ensemble des Samir Nasri, Steven N’Zonzi, Pablo Sarabia, Stevan Jovetic ou encore Franco El Mudo Vazquez ? Non, assurément. Conjugué au génie bordélique du Mister Sampaoli, Bielsiste devant l’éternel et amateur de flexibilité tactique, ce cocktail détonnant est un vrai vent de fraîcheur dans un football qui tend de plus en plus vers l’uniformité. L’affrontement de ce soir ne devrait pas y faire exception, puisque seuls l’international argentin Gabriel Mercado, suspendu et l’inusable Nicolas Pareja (aine) ne seront pas de la partie.

Pour ce qui est de l’adversaire du soir, nous dirons simplement que la situation de Leicester, champion d’Angleterre en titre est un peu…compliquée. Méconnaissables depuis le début de saison, sauvés en partie par un parcours en poules de LDC quasi parfait (15 points sur 18 possibles), mais à relativiser par le niveau moyen des adversaires présents, les Foxes ont perdu leur éclat, eux qui n’ont plus remporté un match officiel depuis le 7 Janvier. Fond de jeu absent, défaillances individuelles et collectives, manque de réussite, mercato raté…autant d’explications possibles à la situation infernales que vivent aujourd’hui les pensionnaires du King Power Stadium, qui ne possèdent aujourd’hui qu’une seule longueur d’avance sur le premier reléguable, Hull City. C’est donc un rendez-vous à double tranchant que va vivre les supporters de Leicester ; l’air frais de l’Europe va-t-il regonfler cet effectif qui n’a été pourtant délesté que du français N’Golo Kanté, ou une énième défaite pour enfoncer un peu plus le club dans la crise. Seule éclaircie dans la grisaille, Claudio Ranieri pourra compter sur la quasi-totalité de son effectif pour le déplacement en terres ibères, à l’exception d’Islam Slimani, toujours blessé.

 

Compositions probables :

FC SEVILLE : Rico – Mariano, Rami, Lenglet, Escudero – N’Zonzi, Iborra – Nasri, Jovetic, Vasquez – Ben Yedder.

LEICESTER CITY : Schmeichel – Simpson, Huth, Morgan, Fuchs – Gray, Drinkwater, Ndidi, Mahrez – Vardy, Okazaki.

 

L’homme à suivre : Franco Vazquez (FC SEVILLE)

 

Maxence DURAND.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here