“Et si … ” : L’OM et Valère Germain

Tout part de la citation d’une célèbre philosophe du XXe siècle : « Et si je t’avais dit combien je t’aimais mon frère et si on t’avait dit ne baisse pas les bras sur cette Terre. Et si… Tout simplement si. ». On a coutume de dire qu’avec des « si » on peut mettre Paris en bouteille. Avec une séries d’uchronies, WeSportFR vous propose de refaire l’histoire du football si un élément perturbateur du ballon rond avait été différent.

Nous sommes le 16 mai 2018. Nous sommes à Lyon, au Groupama Stadium pour assister à une finale d’Europa League. La 27e de son histoire et celle-ci oppose l’Olympique de Marseille à l’Atlético de Madrid. Les marseillais ne jouent pas à domicile, mais presque. Ils viennent dans le stade d’un club rival pour aller tenter d’aller décrocher un titre européen.

Les supporters marseillais vont s’asseoir sur les sièges du stade des supporters lyonnais et voir leur équipe être à 90 minutes de mettre une nouvelle ligne sur leur fiche Wikipedia : champion d’Europe. Les marseillais se pavanent en clamant qu’ils vont aller la gagner « chez lui ». « Lui », c’est le président de l’OL, Jean-Michel Aulas. Alors, on imagine les joueurs marseillais débarquer dans le salon du logement de JMA dans les Monts d’Or et aller soulever le trophée. Attention aux bibelots quand même. Revenons au match.

Marseille a l’occasion d’être le premier club français à remporter la Ligue des Champions ET l’Europa League (ou Coupe de l’UEFA, pour ceux qui parlent encore en anciens francs et qui disent encore ANPE). Le faire sur le sol lyonnais serait un véritable pied de nez. A jamais les premiers ? Le karma est là, il attend en tribune Est, les bras croisés. Il s’apprête à rendre une sentence irrévocable. On joue la troisième minute.

« Nul, Germain, Nul ! »

Valère Germain est lancé par Dimitri Payet. Il se trouve seul face au portier Jan Oblak. Il veut tenter un petit piqué mais son ballon s’envole dans les airs et semble avoir frôlé un Easy Jet revenu d’une escale à Lisbonne. Les supporters se tiennent la tête. Personne n’arrive à y croire. Dimitri Payet a l’air triste, ah non apparemment il a toujours l’air triste. L’OM ne mène pas au score.

Presque un quart d’heure plus tard, les marseillais jouent un peu à l’arrière. Steve Mandanda contrôle son ballon et l’envoie dans l’axe, en plein dans les jambes de Zambo Anguissa. La camerounais a du mal à contrôler. Il perd pied et voit Antoine Griezmann s’échapper pour faire trembler les filets. L’OM est mené 1-0 à Lyon, le mâconnais fait la danse du « L » de Fortnite.

Nous jouons la 32e minute de jeu. Dimitri Payet est au sol. Il est plus triste que d’habitude. Cette fois, il est en larme. En délicatesse avec sa cuisse depuis quelques semaines, Payet avait tenu à participer à ce combat… Il n’aura tenu qu’une demi-heure… Le réveil de sa blessure le privera de jouer la dernière
heure de jeu… Le réveil de sa blessure le privera de jouer la Coupe du Monde… Le réveil de sa blessure le privera des paillettes humides russes au moment de soulever le plus beau trophée du football mondial…

Pour la suite du match, c’est le karma qui semble avoir tranché. Griezmann doublera la mise avec une petite pichenette au retour des vestiaires. Il fait une nouvelle fois la danse du « L » de Fortnite. Les marseillais ont la tête dans le sable. Ils ne savent pas comment ils vont pouvoir remporter ce match… Comment soulever ce trophée européen. Rudi Garcia griffonne dans son carnet. Il semble avoir terminé sa grille de Sudoku.

Un extérieur du pied de Clinton Njie trouvera le deuxième poteau… de corner. Les marseillais ne peuvent plus rien faire et encaissent même un troisième but par le biais de Gabi à la 89e. L’OM s’incline sur le score de trois à zéro. JMA peut remettre la table basse au milieu de son salon. Les marseillais n’iront pas la gagner chez lui. C’est un grand ouf de soulagement car logistiquement ça aurait difficile d’héberger tout le monde chez lui, et encore plus quand on voit le prix des AirBnb dans le coin.

 

A Double Tranchant

Au-delà de la défaite, ce revers aura un double effet kiss cool pour les marseillais. Le vainqueur de cette compétition a gagné un billet direct pour la prochaine Ligue des Champions. L’Atletico étant déjà qualifié, ce passe-droit est offert au troisième de Ligue 1. Quelques jours plus tard, les marseillais laisseront cette place à l’Olympique Lyonnais.

La suite on la connait. Marseille disputera l’édition 2018/2019 de l’Europa League d’une manière plutôt médiocre. Ils « perdront contre des perdus wolah ». Derniers de leur groupe, les marseillais partiront la tête basse. Rudi Garcia connaîtra une saison chaotique. Des défaites à gogo, des revers face à l’Apollon Limassol, Andrézieux Bouthéon. C’est la crise sur la Cannebière. Des TV sont cassées…

De son côté, l’OL s’offre une victoire sur la pelouse de Manchester City en phase de poule de Ligue des Champions. Les Gônes vont même se qualifier pour les huitièmes de finale de cette même compétition et tenteront d’éliminer le FC Barcelone quelques semaines plus tard. Apparemment, le karma est encore assis en Tribune Est. Dans ce Groupama Stadium, il est toujours toujours là pour eux.

Quelques jours après la finale de l’Europa League, Didier Deschamps ne sélectionne pas Dimitri Payet pour la Coupe du Monde. « Au contraire (il n’a pas dit cette expression, mais c’est pour que vous ayez sa voix en tête pour la suite de la décla), Dimitri aurait été un sérieux candidat pour les 23 sans sa blessure. Il a trois semaines de récupération mais comme c’est mussulaire (oui, mussulaire), ça peut revenir à tout moment. »

A côté de ça, nous avons un Antoine Griezmann qui a réussi à vaincre sa phobie des finales, sur la pelouse de Lyon. Les spectres des finales de Ligue des Champions et d’Euro perdues planaient en ce soir de mai. Il lui a botté les fesses et a réédité cela quelques mois plus tard face à la Croatie en brodant une deuxième étoile au-dessus du coq français.

Valère Germain est devenu (il l’était déjà un peu) un paria à Marseille. Il penserait même régler quelques litiges dans un octogone avec un penseur influent marseillais. Les supporters marseillais n’oublieront jamais les boulettes de Steve Mandanda (même si, apparemment, il en déjà pas mal mangé, des boulettes) et Zambo Anguissa. Kostas Mitroglou. Marseille ne semble pas avoir réussi à sortir la tête de l’eau après cet échec. Et si, Valère Germain avait mieux négocié son face à face à la troisième minute ?

Et si.. Valère Germain avait marqué ?

On jour la troisième minute. Valère Germain est lancé par Dimitri Payet. Il se trouve seul face au portier Jan Oblak. Il réfléchit, lève la tête et tente un crochet. Sa feinte met Oblak dans les choux. Il n’a plus qu’à pousser le cuir au fond des filets. Le Groupama Stadium est en folie ! Personne n’arrive à y croire. Dimitri Payet est heureux. L’OM mène au score. Ce soir, c’est Valère ‘Diego Lionel Cristiano Armando Paulo’ Germain ! Ils ont éventuellement sauvé une télévision !

En pleine confiance, l’OM ne se replie pas. Ils continuent le pressing vers l’avant. L’idée est de planter un second pion. L’idée est, malheureusement, de faire pleurer Antoine Griezmann. Si on peut éviter d’avoir une danse Fortnite ce soir, ça serait cool. Mais il y a plusieurs choses que l’uchronie ne peut pas changer…

Nous jouons la 32e minute de jeu. Dimitri Payet est au sol. Il est plus triste que d’habitude. Cette fois, il est en larme. En délicatesse avec sa cuisse depuis quelques semaines, Payet avait tenu à participer à ce combat… Il n’aura tenu qu’une demi-heure… Le réveil de sa blessure le privera de jouer la dernière heure de jeu… Le réveil de sa blessure le privera de jouer la Coupe du Monde… Le réveil de sa blessure le privera des paillettes humides russes au moment de soulever le plus beau trophée du football mondial…

Mais il ne veut pas miner le moral de son équipe. Il a compris que son cas personnel est fichu pour cet été. Mais il veut que son équipe se batte, pour lui. Il sait que DD ne le convoquera pas. Il sait qu’il ne pourra pas parler de Mykonos avec la présidente croate (il passera le mot à Adil). Il veut être là quand les marseillais soulèveront le trophée de l’Europa League.

Seconde chose que l’uchronie ne pourra pas empêcher : la danse Fortnite. Apparemment, le karma y tenait. Au retour des vestiaires, Antoine Griezmann plonge le Groupama Stadium dans un silence de cathédrale. Ici, pas de pichenette mais un penalty. Puisque Vegedream a décidé qu’il se nommait « Griezmann Penalty », le mâconnais égalise et fait sa fichue danse.

Mais les marseillais ont su montrer durant cette compétition qu’ils ont un mental d’acier. La sortie de Payet aurait pu leur mettre la tête dans le sable et bah non ! L’OM continue de pousser. Tout le monde se prépare à vivre des prolongations, perso je suis allé rechercher un autre paquet de chips (Pringles saveur Barbecue).

Et là…

89e minute, Florian Thauvin déborde sur le côté droit. Il adresse un centre stratosphérique. Ca passe au-dessus de la défense des Colchoneros. Mais une tête saute plus haut que tout le monde. Et cette tête c’est celle d’un attaquant entré à la 74e minute. C’est celle du grec Kostas Mitroglou. Sa barbe et ses cheveux suivent le mouvement vertical de son corps. Le cuir frappe son front et est dévié dans la lucarne d’Oblak !

Mitroglou a du mal à y croire, ses pieds touchent le sol, il n’a pas encore ouvert les yeux mais entend la clameur du stade entier. Il ouvre les yeux et ne bouge pas. Thauvin se jette dans ses bras, suivi d’Adil Rami et Bouna Sarr. Il n’a pas l’air de comprendre. Il regarde où est le ballon. Il l’a fait ! Kostas Mitroglou a redonné l’avantage aux siens, à quelques secondes de la fin de la rencontre.

Il reste quelques minutes, l’OM continue de pousser et ne se contente pas de subir la fin de la rencontre. Clinton Njie tente même un extérieur du pied… totalement raté. Il en rit. Il s’en fiche, dans quelques secondes il sera champion d’Europe ! Le coup de sifflet est donné ! L’Olympique de Marseille l’a gagné chez eux. JMA se demande comment il va pouvoir tous les accueillir « chez lui »…

Euphorie dans les rues de Décines. Euphorie dans les rues de Marseille. L’OM est le premier club français avoir soulevé le trophée de la C1 et de la C3. C’est exceptionnel ! Par la même occasion, les phocéens se qualifient pour la prochaine Ligue des Champions. Marseille remporte l’Europa League 2017/2018 grâce à des buts de Valère Germain et Kostas Mitroglou. L’uchronie part en vrille, là, non ?

Antoine Griezmann a du mal à y croire. C’est le chat noir des finales. Il pleure toutes les larmes de son corps. Il y a un goût d’inachevé dans sa bouche. Et s’il avait terminé son cycle à l’Atlético ? Et s’il était arrivé au bout du bout ? Dans sa tête lui trotte une idée, « La Décisión » doit être prise. Il doit tout d’abord se
ressaisir. Dans quelques semaines, il disputera peut-être une nouvelle finale. Qui sait ?

Le karma a quitté la tribune Est

Evidemment, le destin de l’Olympique de Marseille est totalement différent avec ce titre. Assurés de disputer la prochaine Ligue des Champions, les marseillais ont moins de pression pour la dernière journée de L1. Ils peuvent même effectuer un Mercato de taille. Pour s’armer pour la Ligue des Champions, l’effectif ne bouge presque pas mais se renforce avec Kévin Strootman venu de Rome, Duje Caleta-Car, Jordan Amavi, Nemanja Radonjic et Mario Balotelli, qui signe dès l’été.

Côté lyonnais, les joueurs devront disputer les barrages pour accéder à la Ligue des Champions et porter à quatre le nombre de clubs français dans cette édition. Mais le Mercato leur fût fatal. Nabil Fékir quitte les Gones pour rejoindre Liverpool où il « récupe the ball ». Memphis Depay est reparti à Manchester United. Mariano Diaz est retourné au Real Madrid. Une défaite face à l’Ajax privera les hommes de Bruno Genesio d’une participation en Ligue des Champions. Le technicien lyonnais sera même démis de ses fonctions quelques semaines plus tard.

Pour le tirage au sort des poules de C1, Marseille est donc placé le chapeau 1 avec son statut de vainqueur de l’Europa League. Le tirage au sort est plus ou moins clément : Borussia Dortmund, Ajax Amsterdam et Inter Milan. Gros groupe pour les marseillais. Les olympiens s’imposeront sur la pelouse d’Amsterdam mais s’inclinera à domicile face à Milan et Dortmund. L’OM terminera troisième de son groupe et retrouvera l’Europa League. Comme un éternel recommencement, en seizièmes de finale, ils affronteront Salzbourg.

En championnat, l’OM est en pleine bourre et truste la troisième place de Ligue 1. Dimitri Payet est revenu en forme. En septembre, ils sont revenus gagner chez JMA, mais cette fois face à l’OL. En octobre, ils signent même un exploit : faire tomber le PSG. Balotelli a offert la victoire aux siens au Vélodrome durant cette rencontre. Malheureusement, autre effet de bord, comme Marseille perd peu, les vendeurs de TV sont en faillite sur la Cannebière. Valère Germain a porté trois fois le maillot des Bleus et a marqué à deux reprises. Kostas Mitroglou.

Mais tout ceci n’est qu’uchronie. Valère Germain n’a pas marqué durant cette troisième minute. Marseille a perdu la finale et a coulé… Mais tout aurait été différent s’il avait marqué…

 

Poster un commentaire

eget lectus ut leo. venenatis ut quis,