Etape 16 : Fuglsang, prince des Asturies

Deuxième étape vertigineuse dans les Asturies en ce début de troisième semaine de Vuelta et victoire de Fuglsang au terme d’une étape étrange. Du côté des favoris, Valverde et Quintana perdent du temps sur Roglic. 

 

Ce midi, à Pravia, la tension était à son comble avant cette étape cruciale pour le classement général. Les directeurs de course l’avaient annoncé avant le début de la Vuelta : “celui qui portera le maillot rouge au soir de cette étape aura de fortes chances de le porter à Madrid”. En effet, le tracé de ce lundi 9 septembre avait de quoi donner mal aux jambes aux non-grimpeurs. 144 kilomètres entre Pravia et l’Alto de la Cubilla et trois cols hors normes au programme. Au départ, le Slovène Primoz Roglic était leader du classement général avec 2 minutes 25 d’avance sur Alejandro Valverde et 3 min 42 sur Tadej Pogacar.

La plaine avant la bagarre

Cinquante kilomètres séparaient le départ réel du pied de la première ascension de la journée, le Puerto de San Lorenzo. Très vite, quatre hommes ont pris la poudre d’escampette : Padun (Bahrain Merida), Koch (CCC), Stybar (Deuceunick) et Pedersen (Sunweb). Malgré des qualités de rouleurs indéniables, ils seront repris par un peloton insatisfait à 15 kilomètres du début de l’ascension.  Après une nouvelle bataille acharnée, c’est Cavagna et son coéquipier chez Deuceuninck Knox qui sont sortis avec dans leur roue Seigle (Groupama FDJ) et un certain Padun.

La route s’élève

Le Puerto de San Lorenzo, dix kilomètres à 8.5%, attendait des coureurs à bloc depuis une heure de course. Et il y a eu du grabuge ! Derrière les quatre hommes de tête, un groupe de contre s’est formé avec des coureurs à surveiller comme Bouchard (AG2R), deuxième du classement de la montagne, Fuglsang et Sanchez, coéquipiers de Lopez chez Astana, Erviti (Movista), De Gendt (Lotto Soudal) ou encore Geoghegan Hart (Eneos). Le regroupement se fera à 7.5 kilomètres du sommet. Dans le même temps, le peloton explosait déjà avec une accélération de Lopez faisant sauter des coéquipiers de Roglic qui reviendront avant la fin de la montée. Au sommet Bouchard a pris 10 points devant Madrazo endossant ainsi virtuellement le maillot de meilleur grimpeur. L’avance sur le peloton était de deux minutes et trente secondes.

Une descente et rebelote 

Après un vingtaine de kilomètres de descente et de plaine, les vingt-deux hommes de tête ont entamé la deuxième difficulté de la journée, l’Alto de la Cobertoria (8.3km à 8.2%) avec près de cinq minutes d’avance sur le peloton maillot rouge. A quatre kilomètres du sommet, Brambilla a accéléré dans le groupe des échappés qui perdait quelques unités dans les pentes les plus coriaces. Une fois n’est pas coutume, c’est Bouchard qui est allé prendre les points au sommet devant l’éternel Madrazo. Du côté du peloton, la montée s’est faite à un rythme plutôt faible donné par les coureurs de la Jumbo-Visma, coéquipiers du maillot rouge. L’écart y était de six minutes et trente secondes.

L’arrivée en ligne de mire 

Encore une descente et un peu de plaine avant d’entamer la dernière difficulté de la journée : l’Alto de la Cubilla, 17.8 kilomètres à 6.2% de moyenne. Une pente douce mais longue. L’explication finale pour la victoire d’étape devait donc se faire à vingt coureurs. Les hostilités ont été déclenchées à 9.5 kilomètres de l’arrivée par Luis Leon Sanchez qui s’est isolé avec Knox, Geoghegen Hart, Fuglsang et Brambilla. Puis, au tour de Fuglsang d’attaquer. Seul Brambilla a été capable de sauter dans sa roue. Dans le même temps dans le peloton, qui d’autre que la formation Astana pour accélérer fortement le rythme ? Première victime : Nairo Quintana. A quatre kilomètres de l’arrivée, Jakob Fuglsang est seul en tête, il est pris en chasse par Geoghegen Hart. Côté favoris, Lopez a placé une attaque sous la banderole des cinq kilomètres, facilement suivi par Pogacar, Roglic, Valverde et Majka qui intelligemment a contré tout le monde. La deuxième attaque du Colombien sera fatale à Valverde, incapable de suivre le rythme des autres leaders.

Victoire finale de Fuglsang devant Geoghegen Hart et Sanchez. Au général, Roglic, Pogacar et Lopez reprennent vingt-trois secondes à Valverde, plus de deux minutes et trente secondes à Quintana. Demain, repos bien mérité pour tout le monde.

@TheoPutavy

A propos de l'auteur

Chelsea, OM, Giants, Equipe de France: oui j'aime le bleu. Passionné de sport, je passe tout mon temps libre à regarder du foot (surtout la Premier League), la NFL et le cyclisme. A part ça je suis accessoirement étudiant en L3 de LEMA (Lettres Edition Médias Audiovisuel)-Anglais à la Sorbonne.

Poster un commentaire

elementum Nullam fringilla sed commodo nec felis