Compétitions internationales

Euro 2020 (Gr. C) : l’heure de la confirmation pour l’Ukraine ?

Après une première sortie encourageante contre les Pays-Bas, l’Ukraine défie la Macédoine du Nord avec l’intention de prendre ses premiers points dans cet Euro. Les hommes de Chevtchenko devront faire respecter la hiérarchie face au Petit Poucet de la compétition, emmené par son buteur providentiel Goran Pandev.

 

Après la polémique, l’embellie. Épinglé par les instances européennes pour son maillot comportant des slogans de groupes nationalistes ayant combattu les Soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Ukraine a répondu le week-end dernier, sur le terrain. Loin de se laisser perturber par cet incident d’ordre diplomatique, les coéquipiers d’Oleksandr Zinchenko ont livré une prestation de bonne facture contre l’un des favoris de l’Euro, les Pays-Bas.

 

Une défaite porteuse d’espoir

Menés deux buts à zéro à vingt minutes de la fin contre les coéquipiers de Memphis Depay, les Ukrainiens sont revenus à 2-2 après un bijou de Yarmolenko (75e) et une tête salvatrice de Yaremchuk (79e). Malheureusement pour la 24e nation au classement FIFA, Denzel Dumfries s’est racheté de ses occasions manquées en première période en reprenant victorieusement un centre de Nathan Aké, à cinq minutes du terme. Si les hommes de Chevtchenko sont repartis bredouilles d’Amsterdam, ils ont montré à l’Europe entière qu’ils avaient la capacité de rivaliser avec les meilleurs, eux qui avaient déjà battu l’Espagne fin 2020 (1-0).

 

Un statut à assumer contre la Macédoine du Nord

En face, la Macédoine du Nord a également perdu sa première rencontre contre l’Autriche (3-1), mais a démontré son envie incessante de jouer, malgré son statut de Petit Poucet de la compétition. Si les coéquipiers d’Enis Bardhi ont manqué de liant pour se montrer réellement dangereux devant, les observateurs ont pu admirer une équipe généreuse dans l’effort, déterminée à jouer son va-tout à l’occasion de cet Euro 2020, première compétition majeure de son histoire.

Ce jeudi, les Ukrainiens partiront favoris de cette confrontation. Avec des individualités comme Yaremchuk, Yarmolenko, ou encore Malinovskyi dans leurs rangs, ils disposent de nombreuses armes pour faire mal à cette Macédoine du Nord friable derrière. De par le danger permanent que représente l’association des deux buteurs de Gent et West Ham, ou la densité apportée sur le flanc gauche par des joueurs comme Mykolenko ou Zinchenko, l’Ukraine devrait se créer pléthores d’occasions. À noter que lors de leurs deux seules confrontations à enjeu, à l’occasion des qualifications pour l’Euro 2016, l’Ukraine s’était imposée à deux reprises (0-2, 1-0).

 

S’ils parviennent à emballer cette rencontre déjà décisive pour les deux équipes, les hommes de Chevtchenko devront faire preuve d’autant de pragmatisme que lors de leur première sortie pour ne pas connaître de mésaventure à Bucarest. Charge désormais à cette équipe d’assumer son statut, pour prendre une première option sur la qualification en huitièmes de finale.

 

Crédit photo : AFP

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire