Basketball

Euroleague : l’ASVEL tout sourire

Et de 3 ! L’ASVEL a enchaîné une troisième victoire consécutive, la quatrième en cinq rencontres, en l’emportant à Belgrade, face à l’Etoile Rouge. Un succès de justesse, 81-78, alors que les Villeurbannais avaient fait le plus dur en première période, avant de se relâcher. Fort heureusement, comme souvent ces derniers temps, Norris Cole est sorti de sa boîte pour offrir le 9ème succès en 23 matchs à son équipe. 

Pourtant, l’entame de match ne fut pas emballante, comme souvent avec les Rhodaniens. Ce sont bien les locaux qui ont pris les choses en main dans le premier quart temps, l’ASVEL maintenant le contact grâce à son adresse longue distance (8/9 pour commencer le match !). Mais dans le deuxième quart-temps, les hommes de TJ Parker ont prouvé pourquoi la licence permanente obtenue pour les dix prochaines années n’est pas usurpée. Oui, Villeurbanne n’a pas de superstars, de Mike James, de Shane Larkin, de Nikola Mirotic. Mais le jeu collectif déployé, par séquence, prouve la capacité de ces joueurs à se surpasser. C’est au cœur du second quart qu’ils vont faire plier, une première fois, les Serbes. Avec un jeu de passes bien huilé, les paniers vont pleuvoir de partout. Avec en premier lieu Matthew Strazel, déjà très intéressant mercredi contre Baskonia. Le jeune meneur a encore fait parler la poudre, avec 8pts à 2/4 derrière l’arc. Des paniers importants, au moment où l’ASVEL commençait à appuyer sur l’accélérateur. Puis c’est William Howard, toujours diabolique à 3pts, qui enfonça la tête de l’Etoile Rouge sous l’eau. Amine Noua, qui retrouve peu à peu des sensations après avoir été touché par le coronavirus, y allait lui aussi de son petit tir primé. Et Antoine Diot dans tout ça ? Un vrai chef d’orchestre, capable de diversifier les systèmes pour mettre à mal la défense adverse. L’ancien de Valence a d’ailleurs peut-être livré l’un de ses tous meilleurs matchs d’Euroleague cette saison (14pts à 4/4 à 3pts!).

Photo : Euroleague

15 pts d’avance au cours du second quart, 7 finalement à la mi-temps. Un premier acte de belle facture pour les Villeurbannais. Mais malheureusement, un trou d’air à la reprise, l’ASVEL étant incapable de scorer, va permettre aux hommes de Radonjic de recoller, et même passer devant. Coté visiteurs, personne ne fut capable de prendre les choses en main, que ce soit un David Lighty extrêmement discret, un Guershon Yabusele de retour de blessure, où un Moustapha Fall trop peu concerné. Fort heureusement, les champions de France 2019 contiennent les assauts adversaires pour aborder le dernier quart-temps avec un petit point d’avance.

Suffisant à ce moment là? Difficile à dire. Mais un homme va sortir de sa boîte. Norris Cole, très peu en vue depuis le coup d’envoi va offrir une véritable master class dans un money time de folie. Alors que l’Etoile Rouge tente tant bien que mal de revenir, sous l’impulsion de son duo Corey Walden (17pts – 3asts) – Ognjen Dobric (17pts – 4rbds), le champion NBA 2012 et 2013 avec Miami va prendre les choses en main. Il va tout simplement inscrire 15 de ses 22pts dans le “crunch time”, portant à lui tout seul son équipe ! Fall a inscrit deux shoots important, et puis alorsque Walden avait une nouvelle fois répondu à Cole, William Howard, à 15 secondes du buzzer, est allé chercher un énorme rebond offensif, et Cole s’est de nouveau retrouvé sur la ligne, prenant ses responsabilités alors qu’il aurait pu grignoter l’horloge en écartant pour Antoine Diot. Avec 3pts d’avance à 5 secondes du terme, nul doute que TJ Parker a obligé son équipe à faire faute, ce qu’il avait déjà demandé contre l’Olympiakos, en vain. Têtus comme des mules, ses joueurs ont laissé Jordan Loyd prendre un shoot à 3pts, puis son propre rebond offensif ! Avec une belle tentative de flopping sur le shoot au buzzer, qui n’aura pas dupé les arbitres.

Victoire dans la douleur mais victoire tout de même, pour des Villeurbannais qui se détachent quelque peu des cancres de cette Euroleague. 14ème à l’heure actuelle, l’ASVEL va devoir se retrousser les manches, avec un enchaînement Milan – Bayern – Barça à venir.

Dans les autres rencontres, le CSKA a confirmé sa mauvaise passe actuelle. Toujours au cœur de l’imbroglio Mike James, les Russes ont chuté sur leur parquet face au Bayern Munich. Bien emmenés par Wade Balwin (22pts), les Allemands en ont profité pour consolider leur très belle cinquième place au classement. Attention à ce que cette belle saison qui s’annonçait ne tourne pas en eau de boudin pour le CSKA. Comme en début de semaine face au Panathinaikos, le Real se dirigeait vers une victoire facile, cette fois-ci sur le parquet de l’autre équipe allemande, l’Alba Berlin. Mais dans le dernier quart, les locaux ont infligé un 11-0 aux Madrilènes pour recoller à 2 petits points (63-65). Finalement, Fabien Causeur (13pts) et les siens ont résisté, autour de Walter Tavares toujours impressionnant dans la raquette (10rbds, 3blks).

photo : Euroleague

Enfin, le Panathinaikos et Baskonia, deux équipes en grande souffrance, ont relevé la tête, respectivement face à Valence, qui n’avance plus (11ème avec un bilan négatif) et le Zalgiris Kaunas, qui cale au pire moment. Rien d’alarmant à l’heure actuelle, les Lituaniens étant toujours solidement encrés dans le top 8 (7ème, 13V-10D).

Crédit photo : Euroleague

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire