Basketball

Euroleague : l’ASVEL tout sourire

Quelle semaine pour l’ASVEL ! Déjà victorieux du Maccabi Tel-Aviv mardi, les Rhodaniens ont remis ça hier, en s’imposant contre un Khimki encore décevant. En patron, les Français sont allés cueillir un succès primordial face au dernier de la classe. À la fin de la rencontre, Tony Parker a annoncé au micro de RMC Sport l’arrivée d’un nouveau meneur, tout en confirmant la validation de l’Arena par la Métropole de Lyon. Et que la licence permanente en Euroleague n’est plus qu’une question de jour. 

Des résultats sportifs en progression 

C’est déjà la deuxième semaine où l’ASVEL réalise un doublé. Après une semaine sensationnelle fin novembre / début décembre avec deux succès contre le Barça et le Panathinaikos, les Villeurbannais ont remis ça , toujours à domicile, avec un enchaînement Maccabi – Khimki victorieux. 4 succès sur les 7 derniers matchs, c’est une vraie performance que les hommes de TJ Parker sont en train de réaliser, surtout après avoir commencé cette campagne d’Euroleague par 6 défaites en 7 journées. Bien emmenée par un énorme David Lighty, beaucoup trop souvent négligé par rapport à l’impact qu’il apporte en attaque comme en défense, l’ASVEL s’est relevée hier d’une situation bien mal embarquée. Menés de 16 points au cœur du 2e quart, les locaux sont revenus au score au terme d’un 3e quart rondement mené. Moustapha Fall, toujours aussi agressif offensivement (16pts, 6rbds dont 4 offensifs, 5asts) a sonné la révolte, bien aidé par un stratosphérique Guerschon Yabusele (20pts à 4/8 longue distance, 5rbds). L’ancien des Celtics a prouvé ce qu’on peut attendre de lui, avec un impact dans tous les domaines du jeu.

crédit photo:challenges

Et il fallait bien ça tant le Khimki a démarré fort. Avec une équipe sans complexe (et parfois sans envie), les Russes ont alors pris les rênes du match, sous l’impulsion de Devin Booker, le seul à surnager dans ce marasme (26pts à 10/11, 2/2 à 3pts). Malheureusement, Shved et Mickey exclus en fin de match regarderont l’ASVEL prendre le meilleur dans le money-time. Jonas Jerebko, finaliste NBA, a coulé (0/6  3pts), et les Moscovites ont creusé un peu plus leur tombe. Avec seulement 2 victoires en 15 matchs, la dernière place leur semble promise. Au contraire de l’ASVEL, qui reste au chaud, à la lutte avec le dernier tiers du peloton. Et vue les dernières performances, il y a de l’espoir.

Une recrue pour janvier 

D’autant plus que Parker a annoncé après la rencontre l’arrivée imminente d’un nouveau meneur, Derrick Walton Jr, ancien joueur NBA (Miami, Clippers, Détroit), passé par Kaunas et Berlin en Europe. Il était retourné aux USA pour effectuer la préparation avec les Sixers, sans succès. Malgré tout, l’ancien du Michigan en NCAA va apporter sa polyvalence (il peut jouer poste 1 ou poste 2) capable de shooter, de passer. “Rejeté” par la grande ligue, il aura à cœur de se montrer. Il viendra apporter de la concurrence à Antoine Diot et Norris Cole, parfois en dilettante.

crédit photo : hothothoops

L’Arena, une question de temps 

La Métropole de Lyon l’a confirmé : l’ASVEL va pouvoir, d’ici quelques années, évoluer dans une nouvelle enceinte, une Arena flambant neuve qui sera construite près du Groupama Stadium, ce qui renforcera encore les liens OL-ASVEL. Un nouvel écrin de 15 000 places qui boostera une économie qui en aura besoin, Covid oblige.

L’ASVEL, une vraie franchise 

Si la nouvelle salle voit le jour, c’est aussi parce que TP a eu officieusement la validation d’une franchise Euroleague à Villeurbanne. Fini la wild-card, la Green Army va pouvoir dormir sur ses deux oreilles. Et le board pouvoir voir l’avenir avec sérénité. Cela va changer énormément de choses, notamment au niveau financier. «J’espère, si tout se passe bien, que nous pourrons faire une annonce tôt (pour la licence permanente), pour préparer la saison prochaine. C’est plus que positif. C’était le point que nous devions franchir pour que l’Euroligue nous accorde une licence afin d’être une franchise. Pour l’instant, je suis confiant, mais tant que ce n’est pas officiel on va rester prudents» a déclaré Parker. Au vu de ce que propose l’ASVEL sur le parquet, on voit mal un autre dénouement.

Tout roule pour Parker et son club, sur les parquets comme en dehors. Ambitieux, l’ancien meneur des Spurs a même annoncé viser le top 8 de l’Euroleague ! Malgré une concurrence féroce, pourquoi ne pas y croire? En forme, l’ASVEL accueillera le leader, le CSKA, sans pression. Avec, pourquoi pas, un nouvel exploit à la clé. 

Crédit photo : Le Progrès

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire