European Masters : Quarts de finale : Mousesports et GamersOrigin victime de la puissance polonaise

0
Ligue 1

Durant ces quarts de finale d’European Masters, plusieurs surprises sont à noter. En effet, sur les quatre matchs, trois des favoris sont passés à la trappe. Plus d’équipe allemande et anglaise, et les polonais se montrent en patron dans ce Spring !

AGO Rogue 2 – 0 Mousesports : un upset total

Alors que Mousesports pouvait s’envoler vers une demie finale plutôt à leur portée, leurs performances contre le champion de Pologne ont été bien en deça de leur niveau habituel.

Lors de la première game, MOUZ part sur une compo faible en early game avec peu de contrôle sur les sidelanes. Rogue en profite pour trouver la faille et outdraft complètement les allemands sur l’early game. Grâce à un travail légendaire de Czekolad sur la map, Rogue va prendre à revers toutes les lanes et objectifs de la map en 25 minutes. Renforcés par une âme des montagnes, les polonais vont enterrer la première game en 25 minutes avec 11k golds d’avance et 10 tourelles à 2 sur Jeskla et sa bande.

La seconde game sera un réchauffé de la première. AGO Rogue reste sur exactement la même compo et prend à revers les tentatives de changement effectués par le dernier représentant allemand des EUM. Avec une prise des objectives excellent et une meilleure macro, Rogue va se retrouver à 5 en permanence sur la map et paèrs un fight baron à la 25 minutes, les polonais vont éjecter Mousesports et se qualifier aisément pour les quarts de finale.

LDLC OL 2 – 0 BT Excel : Tynx en taille patron

Après une première place récupérée avec la douleur, LDLC s’opposait au revenant BT Excel. Un match qui aura été aussi rapide que le précédant avec nos français toujours plus forts que tout.

La plupart des joueurs de LDLC, à l’exception de YellOwStaR, ont pu récupérer leur main durant la première draft. Une erreur de champion select qui permet aux français de s’amuser contre Excel et briller. Avec l’âme du dragon infernal sur Ezreal, Zoe et Renekton feeds, et un Nashor, LDLC va s’octroyer la première partie en 26 minutes et assurer d’entrée un avantage psychologique sur leurs adversaires.

Lors de la seconde partie, la draft sera beaucoup plus équilibrée entre les deux équipes. Néanmoins, une nouvelle fois, LDLC va tirer son épingle du jeu. Grâce à une nouvelle fois un travail magistral de Tynx et une bien meilleure macro que BT Excel, les vices champions de France vont venir à bout des vice champions de Grande Bretagne en 27 minutes avec un contrôle parfait des lanes.

Movistar Riders 2 – 1 Fnatic Rising : l’un des plus beaux BO de la compétition

Presque deux heures de partie, un dénouement inattendu et un superbe finish. Voici comment qualifier ce BO, plus qu’intéressant et avec des mécaniques magnifiques.

Lors de la première partie, les deux équipes vont rester au coude à coude durant toute la partie. Durant 40 minutes, les deux camps vont se rendre coup sur coup mais ne vont pas pouvoir se départager. Il faudra attendre un énième fight en midlane pour permettre à Fnatic Rising de détruire la base adverse grâce au long cooldown de revive de chaque adversaire.

La seconde partie sera plus rapide néanmoins. Même si les deux drafts restent une nouvelle fois even, c’est sur la faculté à prendre la pressure mid et bot que Movistar va se montrer. Grâce à un meilleur snowball, les Riders vont s’octroyer les dragons et grâce à un fight maîtrisé au mid, détruire le Nexus britannique en 28 minutes de jeu. La balle est remise au centre dans ce BO.

La troisième game fut interminable. Une démonstration de jeu à la coréenne avec un fight et une prise de vision permanente qui ont dissuadés toute tentative de ganks ou d’engage durant une grande partie de la game. Fnatic prend l’ascendant avec les trois premiers drakes. Cependant, leur compo s’estompait trop en late contre celle de Movistar et va accuser le coup. Les espagnols, patients, vont gagner du terrain au fur et à mesure et remporter la victoire finale. Un vrai coup dur pour FNCR, qui s’arrête au stade des quarts de finale.

K1CK Neosurf 2 – 1 GamersOrigin : Un throw de draft côté français, un Matislaw étincelant côté polonais

A force de jouer avec le feu, GO s’est brûlé les ailes. Parti avec peut être trop de confiance, Quaye a enchainé les picks douteux de draft pour GO et cela s’est ressenti sur la Faille. Des erreurs qui ont provoqué l’élimination de nos frenchies, qui montraient des signes de faiblesse sur la fin de la phase de groupes.

La première game sera à sens unique. Un Zac support pour Hustlin digne des streams de Corobizar. Et toutes les lanes ont été impuissantes en 1v1. Problème de matchup ou de niveau solo ? Compliqué de le dire. Dans tous les cas, K1CK va s’adjuger la première game en 26 minutes sans grosse difficulté et avec un Matislaw et un iBo de compétition.

La seconde game sera plus rassurante. Avec une draft beaucoup plus maîtrisée, GO va se réveiller et enclencher la seconde pour turbo la game et stomp des polonais impuissants devant une telle maitrise des sidelanes et un travail mémorable de chacun en teamplay. Après 32 minutes de jeu, GO revient dans la partie de manière magistrale.

Néanmoins, cela sera de courte durée. Après avoir donné une Poppy top à Shemek, une nouvelle fois confronté à l’Aatrox d’iBo, ce dernier ne va faire qu’une bouchée du toplaner français, en dessous de son niveau habituel. Toutefois, la faute revient également à l’équipe, beaucoup trop dispersée dans les fights et complètement outdraftés. Après 30 minutes de jeu, K1CK stomp GO et élimine les champions du Spring LFL 2020.

Les demies-finales

Toutes les rencontres se joueront demain

  • 18h : AGO Rogue vs LDLC
  • 21h : Movistar Raiders vs K1CK Neosurf

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here