Evan Fournier : Nouveau patron de l’équipe de France !

Arrivée en NBA en 2012 en étant drafté par les Nuggets de Denver en 20ème position, l’arrière français, Evan Fournier connait une progression fulgurante au sein de la ligue nord-américaine.

 

Après des débuts dans le club de Charenton, Evan Fournier rejoint l’INSEP en 2007, à l’âge de 15 ans. Le natif de Saint-Maurice dans le Val de Marne, va voir sa carrière grimper en flèche après ses deux années au centre de formation. Il débute ses années professionnelles en signant à Nanterre en Pro B  où il est élu meilleur jeune du championnat en 2009.

La saison suivante, le jeune prodige rejoint Poitiers en Pro A où il établit en deux ans, sous les ordres de Ruddy Nelhomme, une moyenne de 14 points 3,2 rebonds et 2,2 passes par match. Marqué par des distinctions individuelles comme meilleure progression de l’année et meilleur jeune de Pro A, c’est l’année du changement pour Evan.

Fort de son expérience en Pro A, Fournier décide de se présenter à la draft NBA. Le 28 Juin 2012, Evan Fournier est sélectionné par les Denver Nuggets en 20ème position devenant ainsi le 21e français de l’histoire à intégrer la prestigieuse ligue américaine. Si le début de saison s’avère compliqué, Evan profite d’une blessure de Ty Lawson pour prendre place dans le 5 majeur de l’équipe.

Peu à peu, il s’installe confortablement sur cette place de titulaire, mais au début de l’été 2014 (juin), il est échangé contre Aaron Afflalo pendant la draft. Il prend la direction d’Orlando où le Magic pense recruter le back-up de Victor Oladipo, il n’en est rien. A force de motivation, d’entrainements et de persévérance, l’arrière français continue sa progression et va chercher une place de titulaire, sur le parquet, aux cotés de Victor Oladipo.

Augmentant au fil des saisons sa moyenne de points, il démontre à chaque match son envie ardente de gagner. Touts ses efforts sont récompensés lorsque les dirigeants du Magic décident d’échanger Victor Oladipo, envoyant ainsi un signe fort au français, qui prolonge son contrat pour cinq années et 85 millions de dollars.

Ne considérant pas sa place de titulaire comme acquise, il va encore chercher la progression en atteignant 17,8 points par match. Malgré un collectif au rendez-vous avec le trident Gordon-Vucevic-Fournier, il faudra attendre 2019 pour revoir le français jouer en playoffs. Avec une telle détermination, Evan Fournier est tout bonnement le leader offensif de la franchise floridienne.

Et l’équipe de France ?

Après un parcours en équipe de France junior et espoir couronné de succès (médaille d’argent à l’Euro junior en 2009, bronze à l’Euro espoir en 2011), l’histoire entre l’équipe de France et Evan Fournier commence véritablement en 2014.

Non retenu pour les jeux Olympiques de Londres en 2012, puis pré-sélectionné pour l’Euro en 2013 l’arrière français fera ses débuts dans une grande compétition internationale à l’occasion de la Coupe du Monde en Espagne, où les Bleus remportent la médaille de bronze. Invitation réitérée en 2015 puis 2017, son rôle au sein du groupe France continue de monter en puissance petit à petit.

S’il n’avait pas pu rallier la campagne de 2016 pour les Jeux Olympiques de Rio en raison d’un défaut d’assurance lié à la signature de son contrat avec le Magic, c’est avec certitude que les fans de l’équipe de France peuvent espérer sa participation à ceux de Tokyo en 2020. Pour les supporters, son ticket est déjà pris aux côtés de Nicolas Batum et Rudy Gobert.

S’il garde ce même état d’esprit, c’est sans aucun doute qu’Evan Fournier va passer un nouveau cap la saison prochaine avec un seul mot d’ordre : progression.

Avec 18,3 points et 3,5 passes en 24 minutes de moyenne durant la Coupe du Monde en Chine, l’ailier d’Orlando a bel et bien pris le leadership de l’équipe de France après le départ de Tony Parker. S’il a de moins en moins de cheveux, il semblerait qu’il ait de plus en plus d’impact chez les bleus. 

Poster un commentaire

Nullam mi, ut Praesent lectus venenatis, porta. ante. dolor. diam