Ça roule…

F1 – Bilan de mi-saison – Ferrari : Catastrophe à l’italienne

La rédaction WeSport F1 continue de faire le bilan de mi-saison des équipes. Aujourd’hui c’est au tour de Ferrari. Et le moins que l’on puisse dire c’est que rien n’a tourné rond pour la Scuderia!

Scuderia Ferrari – 288 points – 2e au championnat constructeur

Rien ne laissait présager ceci au soir de la dernière journée d’essais hivernaux à Barcelone. Rien! Ferrari avait quasi systématiquement dominé le chronomètre et ses adversaires. Pourtant, dès le premier week-end à Melbourne, la douche fut glaciale. Sept dixièmes de retard sur la pole position. Près d’une minute en course. Autant dire que la claque a été violente. Pour autant, deux semaines plus tard à Sakhir, il y a eu une lueur d’espoir… qui a vacillé au 38e tour, sur une erreur grotesque de Vettel, en lutte avec Hamilton. Puis elle s’est éteinte, au 46e tour, quand un cylindre du moteur de Leclerc a cessé de fonctionner.

Le reste de la première partie de la saison est à l’image de ces deux courses. Ou la Rossa est loin de Mercedes, ou elle joue de malchance (Autriche), ou elle, dans son ensemble (board et pilotes), commet des erreurs (Monaco, Canada, Allemagne). On peut expliquer ces problèmes sur un choix de desing global mauvais, en orientant le développement de l’auto vers la vitesse max au détriment de l’appui. Ce que reconnait Mattia Binotto aujourd’hui (Chez Motorsport.com ici et ici en italien). Le renouvellement du board entamé cet hiver, beaucoup moins expérimenté que dans les autres grosses équipes. Et les erreurs des pilotes, qui ont coûté certainement des possibles victoires au Cheval Cabré.

Crédits image: DW.com

Derrière ça, il faut aussi voir le fait que la Scuderia n’a pas progressé sur le plan technique. En effet, c’est quasi acté que la SF90 est aujourd’hui la 3e voiture du championnat derrière la W10 et la RB15. Certes elle reste 2e au championnat, mais elle doit ce résultat qu’à l’inconstance de Pierre Gasly. Mais les performances de l’auto ont considérablement chuté au regard notamment de Red Bull.

Sebastian Vettel – 4e – 156 points

Le quadruple champion du monde est dans le dur. Mis sous pression par la presse italienne, suite à sa campagne 2018 ratée, l’allemand avait hate de se refaire la cerise. Mais il n’est pas aidé. Par les performances de sa SF90 dans un premier temps (Australie, Hongrie). Mais aussi par sa fiabilité en qualification (Autriche, Allemagne). Et quand elle est au niveau, c’est lui qui commet des erreurs (Barhein, Canada, Angleterre). Pour autant, bien qu’il soit mis sous pression par son jeune loup d’équipier, son expérience parle et lui permet de rester devant (Chine, Monaco). Mais pour combien de temps encore? Tel est la question.

Crédits image: FORMULA 1

Charles Leclerc – 5e – 132 points

Le diamant brut de Ferrari. Charles a brillé. Nettement, même! Si on compare ses courses avec celle de Vettel, il s’en tire plutôt bien. Deux pole positions contre une pour Vettel. Jeu égal en qualification, un podium en moins par rapport à l’allemand. Bref c’est du solide. Son seul gros point noir: ses deux retraits… qui lui sont imputables. A Monaco, où s’il doit partir en fond de grille à cause d’une erreur de son équipe en qualifications, il prend des risques pour remonter le dimanche. Trop de risques même, puisqu’il endommage sa voiture sur Hulkenberg et doit se retirer. De même en Allemagne où il commet une erreur de pilotage, alors qu’il aurait pu jouer la victoire. De même sa boulette en qualifications à Bakou lui coûte aussi une belle performance le lendemain. C’est le diamant de Ferrari, mais il reste à polir cette pierre précieuse.

Crédits image : Autoplus.fr

La saison de Ferrari est loin des objectifs affichés en début de saison. Aucune victoire, une voiture ratée qui peine à se développer, des pilotes qui commettent des erreurs, la fiabilité qui n’est pas exempté non plus. Bref, ce n’est pas un zéro pointé, mais c’est tout comme, notamment chez les médias transalpins, sans pitié pour la Scuderia et Vettel (en premier lieu). Derrière, Leclerc jouit encore d’une certaine innocence aux yeux de sa jeune carrière, mais il doit aussi faire attention. Il faut que la Rossa se relève de ce début de saison, au risque de repartir fanny de cette campagne 2019…



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
amet, ut ultricies quis accumsan ut tristique dapibus