F1 : Baku sourit à Bottas qui signe la pole

Pour le 1001ème GP de l’histoire de la Formule 1, c’est donc le pilote finlandais qui s’est imposé. Auteur d’un chrono époustouflant, il a tout bonnement dominé comme un vrai chef ces qualifications. De plus, ces qualifications promettent déjà une très bonne course demain. Décidément, Baku ne nous déçoit jamais.

Kubica, la tête dans le mur

La première session de qualifications fut dominée par Gasly, qui s’élancera pourtant des stands après sa mésaventure en EL2, suivi de Leclerc. Mais celui qui a vécu la plus mauvaise séance est le pilote Polonais de chez Williams. Déjà en délicatesse avec sa voiture, il n’a pas réussi à éviter le mur dans le virage 8. Le passage le plus étroit de la saison a déjà fait des dégâts. Les autres pilotes éliminés sont Stroll, Grosjean, Hülkenberg et les deux pilotes Williams, Russel et Kubica donc. À cause de son accident, la suite des qualifications a d’ailleurs été repoussée afin de nettoyer les nombreux débris jonchant la piste.

Leclerc, copié-coulé

Alors qu’il restait 6 minutes dans une Q2 très ouverte, un nouveau drapeau rouge a été déployé sur le circuit d’Azerbaïdjan. Alors que les deux Ferrari réalisaient des temps moyens, le bluff s’installait lorsqu’on apprenait qu’elles avaient chaussé des gommes médiums, moins rapides. Afin de se protéger, elles décidaient donc de ressortir afin d’améliorer leurs temps. Et en un virage, tout s’est écroulé. Leclerc a tapé le mur exactement au même endroit que Kubica, et avec ce choc ses espoirs de pole position. Sainz, Albon, Ricciardo, Magnussen et Gasly, qui n’y a pas pris part.

Bottas, LE pilote clutch

Alors que la dernière partie de la séance semblait nous emmener tranquillement vers une pole d’Hamilton, le pilote Mercedes s’est fait griller sur le fil par son coéquipier. Bottas a réussi une réelle prouesse donc en signant la pole à Baku. Il devance Hamilton, Vettel, Verstappen, Pérez, Kvyat, Norris, Giovinazzi, Räikkönen et Leclerc. Une fois de plus, les Mercedes ont dominé de la tête et des épaules leurs adversaires. les Ferrari semblent une fois de plus loin pour rivaliser avec les Flèches d’Argent.

Le Grand Prix, qui est à chaque fois une réussite, promet d’être animé. Le départ sera donné ce dimanche à 14h10, heure de Paris. 

A propos de l'auteur

Si un jour on m'avait dit que je deviendrais journaliste F1 ... Fan d'athlètes espagnols en tout genre, mais surtout d'un en particulier. Considéré comme un footix par mes pairs, je supporte fièrement l'Olympique Lyonnais. Considéré comme un basketix par mes pairs, je supporte fièrement GSW.

Poster un commentaire

nec lectus quis, libero neque. eget vel, diam adipiscing sem, ut