F1 – Bottas triomphe en Autriche, Norris est 3e

0
Crédits photo : The Associated press
Ligue 1

Pour le premier Grand Prix de la saison, l’ensemble des pilotes se réunissait en Autriche, à Spielberg. La veille, Bottas avait prouvé à tout le monde sa supériorité, en décrochant la pole. Auteur d’une course parfaite, il n’a jamais tremblé et s’impose, en patron, devant Leclerc et Norris. Hamilton, pénalisé pour une manoeuvre limite sur Albon, a été éjecté du podium. 

Norris, premier de cordée

Si l’on pouvait croire que l’on s’ennuierait jusqu’à la fin de ce premier Grand Prix, la safety car a bien remis les choses en ordre. Très utilisée aujourd’hui, cela a permis de ne jamais avoir d’écart trop grand entre les pilotes. Et ça a notamment aidé Norris à grimper sur son premier podium de Formule 1. Très autoritaire tout au long de la course, que ce soit avec Pérez ou Sainz, le Britannique a largement mérité cette récompense. 

Déjà auteur de qualifications très impressionnantes, Norris a su concrétiser. À tout juste 20 ans, il confirme les espoirs que McLaren a placés en lui. D’ailleurs, l’écurie basée à Woking a vraiment triomphé sur toute la ligne. Avec Sainz classé juste derrière Hamilton, pénalisé pour un accrochage avec Albon, McLaren capitalise. Le point du meilleur tour en course est également revenu à Lando Norris, décidément partout. Si l’on a pu lui reprocher l’année dernière de ne pas convertir assez ses opportunités, il a aujourd’hui montré son vrai potentiel. Il s’affiche un peu plus comme le futur de McLaren. 

Il est seulement devancé par Leclerc et Bottas, qui a fait une course superbe. Le finlandais a réussi à résister aux sorties de la voiture de sécurité, qui remettait à chaque fois Hamilton dans ses échappements. Il a su parfaitement gérer ces situations, en relançant tout le temps proprement. Comme en Australie l’année dernière, il comprend très vite la nouvelle livrée, et s’adapte bien. Il a été beaucoup plus rapide qu’Hamilton tout le week-end. S’il maintenant son niveau tout au long de l’année, et s’il devenait plus régulier, cela pourrait s’avérer plus compliqué que prévu pour Hamilton de devenir l’égal de Schumacher.

Ferrari et Haas, bilan bien décevant

Depuis le début du week-end, le paddock avait pu assister à une lente agonie, celle de Ferrari. Wolff avait déclaré souhaiter voir Ferrari se mêler à la lutte, sans pour autant les encenser. Aujourd’hui, Vettel a été en dessous de tout. Largué par Ferrari à la fin de l’année, il n’a même pas essayé de faire un effort. Parti 11e sur la grille, il a gâché sa course en partant en toupie à l’épingle, ne rappelant que trop souvent ses bourdes qu’il accumule. Au final, il aura réussi à accrocher le point de la 10e place, ce qui est une bien maigre consolation.

Leclerc a quant à lui sauvé les meubles, mais que ce fut difficile. Jamais on a senti la Ferrari en mesure d’aller chercher une Mercedes. Pire, on a pu voir les Racing Point et les Mclaren se battre avec Vettel et Leclerc. La saison risque d’être très longue pour les hommes de Maranello. 

Haas, seule écurie américaine du plateau, s’est une nouvelle fois ridiculisée. Leurs deux pilotes ont abandonné, des erreurs monumentales ont été faites, et leur parcours a été jonché de sorties de routes. Week-end noir à oublier, qui semble en appeler d’autre. Même son de cloche pour Williams, de manière attendue. Russel et Latifi ont du apparaître trois fois à l’écran, et encore. Le jeune Canadien n’a rien montré de très convaincant, et s’est fait dominer par Russel, jusqu’à son abandon. 

La fiabilité en berne

Pour cette première course de la saison, seules 11 monoplaces ont rallié l’arrivée. Beaucoup de pilotes ont donc connu des soucis de fiabilité sur leur monoplace. Cela a commencé avec le pauvre Max Verstappen, dès le 13e tour de course. Le néerlandais a vu sa Red Bull se couper net, à l’approche du premier virage. Lui qui partait avec une stratégie décalée (en pneus medium), il n’a pas pu concrétiser son joli paris. Albon, lui, s’est fait sortir par Hamilton comme au Brésil l’année dernière. Alors qu’une deuxième place lui tendant les bras, il a fini les 4 roues dans l’herbe, et sa course à la 13e place. 

Le fait d’avoir autant de pilotes en rade (Verstappen, Ricciardo, Stroll, Magnussen, Grosjean, Russel et Räikkönen) a dégagé des places dans le top 10. Pour son grand retour en Formule 1, Ocon a donc pu rapporter ses premiers points à Renault, avec une sobre 8e place. Le français n’a pas fait de vague pour son retour, avec une monoplace qui n’est pas prête à faire des miracles. Il devance Giovinazzi, qui a marqué les seuls points d’Alfa Romeo. Son coéquipier Räikkönen a été victime d’un abandon plutôt étrange, puisqu’il a tout simplement perdu sa roue avant droite. La roue s’est complètement décollée, provoquant l’abandon du finlandais.

Les Mercedes, qui paraissaient bien supérieures à toutes ses concurrentes, ont également souffert de problèmes sur leurs machines. Cela a peut-être coûté des points à Lewis Hamilton, 4e. Le Britannique devance notamment Sainz, Perez, Gasly et Ocon. Le natif de Rouen a fait une belle course, écrasant largement Kvyat, seulement 12e, derrière Latifi.

Pour ce premier week-end de course, des enseignements sont déjà à tirer. Les McLaren et les Racing Point vont se battre cette année avec Ferrari, et non plus avec Alfa Romeo et Alpha Tauri. Les deux premières écuries citées ont un net gain de vitesse par rapport à l’année dernière (-0.4 s pour McLaren, quasiment 1 seconde pour RP). Red Bull, si la fiabilité est de retour, pourrait clairement concurrencer Mercedes. Reste à voir si Bottas maintiendra ce niveau qu’il a affiché ce dimanche. 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here