FC Metz : Cette fois c’est la bonne ?

0
Ligue 1

Trois sur trois, et neuf points sur neuf possibles. Une qualification en coupe de la Ligue en bonus. En voilà une manière de commencer cette nouvelle saison de Domino’s Ligue 2 pour le FC Metz, avec neuf buts marqués et une attaque de feu. L’objectif est planté et surtout assumé à tous les niveaux, la remontée, et le titre si possible. Mais pour le champion de France de l’ascenseur entre les deux premières divisions, le moment est venu de se réinstaller en haut, parce que c’est un moment opportun. Avec un projet cette fois. Un VRAI projet.

Le projet Grenat 2010 qui voulait stabiliser le club en Ligue 1 est bien mort et enterré après avoir résulté d’une malheureuse descente en National (Metz – Cherbourg j’ai été voir… Cherbourg… Et on avait perdu en plus…). Revoilà le FC Metz en Ligue 2 avec ses ambitions habituelles, deux montées et 2 descentes plus tard. Encore. Mais là, c’est une atmosphère différente qui plane… Par rapport aux autres fois, il y a du changement dans l’air. On ne parle pas juste d’une simple descente comme on en fait une saison sur deux. J’ai espoir que cette descente-là soit la dernière avant un bout de temps. Pourquoi ?

Un nouveau look pour Saint-Symphorien 

Notre bon vieux stade va changer de mine ! L’arrivée de la nouvelle tribune Sud, l’actuelle ayant facilement 30 ans de plus que moi, va permettre au club grenat de passer le cap des 30.000 places. La dernière augmentation de places ayant eue lieue en 1997 avec la Tribune Est. Ça date… Cette augmentation c’est aussi 30 millions d’euros investis pour cette tribune qui ouvrira en 2020, avec l’espoir de se moderniser et d’attirer plus de monde, spectateurs comme joueurs, avec les nouvelles installations du centre d’entrainement et de formation pour offrir à l’effectif de meilleures conditions. Avec les ventes de ces dernières années, et les bénéfices à prévoir avec les nouveaux événements, le FC Metz peut facilement espérer aligner un budget plus que compétitif pour se maintenir durablement en Ligue 1, avec un président, malgré des choix hasardeux par le passé, qui met les sous de sa poche, et qui est attaché à ce club, quoi qu’on puisse dire.


Un effectif cohérent sur le terrain et sur le banc

Le projet sportif aussi change, avec l’entraineur Frédéric Antonetti, qui diffère par rapport aux précédents. Déjà avec Fred Hantz, on prenait une autre dimension tout en sachant quand même ou on allait avec lui, mais là, c’est une nouvelle aventure avec un entraineur qui n’a jamais connu la maison grenat, qui a une grande gueule, et ça fait du bien ! Il a son style, et apporte ce nouvel air qui manquait en gardant les entraineurs qui avaient déjà joués à Metz : Hantz, Hinschberger, Cartier, Bijotat… De plus, le recrutement a été sérieux, cohérent, et surtout efficace contrairement aux autres années, notamment l’année avec José Riga, en 2015/2016, une absence totale de jeu avant que Philippe Hinschberger ne rattrape la maison messine en cours de route. Ou même l’année dernière, avec un mercato tardif. Antonetti a eu plus d’emprise sur les recrues, avec des arrivées surprises comme Monteiro, ou le club a mis la main au portefeuille pour le faire venir d’Eredivisie (1ère division des Pays-Bas), et je suis très curieux de le voir à son meilleur niveau.

Dans le jeu, on gagne trois matchs de manière totalement différente : Brest à l’extérieur : 0-1, match difficile face à un concurrent direct à la montée, on tient le score, on est efficace et on arrive à gérer. On en demande pas plus, c’est tout bon pour la première journée. Orléans à domicile : 5-1, festival offensif. J’étais en Est-Basse pour voir le match, et c’est la première fois que je vois Metz marqué cinq buts à domicile lorsque j’y ai assisté. Et surtout un quadruplé d’Habib Diallo. Clermont à l’extérieur : 2-3, match ennuyeux, poussif, on perd 2-0 et on aurait dû tellement perdre. L’an passé on en aurait pris au moins 5. Cette année non. Niane de nulle part (même Jeannin dormait et l’a pas vu frappé tellement on s’ennuyait), puis Diallo (5 buts en deux matchs, un problème ?) pour le 2-2. Puis Boulaya. Ce joueur me surprend agréablement. Je l’ai un peu détesté après sa panenka contre Caen en Coupe. Mais j’avais pas envie que ce soit juste ça. La enfin il montre qu’il en veut, il montre que c’est pas juste celui qui a raté un péno face à Caen. 4 passes décisives, 2 buts, dont celui de la victoire sur un coup franc direct qu’il est allé chercher. Cette victoire-là, elle est sale. Mais ça fait du bien. Ce genre de victoire, à l’arraché après un match dégueulasse, on en veut aussi. « Gagner autrement » comme le dit si bien Capitaine Cohade. En tout cas, face à l’AC Ajaccio Lundi prochain, ça sera pas facile, mais faudra assurer comme on a su le faire à trois reprises désormais. Mais Antonetti a de bons problèmes, un groupe homogène très compétitif à tous les postes avec de la concurrence, et des jeunes qui arrivent pleins de belles promesses, que ce soit du centre de formation ou de Génération Foot à Dakar.


Ici chante la jeunesse messine…

Je vous parlais du match d’Orléans. J’étais en Est-Basse, c’était une douce soirée, j’allais voir le match, le premier de la saison à St-Symphorien comme à mon habitude depuis plusieurs saisons. C’était calme. Puis… une vague, un raz-de-marée. 15ème minute, des chants, des tambours, des drapeaux, des t-shirts noirs « RENDEZ-NOUS LA BASSE ». Un but de Boulaya. Mais surtout… La Horda Frenetik 97. Inattendue, surprenante, puissante. Elle est là. Et la tribune prend vie. Le stade prend vie. L’équipe aussi. C’était bon. Elle est de retour, à domicile, comme à l’extérieur (il fallait du courage pour aller à Clermont avec le match qu’on a joué). Mais surtout, un accord finalement trouvé avec Mr Serin. Le club avait suspendu la vente en Est-Basse pour Grenoble en Coupe de la Ligue, on pensait à un coup vicieux, mais un communiqué vient mettre la lumière. Les négociations ont eue lieue. Après une saison et demie orphelin de sa tribune et ce malheureux incident face à Lyon, la Horda touche enfin à son but! Le retour se fera le weekend du 28 septembre, pour le match face au Havre, le groupe de supporter emblématique de la tribune Est fera son grand retour, là où elle est née il y a 21 saison. Ça réveillera surement le stade, qui manquait vraiment d’ambiance lorsque la Horda se trouvait en haut ou était tout bonnement absente.

J’en oublierai presque notre petit Grayou, le petit nouveau. Une mascotte qui fait son effet ! On la critique, mais elle est loin d’être ridicule, elle fait plaisir aux enfants (je l’ai vue à l’oeuvre et Grayou a son succès !), mais surtout une présence décalée sur les réseaux sociaux qui donne un coup de jeune au club à ce niveau (et plutôt drôle je trouve !)
Tous les signaux sont au vert. Tout à l’air de se remettre en ordre. Enfin après des décennies de galères. De descentes, de remontées, de records de médiocrité en Ligue 1. Il serait temps qu’on retrouve notre place non ?

Après tout, la dernière fois que la France avait gagné la coupe du monde en 1998, le FC Metz finissait 2ème de Division 1… pourquoi pas revenir en Ligue 1 et y rester enfin plus de deux saisons, 20 ans après ?

– Aieclakx

 

Source image : Foot Mercato



Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here