Fed Cup : pas de finale pour les Bleues

L’équipe de France de Fed Cup n’a finalement pas réussi à créer l’exploit ce week-end à Aix-en-Provence. Les françaises s’inclinent logiquement 3-1 face aux Etats-Unis. On retiendra sur cette seconde journée la déroute de Kristina Mladenovic et le tennis héroïque de Pauline Parmentier malgré la défaite.

Mladenovic décevante

Lorsque Kristina Mladenovic et Sloane Stephens sont entrées sur le court pour le troisième match, on peut se dire que ce match va être une formalité pour Kiki. La française a là l’occasion de sublimer son statut de leader au sein de l’équipe; chose qu’elle a très bien réalisé sur les derniers matchs de Fed Cup. De plus, Stephens a proposé un jeu très brouillon la veille et ne semblait pas pleinement investie dans cette rencontre franco-américaine. Bref, tous les voyants sont au vert pour que Mladenovic remporte un deuxième point pour son pays.

Mais étrangement la magie n’a pas pris : la française accumule les imprécisions et les fautes directes. Elle concède rapidement le premier set 6 jeux à 2. L’espoir demeure toutefois car Mladenovic a connu hier un match diesel (menée 1-6) avant de s’imposer avec la manière. Mais les choses ne font qu’empirer dans la seconde manche. En face, Stephens se montre bien plus précise qu’hier dans ses zones de frappe et son jeu de jambes. La lauréate de l’US Open inflige un sévère 6-0 à son adversaire et permet alors aux USA de mener 2-1.

Parmentier étonnante

La pression est énorme pour Pauline Parmentier au moment d’aborder le dernier match en simple. D’autant que l’équipe américaine sort son joker en la personne de Madison Keys. Préférée à Coco Vandeweghe, la treizième joueuse mondiale apparaît comme grandissime favorite pour qualifier son pays en finale.

Mais à l’instar de son match la veille, Parmentier parvient à se sublimer sur les premiers jeux de la rencontre. Elle se paye le luxe de breaker à deux reprises son adversaire pour mener 4-1 ! En face, Keys peine à trouver son rythme et rattrape dans la douleur son retard. A force de décalage de coups droits (et surtout de patience) l’américaine repasse en tête 5-4 mais ce n’est qu’au jeu décisif qu’elle parvient à arracher le premier set.

On pourrait croire alors que Pauline Parmentier va rendre les armes mais il n’en est rien ! La française (retombée à la 122e place mondiale) serre les dents dans les échanges et continue à tenir la dragée haute à Keys dans la deuxième manche. Ce n’est qu’arrivé au money-time que la logique reprend son droit avec un break de Keys à 4-4. Break qu’elle va concrétiser et qui permet aux Etats-Unis de se qualifier pour la finale. Elles affronteront la République Tchèque en novembre prochain.

Et maintenant ?

Cette défaite en demi-finale de l’équipe de France de Fed Cup est synonyme ce soir de clap de fin pour Yannick Noah. Et le bilan paraît plutôt correct pour l’ancien vainqueur des Internationaux de France. En quatre rencontres couvertes, Noah affiche un ratio de 2 victoires/2 défaites. Pas évident quand on doit succéder à Amélie Mauresmo et composer avec les différentes problématiques depuis l’épisode du LOLgate.

L’identité de son successeur demeure un véritable mystère à ce jour mais quoiqu’il en soit de nombreux chantiers l’attendent dans les saisons à venir. A commencer par parvenir à rétablir un esprit d’unité au sein de toutes les joueuses les mieux classées. Caroline Garcia et Océane Dodin ne semblent toujours pas ou plus les bienvenues et leurs absences résonnent comme un véritable manque à gagner. Il paraît inconcevable qu’une seule des 4 françaises dans le top 100 soit présente en demi-finale d’une rencontre de Fed Cup !

Autre élément qui pose question en ce jour dominical : le statut de “leader” proclamé par Mladenovic. Pour la première fois en 18 mois, on a vu cette dernière être complètement éteinte dans un match décisif. A l’inverse, Pauline Parmentier s’est libérée et a joué avec brio du facteur Fed Cup ce week-end. Même si cela semble très bien lui convenir, Mladenovic ne pourra pas continuer à afficher continuellement ce statut. D’autant qu’un autre grand défi s’annonce dans les prochains semaines pour elle : défendre une grande partie de ses points acquis sur terre la saison dernière.

Enfin dernier challenge et pas des moindres : laisser place à la jeunesse ! Yannick Noah a eu le nez fin en février en alignant Amandine Hesse en double (avec une victoire à la clé) et en sélectionnant Clara Burel (revenue de sa finale junior à Melbourne). Avec 6 françaises de moins de 21 ans dans le top 500, il y a de quoi tirer des plans sur la comète. Reste à la FFT d’oser prendre des risques et de miser sur le bon cheval …

Au final, on a envie de ne retenir que le niveau de jeu de Pauline Parmentier pour ce week-end. Battue sévèrement au premier tour d’un 25.000 il y a dix jours, la française a joué un tennis digne d’une top 30 face à l’armada américaine. Et elle rappelle surtout que la Fed Cup n’est certainement pas un tournoi comme les autres.

Poster un commentaire

ut sit Praesent felis mi, accumsan efficitur. commodo suscipit