Fed Cup : Pourquoi il faut croire en la victoire de l’équipe de France

C’est LE rendez-vous du tennis français en cette fin de saison. 3 ans après leur finale perdue face à la République Tchèque, l’équipe de France de Fed Cup a une nouvelle chance de remporter la prestigieuse coupe des fédérations. Pour se faire, les tricolores doivent d’abord réaliser le défi ultime : celui de battre la redoutable équipe Australienne, menée par la n°1 mondiale Ashleigh Barty et évoluant à domicile dans un stade acquis à leur cause. 

Même si sur le papier, les bleues ne partent pas favorites, voici pourquoi il faut croire en la victoire de l’équipe de France ce week-end.

Parce qu’elles savent entretenir l’espoir

Revenons d’abord en 2016. Souvenirs douloureux d’une finale perdue, certes, mais où l’espoir a été le maître mot du week-end. Première rencontre : Kristina Mladenovic ressort vaincue d’un combat acharné contre Karolina Pliskova. Elle vient de perdre 14 à 16 au troisième set, et concède ainsi le premier point du week-end à l’équipe adversaire. Logique tenue. C’est déjà la soupe à la grimace côté français. Caroline Garcia rentre sur le court devant un public groggy et doit faire face à Petra Kvitota pour tenter d’égaliser. Et contre toute attente, “Caro” surclasse la Tchèque. 1 partout. Le lendemain, elle réitère l’exploit et bat Karolina Pliskova, la deuxième top 10 de l’équipe Tchèque. On ne parlera pas de la suite de la rencontre et de son issue. Trop dur, trop douloureux. Mais s’il y a bien une chose à retenir, c’est l’exploit de la Lyonnaise, alors complètement transcendée par l’événement.

Pour finir de vous convaincre, il suffit de remonter quelques mois plus tôt et repenser à la belle victoire d’Alizé Cornet contre Elise Mertens en quart de finale à Liège.

En résumé : oubliez la logique du classement et le reste de la saison. Ce sont les exploits qui ont fait vivre la passion du public envers la Coupe Davis ou la Fed Cup.  L’équipe de France le sait : en un week-end, une journée, ou un match, tout est possible.

Parce que Kristina Mladenovic et Caroline Garcia ont déjà battu Ashleigh Barty

La première l’a battue récemment. C’était à Rome, cette année, en huitièmes de finale, quelques semaines avant le titre de l’Australienne à Roland-Garros. Pour Caroline Garcia, il faut remonter un peu plus loin. C’était en finale du tournoi de Wuhan en 2017, lors de la fabuleuse tournée asiatique qui avait fait décoller la carrière de la Lyonnaise. Pour “Kiki” et pour “Caro”, nul doute que ces victoires vont leur servir de référence pour tenter de battre la n°1 mondiale dès Samedi.

Parce que les bleues savent se transcender en Fed Cup

Pour un sport aussi individuel que le tennis, jouer pour l’équipe nationale est souvent synonyme de fierté pour un joueur. Et les françaises ne dérogent pas à la règle. C’est avec une motivation sans limite que les joueuses de Julien Benneteau sont arrivées en Australie avec pour seul objectif de ramener la coupe à la maison. Avec Kristina Mladenovic leader de l’équipe qui n’a jamais caché son attachement et son dévouement profond envers la Fed Cup, les bleues auront tout pour aborder ce week-end de finale avec l’esprit de la gagne.

Parce mathématiquement, c’est du 50/50

Parlons un peu stratégie. Oui, Ashleigh Barty fait peur. Normal, me direz vous. Surtout quand on termine l’année n°1 mondiale et avec le Masters en poche. Cependant, on a tendance à oublier qu’il n’y a non pas 2, mais 3 matchs à gagner pour soulever la coupe des fédérations. Si nous partons du principe que la n°1 Australienne est archi favorite sur ses deux matchs en simple, les débats sont nettement plus équilibrés sur les matchs des n°2. Sauf surprise, c’est Alja Tomljanovic qui devrait endosser le dossard de n°2 Aussie dès Samedi. Classée à la 51ème place mondiale, la joueuse de 26 ans d’origine croate vit sa première sélection pour l’équipe Australienne. Si elle est choisie par Alicia Molik, nous pouvons donc nous attendre à des matchs équilibrés face aux françaises classées entre la 40è et 63è place mondiale. Surtout, si Alja Tomljanovic est choisie, elle devra faire face à la pression d’une première sélection nationale en finale de Fed Cup et se frotter à des joueuses bien plus expérimentées qu’elle dans ce genre d’événement. Si toutefois c’est Samantha Stosur qui est sélectionnée en tant que numéro 2 australienne, la joueuse de 35 ans pointe au 96ème rang mondial, faisant d’elle “en toute logique” une adversaire à la portée de l’équipe de France.

Parce que le double “Kiki / Caro” peut faire pencher la balance s’il y a un double décisif

Si nous croyons donc en la théorie énoncée ci-dessus, il devrait y avoir “logiquement” 2 points partout à l’issue des 4 matchs de simple. Sur le papier, les deux équipes possèdent des combinaisons en double très sérieuses. Côté australien, c’est Ashleigh Barty (encore) et Samantha Stosur qui devraient y prendre part. Toutes deux expérimentées dans cette discipline et avec 4 Grand Chelem à elles deux, elles devraient (sauf surprise) être opposées à la paire Garcia / Mladenovic. Côté français, ce sont les deux ex co-équipières qui, lors de leurs retrouvailles, avaient amené le point de la victoire en demi-finale face à la Roumanie. Surtout, nous pourrons compter sur Kristina Mladenovic qui a remporté le Masters de Shenzhen aux côtés de Timea Babos il y a quelques jours et qui pointe au 2è rang mondial dans la discipline. Vous l’aurez compris, si double décisif il y a, cela s’annonce “chaud”. Mais l’expérience des bleues pourrait faire pencher la balance…

Parce qu’impossible n’est pas français

Pourquoi y croire ? Tout simplement parce que nous faisons confiance en Julien Benneteau et en toute l’équipe. Nous sommes évidemment réalistes sur la forme actuelle des françaises. La saison a été difficile et décevante compte tenu de leurs capacités, mais quoi de plus motivant que vouloir terminer sa saison avec une Fed Cup dans la poche après une année compliquée ?

Certains diront que je ne suis pas objective, trop optimiste… Peut être. Mais le sport a toujours prouvé que tout était possible. Alors pour les optimistes qui, comme moi, croient en la victoire de l’équipe de France : Rendez-vous Samedi matin à 4h pour vivre cette grande finale.

ALLEZ LES BLEUES

Crédit photo : @FFT

A propos de l'auteur

alias Madame Tennis. Le tennis matin midi et soir, 7 jours sur 7, 365 jours par an !

Poster un commentaire

ut ut venenatis, libero Nullam leo. vel, sem,