Félix Auger-Aliassime : l’apprentissage du haut niveau

Vendredi soir, le Canadien de 18 ans, Félix Auger-Aliassime a été éliminé en demi-finale du tournoi de Miami. Servant pour le set au 1er et au 2ème, il a laissé passer une chance de se rapprocher un peu plus d’une première finale en Masters 1000. Son bourreau, John Isner, remportant les 2 manches au tie-break et à l’expérience, rejoint la finale pour la deuxième fois de suite. Au-delà de ce simple match, la pépite canadienne a connu 2 derniers mois très forts, aussi bien en terme de résultats que d’expérience. Retour sur cette montée en puissance et projection sur ce qui attend FAA.

Des victoires en pagaille

Après sa défaite en qualifications de l’Open d’Australie, Felix Auger-Aliassime ne comptait “que” 6 victoires sur le circuit ATP (qualifications et Challenger non compris). Normal me direz-vous compte tenu de son jeune âge. Ce qui l’est moins, c’est son nombre de matchs remportés depuis : 13 ! Seul Monfils et Federer font mieux sur la même période avec 14 victoires chacun. Plus intéressant encore, ce sont ses adversaires. Sur terre, en Amérique du Sud, il a battu des spécialistes de cette surface : Cuevas (2 fois), Fognini, Ramos-Vinolas. Jamais des joueurs évidents à manœuvrer. Dans ces matchs, il s’est imposé en patron, comme si c’était lui le favori.

Auger-Aliassime et Tsitsipas au filet après la victoire du Canadien – Image Tennis Tonic

Arrivé en Amérique du Nord, il obtient une wild card amplement méritée pour le Masters 1000 d’Indian Wells. Il va alors lui faire honneur. Une victoire au premier tour contre Norrie puis un match qui pourrait devenir un classique face à Stefanos Tsitsipas. Il ne fait qu’une bouchée du Grec en 2 sets. Malgré une défaite contre Nishioka au tour suivant, sa confiance n’est pas entamée et il va en Floride jouer et passer les qualifs. Pour accéder à la demi-finale, il bat des joueurs en forme comme Fucsovic ou Basilashvili mais aussi des joueurs de la Next Gen (Ruud, Hurkacz, Coric). Evidemment, ce genre de victoires contre des joueurs de sa génération peut lui donner un avantage psychologique lors de leurs futures confrontations : prenez l’exemple de Rafa qui avait battu Federer à Miami dès leur première rencontre…

L’expérience (encore manquante) des grands matchs

FAA ne fait-il donc jamais son âge et ne montre-t-il jamais de signe de fragilité ? Ne vous inquiétez pas, il peut être fébrile par moment. En témoigne son dernier match, à Miami. Evidemment, il ne partait pas favori face au tenant du titre John Isner mais c’est lui qui s’est montré le plus dangereux d’entrée de match. Il breake en premier et sert même pour le set à 5-4. Et là, patatra ! 3 doubles fautes pour offrir l’égalisation à l’Américain qui n’en demandait pas tant.

 Le jeu catastrophique de FAA

Après avoir perdu le tie-break, c’est encore lui qui breake le premier dans la deuxième manche. Mais encore une fois, il manque de solidité et n’enfonce pas le clou à 5-3 en sa faveur. L’Américain s’impose en 2 tie-breaks maîtrisés laissant de nombreux regrets au Canadien.

“Servir deux fois pour le set, c’est une chance qu’on ne peut pas rater. Je ne sais pas quoi dire. C’est terrible. “

Felix Auger-Aliassime après sa défaite contre Isner

A 18 ans, c’est normal. Mais on peut être étonné compte tenu de la solidité mentale dont il avait fait preuve lors de ses précédents tours. Auparavant, on avait aussi vu aussi quelques éléments nous rappelant son jeune âge. A Indian Wells, contre Nishioka, il part “favori” compte tenu de son état de forme et s’incline en 3 sets en ayant quelques gros passages à vide. A Rio, là où il s’est pleinement révélé, il n’a pas su s’imposer dans une finale dans laquelle on l’attendait. Face à Laslo Djere, lui aussi novice dans ce genre de match, il s’était incliné en 2 sets sans jamais vraiment peser sur le match et en concédant trop de fois son service.

L’expérience, ça ne se travaille pas, ça se gagne. C’est en accumulant les matchs, les victoires mais aussi les défaites qu’Auger Aliassime gagnera en solidité dans le money time. Il ne serait pas étonnant de le retrouver à ce niveau dans les prochains tournois, lui qui progresse à pas de géant.

Un statut à assumer et améliorer

A partir de lundi, le Quebecois va être 33ème mondial. Avec 37 points à défendre jusque Roland Garros, il y sera sûrement tête de série, un statut tout nouveau pour lui. Fini les qualifs éreintantes, fini les premiers tours compliqués face au top ! Maintenant, c’est lui l’homme à abattre. Par contre, avec 5 victoires en 6 matchs face à des top 20, il ne va plus bénéficier de l’effet de surprise. Et le plus dur dans le tennis et le sport en général, c’est la confirmation. 33ème lundi, son meilleur classement bien évidemment, il sera aussi 12ème à la Race (classement depuis le 1er Janvier 2019). Que faire pour encore s’améliorer ? Dans un premier temps, il va falloir digérer et se reposer. En effet, Félix a enchaîné les matchs et les sollicitations ces dernières semaines. Il s’est d’ailleurs retiré du tournoi de Marakech la semaine prochaine pour se préparer au mieux au Masters 1000 de Monte Carlo.

Auger-Aliassime au service à Miami – Image La Nouvelle Gazette

Aussi, juste après sa demi à Miami, il s’est empressé d’aller sur un court d’entraînement pour retravailler son service défaillant. Ces décisions montrent une maturité très importante pour son âge. Enfin, il ne faudra pas se frustrer si les résultats ne se confirment pas tout de suite. Il se peut qu’il ait quelques passage à vide, il faudra alors passer outre et ne pas subir les attentes et la pression médiatique. Sa progression a été folle (104ème mi février), il serait logique de “stagner” un peu. Mais il ne fait aucun doute que nous ne sommes qu’au prémices de la saga FAA.

 

On ne l’attendait peut-être pas aussi tôt, mais Felix Auger-Aliassime vient de confirmer toutes les attentes porter en lui depuis ses excellents résultats sur le circuit juniors. A 18 ans, il lui reste encore une belle marge de progression, à la fois physique et tennistique. Il me tarde de revoir le jeune canadien et d’observer sa gestion et progression. Rendez-vous pendant la saison sur terre : sera-t-elle celle de la confirmation ?

Source de l’image en Une : Eurosport

A propos de l'auteur

Grand joueur de tennis et ingénieur à ses heures perdues... ou l'inverse je sais plus. Une religion ? Le Federerisme @CaptainMiddle

Poster un commentaire

non leo. ut elit. Praesent Sed efficitur. sit ipsum ultricies