Football – Gracias San Iker

0
Crédits photo : HIBAPRESS-RABAT-AGENCES
Ligue 1

Il y a un peu plus d’une semaine, Iker Casillas annonçait officiellement qu’il prenait sa retraite, après une dernière saison sous les couleurs de Porto. Depuis 1999 et ses débuts sous les couleurs du Real Madrid, le portier n’a cessé de rentrer dans la légende du football. Au terme de sa carrière, Iker Casillas est largement rentré dans le panthéon du sport mondial. Il est l’un des meilleurs gardiens de notre siècle, si ce n’est le meilleur.

Iker Casillas tire sa révérence

À 39 ans, et après un infarctus survenu en mai 2019 qui a mis un brutal coup d’arrêt à l’homme aux mille matchs officiels, Iker Casillas a officiellement annoncé la nouvelle sur son compte Facebook. Il y écrit que “aujourd’hui est l’un des jours les plus importants, et en même temps difficiles, de ma vie sportive : il est arrivé le moment de dire au revoir“. C’est à l’aide d’une lettre déchirante que le portier espagnol a annoncé à tous ses fans qu’il se retirait définitivement des pelouses.

Il termine sur un ultime doublé Coupe – Championnat, avec le FC Porto. Le club lusitanien, qu’il a rejoint à l’été 2015, lui aura permis de parachever son triomphe, lui qui a remporté 25 trophées, dont trois Ligues des Champions (2000, 2002 et 2014), une Coupe du Monde (2010) et deux Euros (2008 et 2012). Il a également été élu meilleur gardien de football de l’année de 2008 à 2012, et meilleur gardien des trois compétitions internationales qu’il a remportées avec La Selección.

Un portier hors pair

Tout au long de sa riche carrière, Iker Casillas aura représenté l’Espagne qui triomphe, l’Espagne qui gagne, l’Espagne qui écrase tout. Dès 1999, il est devenu titulaire au Real Madrid, profitant de la blessure à l’époque de Bodo Illgner. Jusqu’à son transfert pour Porto en 2015, San Iker aura disputé 725 matchs de football avec le Real Madrid. Il est actuellement le second joueur avec le plus de matchs avec le club de la capitale, seulement dépassé par Sergio Ramos depuis peu (170, série en cours). Il y aura remporté 18 de ses 25 trophées, et notamment 5 Ligas et 2 Copas Del Rey.

Poussé vers la sortie en 2015, bon nombre de supporters se souviennent encore de sa conférence de presse déchirante, où il annonçait son départ en pleurs. Il aura pourtant participé à bon nombre de moments importants avec le Real Madrid, en étant très souvent décisif sur sa ligne, d’où son surnom de Ángel de Móstoles, sa ville natale. Si le Real Madrid a semblé sur le coup oublier tout ce que le portier a pu faire pour le club, il est certain que La Roja, elle, n’oubliera rien.

Avec les Xavi, Iniesta, Xabi Alonso, Ramos, Busquets, Villa, Piqué et consorts, Casillas aura fait partie de la génération dorée espagnole. Emmenée par Aragonés, puis Vicente Del Bosque, La Roja va devenir l’équipe de football la plus puissante du monde, et la première à réaliser un triplé Euro – Coupe du Monde – Euro. Casillas, portier de sa sélection depuis 2000, en deviendra le capitaine dès 2008. Un capitaine emblématique, portant son équipe vers les succès qu’on lui connait. Il est au football ce que Nadal est au tennis, Alonso à la Formule 1 ou Contador au cyclisme : un phénomène espagnol.

Fin de cycle à Porto

Auteur d’une fin de carrière bien plus sobre, loin des projecteurs du Real Madrid et de la presse ibérique, Iker Casillas aura tout de même rendu de bons services au FC Porto, son second et dernier club. C’est d’ailleurs sous les couleurs de Porto que Casillas a atteint les mille matchs en carrière professionnelle, un 2 mars 2018. Il dispute avec Porto plusieurs campagnes de Ligue des Champions, devenant par la même occasion le joueur le plus capé de la compétition (181 apparitions).

À Porto, il aura finalement marqué le cœur et les esprits du monde entier une dernière foi, en se relevant de cette séparation avec sa Maison Blanche natale. En y remportant deux championnats et une coupe nationale, il aura également rempli encore un peu plus son armoire à trophée. Sa retraite, à pas feutrés, est à l’image de l’humain : humble, sans artifice.

La retraite d’un joueur qui aura bercé toute une génération est toujours un choc, bien qu’ici la fin se devinait et se dessinait. Iker Casillas aura remporté tout ce qu’il fallait dans une vie de footballeur : trophées, passion, fidélité, et hommages. Il aura marqué les deux clubs pour qui il a joué de son empreinte, celle des grands joueurs. Gracias San Iker. 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here