J19 – France 1982, retour sur le quadruplé français

0
France 1982 quadruplé français
Ligue 1

Pendant 30 jours, la rédaction F1 va vous proposer une rétrospective sur un Grand Prix particulier. Que ce soit un GP des années 70 ou tout récent, toutes les générations vont y passer, avec un prisme différent à chaque fois. Des joies, des larmes, des tragédies, des intempéries … de nombreux événements ont marqué le monde de la F1 jusque là. Aujourd’hui, replongeons-nous en 1982 où les français réalisent un formidable quadruplé lors du Grand Prix de France sur le circuit du Castellet.

Contexte Pré Grand Prix

Didier Pironi s’avance au volant de sa Ferrari 126 C2 en tête d’un championnat qu’il domine avec 5 points d’avance sur le britannique John Watson et 11 sur Niki Lauda. Suite au drame survenu à Montréal et la disparition de Gilles Villeneuve, il est le numéro 1 chez les rouges, bien aidé par son ami Patrick Tambay solide. Au niveau des constructeurs, McLaren équipé du moteur Ford Cosworth est en tête du championnat avec 9 pts sur Ferrari et 20 pts sur Williams Ford Cosworth. Chez Renault, le moteur est imprenable en qualifications et peu fiable en course. Didier Pironi, président du PRDA, demande, huit jours avant la course, à ce que les voitures perdent leurs jupes et demande de ne pas avoir de pneus striés.

Qualifications

Via la longue ligne droite du Mistral, les moteurs Turbo sont avantagés. Ainsi Renault, Brabham, Ferrari et Toleman bénéficient de cet avantage et les 3 premières équipes verrouillent les 3 premières lignes. Si Alain Prost est le plus rapide en essais libres, un problème de jupe lui condamnera sa pôle, récupéré par son équipier René Arnoux. L’isérois glane sa 14ème pôle position de sa carrière avec 0″282 de marge sur jeune équipier.

La Ferrari de Didier Pironi est à 1″384 de la pôle. Ricciardo Patrese, sur sa Brabham, est à 1″405. Patrick Tambay (Ferrari) est à 1″499 et Nelson Piquet (Brabham) est relégué à 1″953. Les autres voitures, à commencer par les Alfa, sont à plus de 3 secondes des Renault. Longines, qui a placé des radars, a indiqué que Tambay a fait une pointe dans le Mistral à 346 km/h quand les atmosphériques étaient à peine à 300 ! L’atmosphérique est dépassé, le turbo est vénéré.

Grille de départ GP France 1982

Course

A noter, auparavant, qu’Arnoux n’a jamais conjugué pôle et victoire. Une innovation arrive, c’est le feu orange. Ce feu a pour but d’avertir les pilotes si l’un d’eux a un problème sur la grille. D’abord, à l’extinction des feux, Arnoux devance son équipier Prost, tandis que derrière, Jarier a cassé son demi arbre de roue et abandonne. Fabi abandonne dans le premier tour à cause de sa pompe à huile. Ensuite dès le deuxième tour, Piquet double Pironi tandis que Patrese dépasse Prost dans la ligne droite du Mistral.

En fin de tour, Piquet dépasse Prost. Puis, au tour suivant, Piquet dépasse Arnoux dans Signes et se retrouve derrière Patrese. Dès le 6ème tour, Patrese possède 6″ sur Piquet. Cependant la Brabham subit un problème et sa voiture prend feu et l’italien doit abandonner. Par la suite, au 11ème tour, gros crash entre Baldi et Mass. En effet, dans Signes, Baldi tente de passer à l’intérieur sur Mass qui lui referme la porte. A plus de 250, les deux voitures se touchent et Baldi part en tête à queue. Concernant Mass, sa voiture fait des tonneaux, traverse la piste, passe par dessus les barrières et vient s’écraser contre les grillages ou cent personnes se trouvait.

Voiture de Mass après son crash

La voiture prend feu, mais par miracle, Mass sort de sa voiture et vient tout de suite aider les pompiers pour éteindre le feu. Quelques blessés parmi les spectateurs qui seront transportés à l’Hôpital de Toulon. Après cet incident, Piquet possède 12″ sur Arnoux. Au 22ème tour, la Brabham de Piquet est au-dessus du lot et possède 21″ sur Arnoux avant que le brésilien ravitaille. Puis, le drame, après son ravitaillement, Piquet voit de la fumée sortir de sa voiture, son piston D a cédé. Le champion du Monde en titre doit abandonner.

Le quatuor français en tête est formé, Arnoux possède 9’7 sur son équipier Prost. Les Ferrari de Pironi et de Tambay sont à 31’3 et 50″3. Au 35ème tour, Arnoux relègue Prost englué dans le trafic à 18″. Le ligérien a cassé sa jupe et ne peut tourner au max. La course poursuit sa route et les écarts en tête restent stable. Au 45ème tour, un panneau brandit par Gérard Larrousse est brandit et on pet y lire : “1. Alain 2. René “. René Arnoux refuse de laisser passer Alain Prost et accélère  jusqu’en fin de course. Cet acte marque officiellement la rupture Prost-Arnoux. Finalement, Arnoux s’impose 17″ sur Prost, 42″ sur Pironi et 1’16” sur Tambay. France 1982 quadruplé français

En ce 25 juillet 1982, la France aura vécu un moment historique avec un quadruplé français. Ceci arrive pour la première fois depuis le GP de l’ACF 1913 ou un quintuplé français est arrivé. Georges Boillot s’impose devant Jules Goux, Jean Chassagne, Paul Bablot et Albert Guyot. Ce Grand Prix marquera également la dernière course de Didier Pironi. Le jeune français aura un terrible accident en Allemagne qui lui brisera les jambes et ses rêves de titre mondial. 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here