Giro’Scope #12 Sam Bennett, Turbo en Pneus Pluie

0
Ligue 1

L’étape du Giro arrivait sur le circuit d’Imola cette après-midi. Et si nous avons eu une fin d’étape et un vainqueur à cent à l’heure, la pluie a pimenté un peu plus ce final marqué par une côte de 3km à dix bornes de l’arrivée qui a fait exploser le peloton.

Le vainqueur

Sam Bennett. L’Irlandais a conquis son deuxième bouquet de la quinzaine dans un froid montagnard, alors que nous étions au niveau de la mer. Le sprinteur de la Bora a surpris tout son monde en lançant à 500m de la ligne. Face à un peloton désorganisé, il s’est brillamment imposé après avoir repris les deux finisseurs partis dans la difficult, Matej Mohoric et… Carlos Betancur (oui, vous avez bien lu).

Le déroulé

Cinq hommes échappés. Les habitués Maestri et Frapporti, accompagnés de deux autres italiens, Manuel Senni (Bardiani) et Fonzi et l’Albanais Eugert Zhupa (les deux derniers chez Willems) repris proche de la montée du jour sous une pluie battante. Les conditions climatiques ont ainsi permis une fin de course un peu dingue, avec des cassures à plus de 25km de l’arrivée (avec Pozzovivo, Carapz et Goerges Bennett, 4, 5 et 6ème) qui ont néanoins pu revenir. Dans le col, Tim Wellens, puis Diego Ulissi, rejoint par Carlos Betancur et un peu plus tard, par Mohoric, auteur d’un nouveau numéro dans la descente, pourtant détrempée. Le Colombien et le Slovène lâchèrent l’Italien avant de se faire avaler par Bennett et le peloton à quelques centaines de mètres de la ligne.

La surprise

L’orage et Carlos Betancur. Oui, il y a deux surprises aujourd’hui. La pluie et le fort vent ont totalement déboussolé le peloton, provoquant des cassures et des bordures. Face à une telle dangerosité, sur des terrains de villes – ronds-points, virages en épingle, donc dangereux – le premier groupe n’a pas pris des risques inconsidérés ni accélérer pour piéger un peu plus les leaders distancés. Il faut savoir, quelques fois, faire raison gardée face au spectacle. Les conditions rendaient déjà dantesques l’étape. Quant à Carlos Betancur, beaucoup pensaient qu’il avait arrêté le vélo pour monter une chaîne de fast-food. Et bien, l’ancien coureur d’AG2R s’est rappelé aux bons souvenirs en attaquant dans le final avec Ulissi et Mohoric. Aujourd’hui chez Movistar, va-t-il se montrer à nouveau d’ici Rome???

La déception

Elia Viviani. Le porteur du Maillot Cyclamen du meilleur sprinteur n’était pas dans un grand jour, peut-être un peu malade. La météo n’a donc pas du tout aidé l’Italien, largué bien avant la bosse. Il conserve néanmoins la tête du classement par points, mais voit venir Sam la Menace, qui semble de mieux en mieux au fil des jours.

Demain, nouvelle étape dite de transition – même si sur le Giro, elle n’existe pratiquement jamais dans les faits, avec une nouvelle côte dans le final, annoncée tout de même moins difficile que celle d’aujourd’hui.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here