Cyclisme

Giro’scope #18 : Yates tremble, Schachmann triomphe

Début du tryptique montagneux dans les Alpes. Les échappés ont enfin eu gain de cause dans ce Giro, et c’est l’Allemand de la Quick Step, Maximilian Schachmann, qui a surclassé ses compagnons matinaux. Chez les favoris aussi, on s’est battu.

Le vainqueur

Maximilian Schachmann était sans doute le meilleur des échappés sur le papier. Mais c’était loin d’être facile. Avec des adversaires comme Mattia Cattaneo ou Ruben Plaza, il y avait bagarre. Durant toute la montée, l’Allemand a joué aux avant-postes. Il a attendu les 500 derniers mètres pour placer la banderille décisive qui a décroché ses deux concurrents les plus sérieux. Première victoire en Grand Tour pour le lauréat du jour.

La bagarre

Avec une seule vraie montée au programme, et une arrivée jugée au sommet, les favoris n’ont pas laissé passer leur chance. Ce sont d’abord les candidats au top 10 qui ont lancé les hostilités. Mais très rapidement, la course s’est enflammée et on a vu Tom Dumoulin placé une attaque. Pozzovivo et Froome calés dans la roue. D’abord au contact, Simon Yates a perdu mètre après mètre. Jusqu’à l’arrivée, les trois leaders ont mis du rythme. Finalement, le maillot rose a été relégué à 28 secondes.

La déception

Incontestablement, c’est encore Thibaut Pinot qui a déçu. Le Français a calé dès les premières attaques. Sébastien Reichenbach assurait alors le tempo dans le groupe des favoris. Malheureusement, son leader n’a jamais pu accélérer. Les deux FDJ ont donc fait leur course à distance. Loin des bagarres et des affrontements entre leaders. La réaction de Pinot est inquiétante. Après ses envies d’attaquer il y a deux jours, le Français a exprimé sa « peur de tout perdre les deux prochains jours ».

Le maillot rose

Il est toujours sur les épaules de Simon Yates. Mais le Britannique commence à sentir le vent souffler dans son dos. Tom Dumoulin a réalisé la bonne opération et n’est plus qu’à 28 secondes du leader de Mitchelton-Scott au général. Et vu la forme affichée par le maillot rose aujourd’hui, les deux étapes à venir pourraient lui coûter cher.

L’award “Ryder Hesjedal”

C’est la petite touche amusante de cette 18eme étape. Nous avons décerné l’award « Ryder Hesjedal » de la plus belle montée à Ruben Plaza. L’Espagnol était lâché dès le pied de la montée finale. Pourtant, tout en maitrise, il a fait l’élastique à plusieurs reprises. Du premier au dernier kilomètre, il est resté dans le coup, tantôt légèrement lâche, tantôt dans les roues, se faisant violence malgré la difficulté. Au final, il termine 2e derrière le vainqueur, et n’aura été battu que dans les 500 derniers mètres. Rappelant les grandes montées du coureur canadien.

Demain, étape de la mort avec quatre cols à gravir, notamment le Colle delle Finestre, puis Sestrière. La montée finale achèvera sans doute quelques organismes déjà éprouvés. Au total, 184 kilomètres dans les Alpes.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
ipsum accumsan massa leo. justo et, dolor