Grand Prix de Grande-Bretagne 1950, premier Grand Prix du Championnat du Monde

0
Ligue 1

Il y’a 70 ans, le championnat du Monde de Formule 1 naissait. Entre innovations technologiques, techniques, la Formule 1 a été et est le laboratoire des véhicules de tourisme. Du turbo à la boite de vitesses semi-automatique en passant par les suspensions actives, l’antipatinage, l’ABS et le moteur atmosphérique. La Formule 1 a été un championnat d’innovations. Aujourd’hui, flash-back sur le Grand Prix de Grande-Bretagne 1950, premier Grand Prix de l’histoire du Championnat du Monde de Formule 1.

Contexte

Depuis plusieurs années, les courses de Formule 1 étaient présentes mais aucun championnat était créé. Lors de l’année 1950, 18 courses de Formule 1 ont été disputées sans pour autant être comptabilisées pour ce Championnat du Monde. En ce 13 mai 1950, la première course de l’histoire du Championnat du Monde voit le jour.

Pré GP

En rayons des engagés, on notera le trio magique d’Alfa Roméo : Farina, Fagioli et Fangio. 8 Maserati, dont Louis Chiron, qui a donné son nom à la Bugatti éponyme. 6 ERA, 5 Talbot Lago et 2 Alta sont également engagées. En effet, les Ferrari 125 F1 et les BRM P15 sont les deux voitures absentes. Les Ferrari privilégient les primes délivrés par les belges lors du Grand Prix de Mons. L’écurie britannique n’a pas terminé la mise au point de sa surpuissante P15 (V16 de 430 chevaux). La P15 débutera en 1951. Dans l’exercice de qualifications, quadruplé Alfa avec la pôle pour Farina en 1’50″8 devant Fagioli à 0″2, Fangio (0″4) et Parnell (1″4). A noter l’excellente prestation de Prince Bira sur sa Maserati, qui finit à seulement 1″8 des intouchables Alfa.

Course

Les britanniques respectant le dimanche, la course se déroulent le samedi. Nous sommes samedi, la base aérienne de Silverstone s’apprête à vivre le début du Championnat du Monde. D’abord au départ, Fagioli dépasse Farina et commence à s’envoler. Ensuite à la fin du tour, Farina est revenu et le dépasse. Fangio et Parnell suivent de très près. Puis, dès le second tour, Farina établit le meilleur tour en 1’50″6. Johnsson abandonne au 2è tour suite à un Compresseur défaille. Walker et Rolt abandonnent au tour numéro 4 à cause de leurs boîtes de vitesses. A noter que Walker et Rolt partageaient la même voiture.

Eugène Martin sur sa Talbot-Logo abandonne sur problème de pression d’huile. Au dixième tour, Fagioli prend la tête devant Farina, Fangio et Parnell. Six tours plus tard, Farina reprend le leadership tandis que Louis Chiron casse son embrayage au 24ème tour. L’une des stars de l’époque est au tapis.

Par la suite, à mi-course, tout s’accélèrent : de Graffenried casse son moteur, 3 tours plus tard, Fagioli double Farina qui le redoublera au 39ème tour et ne sera plus rejoint jusqu’à la fin de course. La mi-course, les pilotes effectuent leur arrêt aux stands avec un record de moins de 30″ du côté Alfa, lorsque la moyenne de l’époque était de 1′. Par la suite, une cascade s’effectuera avec Crossley (transmission), Murray (Moteur), Prince Bira (Panne d’essence) et Kelly.

Au 62ème tour, Alfa-Roméo maîtrisait son sujet avec Farina, Fagioli et Fangio en tête. Cependant, ce dernier abandonne à cause d’une fuite d’huile. Finalement, Giuseppe Farina remporte le Grand Prix de Grande-Bretagne, le premier de l’historie du Championnat du Monde devant ses équipiers Luigi Fagioli et Reg Parnell. Les 2 français Yves Giraud-Cabantous et Louis Rosier sur Talbot-Lago complètent le TOP 5.

Le paddock se retirera avec Farina comme premier vainqueur et en tête du championnat avec 9 points devant Luigi Fagioli à 3 points et Reg Parnell à 5 points. Pour la petite information, depuis la mort de Tony Rolt, le 6 février 2008, tous les participants de cette course sont décédés. 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here