Ça roule…

GP de l’Alabama : Palou s’impose à Barber

L’Espagnol Álex Palou (Chip Ganassi Racing) remporte la première course d’IndyCar de la saison à Barber. Will Power (Penske) et Scott Dixon (Chip Ganassi Racing) complètent le podium. Romain Grosjean termine la course à la 10e place.

Pour sa première avec Ganassi, Álex Palou n’a pas failli. Le jeune espoir catalan a décroché sa première victoire en IndyCar, avec une maîtrise digne des plus grands. Et dans les derniers instants de course,  il a su résister au retour des anciens Power et Dixon et décrocher ainsi un succès retentissant.

Gros crash dans les premiers instants de la course

Parti 3e, Palou réussi à conserver sa position au drapeau vert, derrière le poleman Pato O’Ward (McLaren SP) et Alex Rossi (Andretti). Pour autant, la course est vite neutralisée. Josef Newgarden (Penske) part à la faute quelques centaines de mètres après le départ, et provoque un gros carton dans le peloton. Des débris et des épaves jonchent la piste et il faut un peu de temps aux commissaires de piste pour tout nettoyer.

La course est relancée au 7e tour, puis neutralisée au tour suivant. Jimmie Jonhson, qui tente le pari de l’IndyCar après avoir été multiple champion en NASCAR, part à la faute et cale. Le temps que les commissaires de piste viennent l’aider à redémarrer, la safety car est déployée. La course est relancée au 11e tour et immédiatement, O’Ward, Rossi et Palou créent un écart sur le reste du paquet.

La gestion parfaite de Palou

Mais au 16e tour, O’Ward et Rossi s’engagent dans les stands pour ravitailler. Palou, quant à lui, reste en piste et continue son relais avec un rythme impressionnant. Il crée un écart de plus de 5 secondes avec le duo de quadragénaires Power et Dixon. Mieux, il réussit à conserver un écart de 25 secondes avec O’Ward, reparti dans le trafic et en délicatesse avec ses pneus durs et froids. Très vite, on comprend que Palou est sur une stratégie à deux arrêts contre 3 à O’Ward et Rossi.

L’Espagnol s’arrête au 31e tour et repart derrière O’Ward et Rossi, mais il reste dans leur sillage. Il profite de leurs arrêts au stand pour récupérer la tête, et continue son travail de sape pour conserver un écart avec ses poursuivants. Et même si, en fin de course, Power et Dixon se sont montrés pressants derrière lui, jamais il n’a craqué sous la pression.

Romain Grosjean a beaucoup appris

Le Français a vécu une première course encourageante. Parti 7e, il a su éviter les ennuis au départ et a conservé sa 7e place. Mais ses relais suivants ont été plus délicats. La faute notamment à une chauffe délicate de ses gommes dures, ce qui l’a handicapé au début de ses relais. Dès lors que ses gommes furent en température, il tournait dans le même rythme que les leaders. Il termine 10e et meilleur rookie de la course. Une course dont il admet “avoir beaucoup appris“.

Sébastien Bourdais, quant à lui, termine 5e et meilleur Français. Malgré une monoplace avec un fond plat très endommagé suite au crash du départ, il a réussi l’exploit de remonter 11 places et de finir dans les roues de Pato O’Ward. Moins de chance pour Simon Pagenaud, qui termine assez loin (12e). Le pilote Penske a semblé rencontrer des difficultés avec la compréhension de ses gommes tout le week-end.

Le fond-plat de Sébastien Bourdais après la course – Credits image : @BourdaisOnTrack

Álex Palou s’impose donc pour la première fois en IndyCar, ce qui lui permet de prendre la tête du championnat. Un championnat qui aura le droit à un deuxième meeting dès la semaine prochaine dans les rues de St. Petersburg en Floride.

Crédits image une: @AlexPalou

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire