Grande Rougadore #15 : Angel Di Maria connaît ses classiques

0
Angel Di Maria of PSG celebrates a goal during the Ligue 1 match between Lyon and Paris Saitn Germain at Groupama Stadium on February 3, 2019 in Lyon, France. (Photo by Anthony Dibon/Icon Sport)
Ligue 1

Avant une semaine de trêve internationale, vous reprendriez bien une dose de Ligue 1 ! Ça tombe bien, le Grande Rougadore est là pour vous. Cette semaine, on vous a proposé comme d’habitude quatre joueurs qui ont marqué le week-end, mais on savait bien qui vous choisiriez. Entre Téji Savanier, Romain Hamouma, Moussa Dembélé et Angel Di Maria, vous avez opté pour l’Argentin. C’est donc parti pour un Grande Rougadore 100% pieds soyeux et cœur avec les doigts.

Le match : Angel régale

S’il y en a un à qui l’absence de Cavani et Neymar a donné des ailes, c’est bien lui. Moins aux responsabilités au milieu du trident offensif du PSG et donc nettement moins décisif que depuis quelques mois, Angel Di Maria porte en ce moment le PSG sur ses épaules (en championnat), et parvient à faire oublier les deux blessés. Baladé durant toute la saison entre le poste de meneur de jeu, l’aile droite puis gauche, et enfin la pointe de l’attaque comme ce fut le cas dimanche, l’ancien du Real Madrid répond présent. Face à l’OM, dans ce qui apparaît comme le premier match d’une longue série avant de gagner le pardon des supporters après la débâcle face à MU, Di Maria a régalé son monde.
Au sein d’un PSG au petit trot, il accélère soudainement le jeu juste avant la mi-temps. Sur une récupération parisienne, Kehrer trouve Di Maria qui d’un subtil contrôle orienté du talon, repique dans l’axe et trouve Mbappé pour l’ouverture du score.
Marseille revient ensuite à 1-1 grâce à Germain dès le retour des vestiaires, et Paris accélère à nouveau. Sur un déboulé d’une dizaine de mètres, Di Maria trouve Kehrer, qui lui remet en une touche dans la surface, et dans un angle fermé, l’attaquant de l’Albiceleste enroule son ballon au deuxième poteau pour tromper Mandanda. Un but somptueux qui remet Paris devant à la 55e.
L’attaquant manque de peu une seconde passe décisive, puisque sept minutes plus tard, sur une contre-attaque, Di Maria fixe Mandanda aux abords de la surface de réparation avant de décaler Mbappé. Mais le gardien marseillais réalise un mauvais geste en contrant le ballon de la main en dehors de sa surface, et est logiquement exclu. Ce sera finalement un doublé pour le n°11 parisien qui se charge du coup-franc, et envoie un superbe ballon brossé dans le petit filet de Yoann Pelé, qui venait juste de rentrer. Il devient par la même occasion l’un des joueurs les plus habiles du championnat dans cet exercice. Un doublé qui aurait pu se transformer en triplé (son premier en Ligue 1), si Mbappé avait laissé à son compère le penalty en fin de match, arrêté finalement par Pelé. De toute façon le prodige français a déjà été nommé trois fois GR, donc maintenant il n’en a rien à faire.

Un petit syndrome de la cour de récré pour Di Maria

C’était visiblement plus difficile de ne pas se faire boire au retour… (Crédits: Getty Images)

Ce reproche, on peut le faire à tous les joueurs du PSG, ou presque. Il est plus facile de briller et d’être décisif face à Dijon, Amiens et Marseille, que face à Manchester United et le Barça. Des joueurs capables de lui faire gagner la Ligue 1, Paris en regorge, mais il lui manque ceux qui brillent en Champions League (ce ne sont pas obligatoirement les mêmes). Les caîds des cours de collèges le savent bien, quand on est en 4e, c’est bien plus simple de se venger sur les 6e quand un 3e nous a mis une rouste.
Un constat à nuancer dans le cas de l’international argentin, puisqu’il fait partie des artisans de la qualification en huitième de C1 du PSG, avec une phase de poule plutôt convaincante, ponctuée notamment d’un but dans les ultimes minutes du match aller face à Naples, qui avait permis à Paris de rester en vie dans un groupe où il était alors en ballottage plus que défavorable. L’ancien Mancunien avait également signé un doublé de passe décisive face à son ancien club lors du huitième de finale aller. Mais comme toutes les stars parisiennes avant lui, il a échoué à être décisif dans les moments qui comptent réellement. Lui si étincelant dimanche, n’a pas réussi à réveiller l’attaque parisienne amorphe au Parc, le 6 mars dernier.
Un constat qui n’enlève rien à la qualité technique exceptionnelle de Di Maria mais qui peut nous faire nous poser une question : que serait-il devenu si ses qualités mentales et physiques étaient à la hauteur de son génie technique ? *

*une autre question en découle également : quand est-ce que Paris va arrêter de recruter des joueurs en se basant uniquement sur leurs capacités techniques, sans prendre le temps d’étudier le reste, mais cela fera peut-être l’objet d’un autre article, plus tard…

C’est tout pour aujourd’hui, on se retrouve non pas la semaine prochaine mais celle d’après, pour cause de semaine internationale. D’ici-là, on vous laisse avec nos Bleus, opposés à la terrible Moldave vendredi. 

Crédit photo de couverture : Photo by Anthony Dibon/Icon Sport

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here