Football

Grande Rougadore #7: Anthony Lopes

Ballon d’or oblige, le Grande Rougadore fait son apparition le mardi, cette semaine. Certains d’entre vous étaient déçus du résultat d’hier soir (découvrez d’ailleurs celui de la rédaction Wesport ici, avec un lauréat bien plus sensé), espérons que pour le GR vous ayez bien voté ! Cette semaine vous aviez donc le choix entre Yannis Salibur (ASSE), auteur de deux passes décisives face à Nantes, Denis Bouanga (NO), lui aussi impliqué dans deux des trois buts de son équipe à Amiens, avec un pion et une passe dé’, Max-Alain Gradel (TFC), qui a, lui, ajouté à ce combo but-passe, un superbe ciseau, et, enfin, Anthony Lopes (OL), qui n’a pas marqué, il n’a pas non plus été passeur, mais il a été si décisif, que vous l’avez élu Grande Rougadore. Depuis le 10 juillet 2016, on s’était pourtant juré de ne plus parler de gardien portugais…

Le match

Tout avait pourtant mal commencé pour le portier des Gones. Après une demi-heure tranquille, où il regarde ses coéquipiers faire le jeu et s’installer doucement dans le camp lillois, Lopes est surpris par la volée de Loïc Rémy. Le ballon topé rebondit avant de finir dans sa lucarne. Même pas le temps de se mettre en jambe, qu’il doit déjà aller chercher le ballon au fond de ses filets. Il aura juste le temps de voir une frappe de Nicolas Pépé passer à côté de son montant droit, avant que le même attaquant ivoirien ne double la mise. Le gardien ne peut rien sur le plat du pied enroulé petit filet opposé de son vis-à-vis. Avec une défense qui a du mal à contenir la vitesse des offensifs nordistes, Lopes aurait même pu en prendre un troisième, si Ikoné n’avait pas trouvé le poteau juste avant la pause. Cela aurait été sévère pour le portier, qui est complètement impuissant sur les deux buts Lillois, mais qui n’a rien eu à faire par ailleurs.
Mais le rôle d’un gardien ne se limite pas seulement à retarder le plus possible l’ouverture du score. Un portier peut aussi être décisif en maintenant l’écart, tout en espérant que ses coéquipiers soient capables de le remonter. Et c’est exactement ce qu’Anthony Lopes s’est employé à faire. Dans une seconde mi-temps où il a été peu sollicité, il a su répondre à son homologue Mike Maignan, décisif en début de match. À l’heure de jeu, Ikoné trouve Xeka, qui décroise sa tête au premier poteau. Face à son compatriote, le gardien s’envole parfaitement pour aller chercher un ballon loin d’être évident. Cinq minutes plus tard, il est bien placé pour capter facilement, quoique en deux temps, la frappe de Bamba. Une intervention réussie, qui est suivie de près par la réduction du score de Traoré. Puis Lyon égalise enfin, et Lopes doit alors s’employer à défendre le nul. À une minute de la fin du temps réglementaire, Pépé lâche un plat du pied qui file sous la transversale. C’était sans compter le portier lyonnais, qui détourne le ballon en corner, d’une claquette des deux mains. Puis en profite pour rappeler à l’ordre ses défenseurs. Plus qu’un dernier rempart, Lopes est aussi un des leaders de cette équipe, et le moteur d’une défense qui a parfois des ratés.

https://twitter.com/SeriousCharly/status/1068924771587510272

Aussi bon que haï

Nommé au trophée du meilleur gardien de Ligue 1 quatre ans de suite (2015, 2016, 2017, et 2018), sans jamais obtenir la précieuse récompense, Anthony Lopes est indéniablement un des meilleurs portiers du championnat français. Un des plus réguliers aussi, à l’image d’un Stéphane Ruffier, ou d’un Steve Mandanda, qui, même s’il commence à baisser en régime, a longtemps été impressionnant de maîtrise dans et hors de ses cages. Comme eux, Lopes est un leader, qui fut capitaine de son club le temps d’une saison (2016-2017), avant de laisser un brassard a priori trop encombrant pour lui, à Nabil Fékir. S’il est aussi décisif et fidèle, c’est aussi parce que le portier de 28 ans est un pur produit de la formation lyonnaise, avec tout ce que cela importe.
Ainsi, il est l’archétype même du soldat dévoué, agaçant les fans adverses, mais si précieux pour ses supporters. Membre du kop ultra des Bad Gones avant de signer pro, le gardien est assurément un des joueurs de Ligue 1 les plus détestés. On lui reproche son côté caïd, la violence des chocs qu’il fait subir à certains de ses vis-à-vis lors des duels aériens, et sa fâcheuse habitude à toujours être dans les mauvais coups. Souvent à tort d’ailleurs. Après son choc impressionnant face à M’Bappé  lors de PSG-Lyon, le janvier dernier, chaque sortie du portier portugais était décryptée pour savoir si son intention n’était pas d’allumer l’attaquant adverse.

Et même si certains de ses homologues l’ont défendu dans un documentaire Canal + quelques semaines après l’incident, montrant qu’il n’avait d’autres choix que de percuter le jeune ailier parisien, le gardien garde cette image de mauvais garçon collée à la peau. Dommage pour celui qui est peut-être un des derniers joueurs-supporters de notre Ligue 1.

Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Pas de Grande Rougadore pour la journée de Ligue 1 de cette semaine, on se retrouve donc lundi prochain pour une élection qui englobera les deux journées. D’ici là vous pouvez retrouver les six derniers Grande Rougadore et lire notre série sur le Ballon d’Or sur notre site.



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
odio venenatis, quis, dolor pulvinar leo