Histoire de Paris-Nice

0
Logo Paris-Nice
Ligue 1

Paris-Nice commence dans 48h et pour cela je vous emmène dans l’histoire de la mythique course au soleil pour cette 78è édition.

1- Histoire Paris-Nice :

Au début des années 30, Albert Lejeune dirige deux journaux qui sont très côté à l’époque avec d’un côté Le Petit Journal basé à Paris et Le Petit Niçois basé à Nice. Albert Lejeune se pose la question de trouver un point commun, un événement à ses deux journaux.

couverture paris journal du 1er PN

couverture du Petit journal pour la 1è édition de Paris-Nice (1933)

Cet événement doit être cycliste et pour cause l’intérêt pour le cyclisme est immense avec les stars françaises de l’époque : André Leducq, Antonin Magne, Georges Speicher ou bien René Vietto.
Son objectif est de rallier le “centre géographique” de ses deux journaux par une course cycliste, d’où le choix de Paris-Nice, sur une durée de six jours, pour prolonger la saison hivernale en rappelant ainsi les Six Jours et voilà que naît les Six Jours de la Route.
Pour André Lejeune, il veut éviter le massif alpin, suivre la Vallée du Rhône, allez dans l’arrière-pays niçois.
Dès 1933 : 149 candidatures sur 200 sont retenues avec comme obligation : être un cycliste professionnel. Sur ces 149 coureurs cyclistes : 40 cyclistes font partie des équipes de marques ou de leurs filiales, 109 sont des “individuels” mis chacun d’entre eux recevra l’indemnité quotidienne de 40 francs.
Le 13 mars 1933, les coureurs viennent au siège du journal et un départ le lendemain à 5 heures du matin devant le café Rozes de la Place d’Italie.

Café Rozès, départ de la 1è étape de l'histoire de PN

Café Rozès, lieu de départ de la 1è étape de Paris-Nice

Après 7 kms de défilé, le départ se fait à Thiais, Carrefour de la Belle Epine.
Alfons Schepers est le vainqueur de l’étape à Dijon la course fait étape ensuite à Lyon, Avignon, Marseille, Cannes pour une arrivée à Nice (une étape Cannes-Nice de 110 kms et les ascensions du Mont Agel et de la Turbie).
La course fut un succès mais en 1940, le Paris-Nice ne se fera pas à cause de la 2nde Guerre Mondiale.
Dès 1946, la course est organisée par le journal Ce Soir, malgré les difficultés du moment (les cartes d’alimentation sont encore en vigueur, le matériel est rare et pas toujours de bonne qualité, les routes sont en mauvais état), l’épreuve se déroule à la satisfaction générale. En revanche la direction du journal abandonne l’organisation car elle préfère se consacrer par ses idées à la reconstruction du pays.
Ensuite en 1951, Jean Médecin, maire de Nice, donne un 2nd souffle à cette course.
Pour cela il prend contact avec l’hebdomadaire Route et Piste dont le rédacteur en chef Jean Leulliot (ancien de L’Auto) devient le directeur de course.

Jean Leuillot, organisateur historique de PN

Jean Leulliot, célèbre organisateur de Paris-Nice durant 25 ans.

En 1951, l’épreuve prend le nom de Paris-Côte d’Azur. Le nom de Paris-Nice apparaît qu’en 1954.
Ensuite en 1957, Jean Leulliot, à la tête de la société Monde Six, reprend l’organisation à son compte.
Puis en 1982, à la mort de son père, Josette Leulliot reprend le flambeau jusqu’en 2000, date à laquelle elle cède l’organisation à Laurent Fignon qui sera l’organisateur que durant 2 ans car en 2002, ASO devient l’organisateur de Paris-Nice.

2- Faits marquants de la course :

Lors de l’édition 2003, le coureur kazakh Andrei Kivilev est décédé à la suite d’une blessure à la tête subie lors d’une chute.

Andrei Kirilev

Andrei Kirilev

Sa mort incite l’UCI à imposer le port du casque dans toutes les compétitions de cyclisme.

3- Quelques stats et chiffres sur la course :

– Nice est la ville ayant accueilli le plus d’arrivées d’étapes 67 en 68 éditions (c’est l’édition de 1991 qui n’a pas eu d’arrivée à Nice mais au Col d’Eze).
– Le plus jeune vainqueur est René Vietto en 1935 à l’âge de 21 ans, à l’inverse Raymond Poulidor en 1973 à l’âge de 37 ans est le plus vieux vainqueur.
– Avec 27 victoires, la France détient le record du nombre de victoires par nation aucune victoire au général depuis Laurent Jalabert en 1997. Suivent les belges avec 14 victoires et les irlandais avec 8 victoires (dont 7 pour Sean Kelly).

– Sean Kelly et Eddy Merckx sont les cyclistes avec le plus de podiums (7 podiums et 7 victoires pour Kelly, 3 victoires, 2x 2ème et 2x 3ème sur 7 podiums) devant Anquetil (5 victoires et 1x 3ème) et Jalabert (3 victoires, 2x 2ème et 1x 3ème).
– Eddy Merckx est le cycliste avec le plus de victoires d’étapes (21 entre 67 et 77) devant Sean Kelly (13), Rik Van Looy (11), Freddy Maertens (11) et Eric Leman (10).

Merckx

Eddy Merckx 

– Avec un écart de 9’33” en faveur de Maurice Archambaud sur Frans Bonduel est le plus gros écart de la course au soleil. C’était en 1939. A l’inverse 2 secondes ont séparés le vainqueur colombien Sergio Henao et son dauphin l’espagnol Alberto Contador en 2017.

– Roger Lapébie (1937), Jules Lowie (1938), Maurice Archambaud (1939), Fermo Camellini (1946), Roger Decock (1951), Fred De Bruyne (1958), Jean Graczyk (1959), Raymond Impanis (1960), Joseph Planckaert (1962), Jan Janssen (1964), Tom Simpson (1967), Rolf Wolfshohl (1968), Raymond Poulidor (1973), Gilbert Duclos Lassalle (1980), Sean Kelly (1985), Miguel Indurain (1989), Michael Boogerd (1999), Bobby Julich (2005), Floyd Landis (2006), Davide Rebellin (2008), Geraint Thomas (2016) et Sergio Henao (2017) ont remportés l’épreuve sans gagnés une seule étape lors de l’édition.

– Avec 57 étapes en leader de la course, Eddy Merckx est le cycliste qui, sur Paris-Nice, a le plus grand nombre d’étapes courues avec le maillot de leader sur le dos. Suivent Sean Kelly (31 étapes) et Laurent Jalabert (23 étapes).

– Seul Alfons Schepers (1933), Jean Bobet (1955), Eddy Merckx (1971), Freddy Maertens (1977), Gerrie Knetemann (1978), Sean Kelly (1986), Alex Zülle (1993), Laurent Jalabert (1997), Frank Vandenbroucke (1998) et Jörg Jaksche (2004) ont portés le maillot de leader de la 1ère étape à la dernière étape.

– Seul Louison Bobet, Jacques Anquetil, Jan Janssen, Eddy Merckx, Joop Zoetemelk, Stephen Roche, Miguel Indurain, Alberto Contador et Bradley Wiggins. ont remportés leur premier (ou leur seul) Paris-Nice avant d’avoir remporté le Tour.

– Seul Fred De Bruyne (1956), Eddy Merckx (1969 et 1971), Sean Kelly (1986) et Laurent Jalabert (1995) ont fait le doublé Paris-Nice Milan San-Remo.

4- Maillot distinctifs :

Le 1er du général porte, au début de la course en 1933, un maillot azur (rappel de la Méditerranée) et or (rappel du soleil), un maillot vert en 1946, un maillot jaune à liseré orange en 1951, un maillot blanc en 1955, un maillot jaune et blanc en 2002 et depuis 2008 un maillot jaune.

collage maillot leader général

Maillot jaune, maillot blanc de leader du général (maillot blanc porté par Indurain en 1989) et maillot jaune et blanc de leader du général (maillot jaune et blanc porté par Bobby Julich en 2005).

Le leader du classement par points porte un maillot vert en 1954 puis un maillot rose jusqu’en 1984 ou le classement disparaît jusqu’en 1996. Le classement revient en 1999 avec un maillot jaune ensuite un maillot rose et mauve en 2000. En 2002 c’est un maillot vert et blanc avant de redevenir vert dès 2007.

Maillot vert ainsi que le maillot vert et blanc (porté par Jalabert en 2002)

Le cycliste en tête du classement de la montagne porte un maillot jaune et rouge dans les années 1970, un maillot blanc et mauve en 1984 puis devient jaune et bleu en 1991 puis blanc à pois rouge depuis le rachat par ASO en 2002.
Le leader du classement des jeunes a porté un maillot blanc et bleu entre 2002 à 2006 et blanc depuis 2007.

maillot à pois ainsi que le blanc et mauve du classement de la montagne.

Maillot à pois ainsi que le blanc et mauve du classement de la montagne.

L’édition 2020 commence dimanche, voici le parcours en cliquant ici

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here