Hochfilzen – Sprints – Jo La Menace, Revoilà Darya

0
Ligue 1

Servus!!! Nous voici ce weekend à Hochfilzen, en Autriche pour un sprint, une poursuite et un relais, pour les deux catégories. Aujourd’hui, c’était journée sprints hommes et femmes. Si les premiers ont pu concourir dans des conditions qui n’ont pas affecté ni le déroulement ni le résultat final, cela n’a pas été le cas pour les dames, qui ont dû composer avec des bourrasques de vent et de fortes chutes de neige.

En fin de matinée, à l’heure de l’apéro, c’était donc aux garçons d’ouvrir le bal. Le deuxième sprint de la saison allait-il nous offrir un suspens et une arrivée aussi serrée que lors de la première levée où Martin Fourcade avait été battu d’un souffle par Tarjei Bø??? Ayant (re)pris le dossard jaune à l’issue de la poursuite dimanche, le Français voulait cette fois-ci, voir le chrono passer du bon côté et continuer sur sa lancée et reléguer toujours un peu plus derrière ses adversaires, désormais connus. Malheureusement pour le Catalan, il a de nouveau fait face à un obstacle Norvégien, à un frère qui en cache un autre. En effet, si à Östersund, la victoire lui avait échappé d’un bout de spatule par Tarjei, le Catalan n’a aujourd’hui rien pu faire face à la puissance du petit frère, Johannes et termine à nouveau second, relégué à plus de 12″ du Norvégien.

Podium à dix balles

Les deux hommes ont réalisé un sans-faute au tir, ce qui les plaçait forcément pour le podium et la victoire – comme souvent lors de cette course “express”, où à cause de la courte distance, la vitesse de fond est en général insuffisante pour rattraper ses erreurs – et c’est sur les skis que la différence s’est faite. Johannes Bø s’est alors révélé bien plus rapide que Martin Fourcade, dont on sent bien qu’il n’est toujours pas à son top. Le Pyrénéen l’a d’ailleurs confirmé en zone mixte et a admis sa faiblesse du jour face à la forme affichée du Viking. Ce contraste pourrait, dès lors, s’avérer intéressant dans la lutte pour le Général, d’autant que les Jeux Olympiques vont priver le circuit de plusieurs semaines de Coupe du Monde, et donc, d’autant de points en moins à glaner. Il ne faudra donc pas, pour Fourcade, mettre la charrue avant les Bø pour obtenir son septième globe de cristal d’affilée.

Derrière eux, c’est Jakov Fak qui obtient son deuxième podium de la saison après celui de la poursuite d’Östersund. Lui aussi auteur d’un 10/10, le Slovène continue sur sa lancée et s’invite également sur le podium du classement général avec 162 points. Devant lui, Martin Fourcade devance Johannes Bø de 38 points (216 à 178) mais sent toujours la menace présente. Quant à Quentin Fillon Maillet, il dégringole à la cinquième place (134). En cause, sa course catastrophique avec son 7/10 ponctuée d’une décevante 38è place, le privant des points.

jpg (6)
Le podium du sprint mais également, de gauche à droite, celui du général (crédit photo: IBU)

Domracheva dans le tourbillon d’Hochfi

Si les hommes ont donc pu bénéficier de bonnes conditions, malgré le froid et un ciel un tant soit peu couvert, les femmes ont au contraire, dû lutter contre les éléments. Tempête et chutes de neige étaient au programme à l’heure du dessert et des 102 courageuses au départ. La course s’annonçait donc très compliquée, notamment au tir. Avec ces rafales et la faible visibilité, le sans-faute était pratiquement mission impossible. Mais même en cas de réussite, rien ne garantissait pourtant la victoire. En effet, les flocons recouvrant le sol donnent un tapis peu rapide et embourbant, gênant donc allègrement la glisse des skis fartés et préparés minutieusement pour atteindre la meilleure performance possible. Il fallait donc, non seulement un excellent tir, mais également de l’expérience, de la puissance, de la finesse et du talent pour se sortir de ce piège tyrolien.

jpg (7)
Des conditions un poil délicates pour le sprint féminin (crédit photo: IBU)

Et à ce petit jeu, c’est la Biélorusse Darya Domracheva qui s’en est le mieux sortie. Auteure d’une carte pleine au tir – seules sept autres athlètes ont réalisé le 0 faute – la triple dorée aux Jeux s’impose avec 22″ devant une autre revenante, la Slovaque Anastasia Kuzmina (9/10) double championne olympique en titre de la spécialité, et marque son grand retour un peu plus d’un an après la naissance de sa fille. En troisième position, on retrouve la plus jeune, (beaucoup) moins décorée, mais non moins talentueuse, l’Italienne Dorothea Wierer, elle aussi auteur d’une erreur, considérée comme faisant partie de la relève du biathlon féminin.

Un classement général très courtisé (le coquin)

Relève dont fait partie, malgré son âge avancé, Denise Herrmann. Révélation de ce début de saison, l’ancienne fondeuse de 28 ans n’a pas pu s’adapter aux conditions sur le pas de tir. Avec quatre fautes, dont trois debout, l’Allemande a payé son manque d’expérience et de pratique à ce niveau. Finissant à une modeste 28ème place, elle a néanmoins repris 30 secondes lors du dernier tour, soit en 2,5 km. De retour après un coup de froid, sa compatriote Laura Dahlmeier n’a pas, elle non plus, brillé. Avec deux fautes au couché, la tenante du Gros Globe n’a pu faire mieux que 16ème. Autre contre-performance, celle de Justine Braisaz. Avec un 7/10 à la carabine, la leader de la Coupe du Monde a arraché la 23ème place. Elle conserve cependant le dossard jaune pour neuf petits points devant Denise Herrmann (160 contre 151). Un classement qui s’annonce très serré, puisque suit un groupe composé des Norvégiennes Synnøve Solemdal (145 points), Maren Olsbu (143), Kaisa Makarainen et Nadezhda Skardino (142) et enfin, Yulia Dzhima (137 points). Autant dire que la bataille promet d’être rude parmi toutes ces prétendantes pour conquérir définitivement le coeur de ce dossard jaune tant convoité.

Si chez les hommes, la hiérarchie commence doucement à se dessiner, elle est on ne peut plus indécise du coté de ces dames et demoiselles. Les conditions climatiques  ont bien entendu joué un rôle et cela a aussi permis à des filles qui montent en puissance, expérimentées ou à l’aise dans ces conditions de s’exprimer et de jouer le haut du panier, tout en profitant des erreurs de celles en réussite la semaine dernière. La poursuite pourrait à nouveau tout chambouler, – bien que les écarts creusés par “Madame Bjørndalen” ne devraient pas l’empêcher de faire le doublé –  surtout si la météo s’en mêle à nouveau, et rendre cette saison passionnante chez les filles. Mais il est également possible de voir des retournements de situation et un resserrement des positions chez les garçons. Rendez-vous donc demain pour la suite des aventures…

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here