Hunter – Lionceaux – #02 – Seconde Chance

0

Après un silence long de plusieurs secondes durant lequel Alex Hunter semble pensif, l’anglais relève la tête et regarde l’assistance. « Une autre question ? » lance le joueur à peine majeur. Une quinzaine de mains se lève pour réclamer la parole. Pendant ce moment, le plan serré sur Hunter recule et devient un plan large comprenant ses deux voisins du jour.

A la gauche d’Hunter se trouve son ancien rival à Manchester United, Harry Kane. L’attaquant tape sur l’épaule de son futur coéquipier. A la droite d’Hunter se trouve l’ancien joueur de Crystal Palace, Aston Villa et Middlesbrough. Il s’agit d’un ancien membre des Three Lions, défenseur répondant au nom de Gareth Southgate. Le technicien désigne le prochain intervenant.

Journaliste : « Alex, vous êtes donc dans les 23 joueurs qui disputeront la prochaine Coupe du Monde en Russie. Vous allez pouvoir éventuellement honorer votre première sélection avec la sélection anglaise, est-ce une revanche après la cape manquée l’été dernier ? »

Alex Hunter : « Je ne parlerai pas de revanche. J’avais été appelé l’été dernier chez les Three Lions pour un match amical. Malheureusement, une légère blessure au genou m’avait obligé de déclarer forfait. J’avais alors décidé d’aller voir un spécialiste au Brésil. Aujourd’hui, je suis en forme et prêt. Rien ne m’empêchera d’aller en Russie. »

Cette sélection est une bénédiction pour Hunter. Même s’il a brillé la saison dernière, il a vécu deux mois sans jouer pendant sa blessure contractée avec le Paris Saint Germain. Mais l’apport de Béatrice Vilanova a pesé dans la balance. Quelques jours avant l’annonce de la sélection anglaise, elle a fait marcher ses réseaux journalistiques qui n’a pas cessé de parler d’Alex Hunter, de sa bonne année et surtout de l’aide qu’il pourrait apporter aux Three Lions. Ainsi, Hunter devenait incontournable.

Personne ne sait si son destin avait été identique si cette campagne médiatique n’avait pas existé. Personne ne sait si son destin avait été identique s’il n’avait pas rejoint la société de Vilanova. Une chose est sure : il est dans cette salle de conférence et répond aux journalistes afin de réagir à sa sélection. Une chose est sure : il va aller défendre la sélection anglaise en Russie d’ici quelques semaines.

Journaliste : « Vous allez retrouver d’anciennes connaissances en sélection, pensez-vous que la concurrence offensive ne gâchera pas vos diverses amitiés ? »

Alex Hunter : « Je suis heureux de savoir que Harry soit également du voyage. On s’est croisés à Manchester l’an dernier. Cette fois, c’est moi qui vais l’envoyer sur le banc. (rires) Non, je pense qu’on peut être complémentaires. J’ai également su que Danny Williams avait été sélectionné et c’est justifié. Il a fait une très bonne deuxième partie de saison avec les Red Devils. Ça sera l’occasion de reformer le duo qui a fait trembler les défenses de Championship avec Newcastle. Avec ce trident offensif, on peut avoir de bons espoirs. On s’entend bien sur le terrain. J’ai déjà joué avec Harry et Danny. Ces derniers ont également tapé quelques ballons ensemble avant le départ d’Harry vers l’Allemagne. De façon collective, on a le potentiel pour être parmi les favoris. Notre groupe a énormément de potentiel. A titre personnel ça sera difficile de me faire une place autour de Harry Kane, Danny Williams ou encore Marcus Rashford… »

Journaliste : « Ainsi que Gareth Walker… »

Johnny Fudal

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here