#Hunter

Hunter – Lionceaux – #05 – Souvenirs…

« J’ai besoin de toi ». Alex Hunter lâche ces quelques mots avec son interlocuteur au téléphone. Il semble être perdu, angoissé et inquiet. « J’ai peur de ne pas réussir. Dans moins d’un mois, le monde entier va me regarder. Je n’ai plus le droit à l’erreur. C’est le moment ou jamais. Autour de moi, il y aura le gotha du football. Je dois leur prouver que j’en fais partie. J’ai peur… Comment dois-je faire ? »

A l’autre bout du fil : Jim Hunter, son grand-père. Joueur talentueux dans la fin des années 1960, c’est un exemple pour le jeune anglais. Jim a été un grand buteur dans le championnat anglais dont une saison 1968/1969 avec vingt-deux réalisations. Sur la pelouse de Coventry il a même inscrit le centième but de sa longue carrière d’une volée du gauche, une frappe limpide. Ses conseils valent de l’or pour le gamin de Clapham.

Jim Hunter : « Nos histoires ne sont pas comparables. Aucune histoire n’est comparable. Quand j’ai commencé à marquer, l’équipe nationale était déjà au sommet. Elle était emmenée par le légendaire Bobby Charlton et le capitaine Bobby Moore. A l’attaque, il y avait Geoffrey Hurst. Tu sais, ce joueur est le seul à avoir marqué un triplé en finale de Coupe du Monde. Dans les cages, c’était le grand Gordon Banks. Au sommet de ma carrière, j’étais barré par la génération de champions du Monde. Certains disaient même qu’ils étaient aussi populaires que les Beatles Puis un an après ma meilleure saison, il y avait un Mondial à faire au Mexique. Aux postes offensifs, il y avait un énorme embouteillage : Francis Lee, Geoff Hurst, Martin Peters, Peter Osgood, Allan Clarke ou encore Jeff Astle. Ces joueurs avaient du talent… »

Avec cette concurrence, Hunter allait rater cette Coupe du Monde qui verra le Brésil être sacrée. Des stars y étaient exposées comme Pelé, Jairzinho, Franz Beckenbauer ou encore Gerd Müller. Juste en repensant à ceci, Jim Hunter soupire et marque un temps d’arrêt.

Jim Hunter : « Alex, aujourd’hui c’est différent. Tu as prouvé que tout était possible. Tu es arrivé il y a deux ans et tu t’es imposé parmi les grands. Tout le monde s’étonne de ta montée en puissance. Même les deux joueurs qui dominent le foot actuellement ont mis plus de temps avant d’arriver à ton niveau actuel. Tu vas avoir l’occasion de briller. Mais tu l’auras également dans quatre ans, dans huit ans, dans douze ans ! Ne brule pas les étapes. Ma carrière n’a pas duré longtemps mais j’ai eu assez d’occasion pour marquer plus de cent buts. Je n’ai jamais joué le moindre match en Coupe du Monde, j’ai connu que quelques sélections. Je ne peux pas te guider pour ça. Mais j’ai totalement confiance en toi. »

Alex Hunter est touché par les paroles de son grand-père mais souhaite savoir comment se passe une entrée en matière dans une Coupe du Monde. D’ici quelques semaines, il va fouler les pelouses russes et affronter les meilleures équipes du monde. Il sera dans la même dimension que Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Neymar, Eden Hazard, Edinson Cavani, Antoine Griezmann, Robert Lewandowski ou encore Luis Suarez. Même s’il évolue dans une grosse écurie, il pourrait se faire remarquer et réaliser son rêve : signer au Real Madrid.

Le jeune anglais prend alors son téléphone et voit une photo d’une de ses connaissances : le français Rémy Dugimont donnant son maillot à Antony Canonne, président des Ch’tis Collecteurs, il y a quelques mois lors d’un Lens-Clermont. Il fait alors le tour de ses contacts en vue de trouver une oreille attentive et surtout boire des conseils d’un vieux briscard. Il s’attarde quelques secondes sur le nom de Thierry Henry. Le français a connu sa première Coupe du Monde alors qu’il n’avait pas encore 21 ans. Il a même remporté ce trophée. Et dire qu’en 1998, Alex n’était même pas encore né. Mais en faisant coulisser son prestigieux annuaire, Hunter opte pour un autre choix, une personne qui a vécu son tournoi comme un miracle.

 

Johnny FUDAL



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
dolor Curabitur pulvinar consectetur accumsan felis sed dictum lectus