Jan Ullrich remporte le Tour 1997

0
Jan Ullrich Tour 1997
Ligue 1

Champion d’Allemagne, 3è du Tour du Suisse Jan Ullrich arrive sur le Tour 1997 avec le statut d’outsider. 2è et maillot blanc en 1996, l’allemand compte bien ramener le jaune aux champs-Elysées.

Introduction :

Parmi les favoris, on comptera l’équipier du rostockois Bjarne Riis – tenant du titre. Virenque et Dufaux pour Festina, Jalabert – vainqueur de la Vuelta 1995 et Zulle – vainqueur de la Vuelta 1996 et 2è du Tour 1995 pour Once font partis des outsiders. On comptera aussi parmi les autres favoris : Rominger – triple vainqueur de la Vuelta et vainqueur du Giro 1995 – Olano, Leblanc, Pantani, Escartín, Luttenberger, Gotti – vainqueur du Giro 1997 et Berzin – vainqueur du Giro 1994 .
Au rayon des sprinteurs on notera la présence de Cipollini, Zabel, Moncassin, Minali et Abdoujaparov.
Le Champion du monde Museeuw, Bartoli – vainqueur de Liège-Bastogne-Liège – Sørensen et Boardman – recordman de l’heure sont également au départ.

Parcours du Tour 1997

Début de Tour :

D’abord lors du prologue, Chris Boardman s’impose et remporte le 30è de sa carrière. Si Ullrich est le 1er des favoris en finissant 2è à 2″ Jalabert finit à 18″. Parmi les autres favoris, Rominger, Berzin et Zülle terminent à 5″, Olano à 10″, Riis à 15″. Cipollini qui a finit à 18″ peut via les bonifs se procurer le jaune dans les étapes de plaine à venir.
Sur la 1è étape, Cipollini s’impose et prend le jaune sur ses épaules. Une chute survenue à 10 km de l’arrivée fait perdre 58″ à Dufaux, Berzin, Riis, Pantani, Gotti et Escartin. Leblanc et Zülle perdent 1’35”.
Ensuite, le lendemain, au sprint massif, Zabel s’impose mais Cipollini conforte son maillot jaune.
Puis lors de la 3è étape, le peloton se dirige vers Plumelec. Une chute intervient au milieu d’étape et envoie Rominger au sol, une fracture de la clavicule pour le suisse qui doit abandonner. Si Cipollini finit à 11″, Zabel s’impose devant le jeune Vandenbroucke et le favori Riis. Les favoris finissent ensemble, cependant Pantani perd 1’25”, Zulle 1’31” et Gotti 3’20”.
Au Puy du Fou, Minali s’impose devant Moncassin, Zabel et Cipollini. L’allemand revient à 4″ de l’italien au général. Pantani, Gotti et Zulle finissent à 31″.

La plaine avant les Pyrénées :

Ensuite, lors de l’étape 5, Zulle est non partant en raison de ses nombreuses chutes survenues dans les 4è étapes. A La Châtre et après 147 km d’échappée, Vasseur s’impose et récupère le maillot jaune des épaules de Cipollini.
Le lendemain, Berzin chute et abandonne tandis que Zabel remporte l’étape au sprint avant d’être disqualifié pour sprint houleux. Jeroen Blijlevens remporte alors l’étape devant Abdoujaparov mais ce dernier est exclu du Tour suite à son contrôle positif à Vire. Vasseur conserve le maillot jaune.
Au départ de Marennes, Cipollini – souffrant du genou et Gotti – relégué à 9′ et souffrant du cou sont non partants. A Bordeaux, si Zabel s’impose au sprint massif devant Kirsipuu et Blijlevens, une chute à 5 km de l’arrivée fait perdre 50″ à Virenque, Dufaux, Leblanc et Pantani.
Puis pour l’arrivée à Pau, juste avant la 1è étape pyrénéenne, Zabel s’impose au sprint devant Minali et Blijlevens.
Au pied des Pyrénées, Vasseur compte 1’21” sur Zabel. Concernant les favoris, Ullrich est à 2’56, Olano à 3’04”, Jalabert à 3’06”, Riis 3’59”, Luttenberger à 4’13”, Virenque 4’26”, Escartin à 4’30” et Dufaux à 5’04. Parmi les favoris distancés, on retrouve Leblanc à 6’05” et Pantani à 7’17”.

Les Pyrénées, terrain de jeun d’Ullrich :

Dans le Val-Louron-Azet, Virenque et Brochard y vont, si Ullrich et Pantani suivent sans problème, Riis est pas capable de suivre mais son jeune équipier doit l’attendre. Cet événement profite à Brochard qui attaque et s’en va s’imposer à Loudenvielles. Ullrich, Pantani et Virenque finissent à 14″. Riis finit à 27″ de son jeune équipier. Cédric Vasseur, ne voulant pas céder son maillot finit à 2’57” et garde son précieux pour 13″ sur Ullrich.

Par la suite, pour l’arrivée au sommet d’Andorre Arcalis, Ullrich tente d’y aller mais Vasseur le reprend alors l’allemand attend Arcalis. Dans l’ascension de celle-ci le show-Jan commence en éclatant la concurrence tel du pop corn dans un micro ondes. Ses premiers concurrents, Virenque et Pantani finissent à 1’08”. Casagrande finit à 2’01, Riis à 3’23”, Dufaux à 3’27 et le trio Jimenez-Escartin-Olano à 3’45”. Plus loin, on retrouve Luttenberger à 4’02”, Vasseur à 7’44, Jalabert à 18’59 et Brochard à 28’55. Ullrich récupère ainsi le jaune et possède 2’58” sur Virenque.

Ensuite pour la dernière étape, remportée par Desbiens, ne créera pas d’écarts significatifs entre les favoris mais la hiérarchie est simple : Il y’a Ullrich puis Virenque-Pantani et ensuite vient les autres. Au général, Ullrich à 2’38” sur Virenque, 4’46” sur Olano, 4’53” sur Riis, 5’29” sur Pantani, 5’46” sur Escartin, 6’02” sur Dufaux et 7′ sur Camenzind. Plus loin, au rayon distancés, on retrouve Luttenberger à 8’02”, Jimenez à 9’33”, Jalabert à 24’32” et Brochard à 32’46.

Le chrono de Saint-Etienne :

Sur un parcours de 55 km, essentiellement plat, Ullrich s’impose pour la 2è fois en 3 étapes. Virenque finit 2è à 3’04” devant Riis à 3’08, Olano à 3’14” et Pantani à 3’42”. Au niveau du général, à la veille de l’Alpe d’Huez, Ullrich possède 5’42” sur Virenque et 8′ sur Olano. Riis à 8’01”, Pantani à 9’42”, Escartin à 11’09”, Casagrande à 11’16” suivent l’espagnol de Banesto.

Passage Alpin :

Dans la montée de l’Alpe, Virenque et Pantani tente de lâcher Ullrich mais en vain. Pantani remporte l’étape tout de même et lui reprend 47″. Virenque finit 3è et perd 1’27”. Casagrande et Riis finissent à 2’27”. Les autres favoris sont en dedans : Olano à 3’25”, Escartin à 4’14”, Jiménez et Luttenberger à 4’27”, Camenzind à 4’31” et Dufaux à 7’05”. Au général, Ullrich a 6’22” sur Virenque et 8’24” sur le pirate. Riis, 4è à 9’42” est le 4è et dernier seul sous la barre des 10′ de retard.

Pantani sur l’Alpe d’Huez

Le lendemain, dès le Glandon, Festina embraye et Virenque, Dufaux et Casagrande s’échappent alors qu’Ullrich et Pantani restent dans le peloton. Ensuite dans la Madeleine, Virenque s’en va seul mais avec seulement 22″ au sommet sur le trio Riis, Ullrich et Escartín, le français les attend. Dans l’ascension finale de Courchevel, Dufaux y va et est suivi par Riis mais plus loin, Virenque et Ullrich les contrent et s’envolent vers le sommet. Si Virenque remporte la victoire, Ullrich reprend du temps à tous les autres. En effet, Escartin finit à 47″, Dufaux à 1’19”, Riis à 1’24”, Pantani, Olano et Jiménez et Casagrande finissent au delà des 3′. Ullrich confort son précieux maillot jaune.

Lors de la dernière étape alpine, Jalabert fait l’échappée mais ensuite le trio Virenque-Pantani-Ullrich se reforme et l’italien remporte sa 2è étape sur ce Tour. Virenque et Ullrich finissent à 1’17”, Zberg, Casagrande, Escartín et Julich à 1’59”. Riis finit à 2’06”, Jiménez à 2’37”, Camenzind et Olano à 3’29”. Les deux grands perdants sont Luttenberger qui finit à 6’21” et Dufaux finissant à 10’58”. Au général, Ullrich a 6’22” sur Virenque, 10’13” sur le pirate, 11’55” sur son équipier Riis, 16’05” sur Escartin, 16’40” sur Olano, 17’14” sur Casagrande et 23’42” sur Jimenez. Dufaux est plus loin à 29’46”, Camenzind à 30’21”, Luttenberger à 32’04”. Brochard et Jalabert sont à plus d’une heure.

Échappée Jurassienne et Vosgiennes :

Dans l’étape jurassienne, Festina fait exploser le peloton et ainsi Camenzind, Luttenberger et Riis sont distancés et finiront à plus de 6′. A Fribourg, Mengin s’impose devant le jeune mais prometteur Vandenbroucke et Virenque. Au général, Riis perd 3 place au profit d’Escartin,Olano et Casagrande.
Le lendemain, les favoris restent sage et Neil Stephens s’impose devant Oscar Camenzind et Viatcheslav Ekimov. Pas de changement au général.

Sur la route menant à Montbéliard, Festina met trois coureurs en échappée avec Hervé, Dufaux et le vainqueur de l’étape, Didier Rous. Le français s’impose devant son compatriote et équipier Hervé et l’américain de Cofidis Julich.
Pour la dernière étape avant l’arrivée en Île de France, Voskamp s’impose devant Heppner mais les deux sont disqualifiés pour sprint irrégulier. L’italien Mario Traversoni, équipier de Pantani, s’impose devant François Simon et Marco Saligari.

Arrivée en Île de France :

Sur le chrono de Disneyland, la dernière étape pouvant créer des écarts, Ullrich est quasi sûr de remporter son 1er Tour mais à la surprise générale, c’est Olano qui remporte le chrono devant Der Kaiser pour 45. Le duo Cofidis Gaumont – à 1’12” – et Julich – à 2’24” et Dekker, à 2’39” complètent le TOP 5. Ensuite suivra un quatuor Festina composé de Moreau – à 2’56”, Brochard – à 3’10”, Dufaux – à 3’11” et Virenque à 3’32”.
Enfin le lendemain, Nicola Minali devance le maillot vert Erik Zabel sur les Champs et l’Australien Henk Vogels. Ullrich franchit la ligne d’arrivée avec le maillot jaune et remporte ainsi le Tour. Il devient le plus jeune, depuis Fignon en 1983, à remporter le Tour.

Classement annexes :

Jan Ullrich remporte ainsi le Tour 1997 et son 2nd maillot blanc tandis que Zabel remporte son 2nd maillot vert. Virenque remporte son 4è maillot de meilleur grimpeur du Tour et son 2nd Classement de la combativité. L’équipe de Riis, Ullrich et Zabel, la Telekom remporte le Classement par équipes.

Jan Ullrich, qui aurait pu remporter plus de Grands Tour aura été bloqué par Armstrong, derrière qui il finira dauphin en 2000, 2001 et 2003. Il avait fini 2è en 1996, derrière Riis et finira 2è en 1998, derrière le pirate.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here