Jeep Elite : Qui pour succéder au Mans ?

0
Ligue 1

Ca y c’est reparti ! Enfin presque. La plupart des équipes de Jeep Elite ont retrouvé le chemin de l’entraînement et comme chaque année, la lutte s’annonce âpre pour décrocher le Saint Graal. Alors que comme chaque saison, Strasbourg, Monaco ou encore l’ASVEL font figure de favoris, certaines équipes pourraient avoir leur mot à dire, dans un championnat où les surprises sont légions (demandez donc au MSB ou à l’Elan Chalon). Néanmoins, certaines écuries, fort d’une intersaison bien gérée, partent avec les faveurs des pronostics. Et même s’il n’est jamais très bon de s’avancer question paris en Jeep Elite, ce serait un miracle que le Mans conserve son titre, au vue des mouvements au sein de son effectif…

SIG- ASVEL – Roca team : ticket gagnant?

Comme chaque année depuis trois saisons désormais, c’est un trio qui s’avance en tant que favoris: Strasbourg, Monaco et Villeurbanne. Mais étrangement, seul l’ASVEL a remporté le titre, en 2016. Monaco, depuis sa remontée, cale toujours, que ce soit en quart ou en demie finale. Pour Strasbourg, c’est encore pire. Après 5 finales consécutives perdues, les Alsaciens se sont fait éliminés dès les demies finales l’année dernière, par le futur champion Le Mans.  Du coup, Martial Bellon a une nouvelle fois été obligé de sortir le chéquier: arrivée de Jérémy NZeulie en provenance de Chalon, de Jacques Alingue, Nicolas Lang ou encore Ali Traoré. Mais surtout, les Strasbourgois ont flairé d’autres excellents coups. Youssoupha Fall, impressionnant avec le MSB l’année dernière à signé à Baskonia durant l’intersaison, pour 4 ans. Désireux de le voir progresser, le board de l’équipe Espagnol a décidé de le laisser s’agguérir une année de plus en France. Strasbourg a sauté sur l’occasion et récupère l’un des meilleurs pivots de Jeep Elite. Surtout, Vincent Collet récupère également Mike Green, qui a fait tant de mal à la SIG en finale de coupe d’Europe l’an dernier, et qui apportera énormément, notamment au niveau du scoring. Une vieille tête bien connue est également de retour du coté du Rhénus. Il s’agit de Mardy Collins, ancien joueur NBA et passé par Strasbourg en 2007, qui apportera toute son expérience à ce groupe qui n’en manquait pas forcément. Car même si l’effectif est casiment changé à 100% (départ de Labeyrie, Bost, Wright, Bilan, Inglis ou encore Leloup), les arrivées de Nicolas Lang, champion avec Chalon en 2012 ou celle de Quentin Serron en plus de toute celle citées précédemment permettront un nouveau souffle. Et pourquoi pas enfin un titre tant espéré.

 

Car à Monaco aussi, le renouveau est important. Mais sur le papier, cela pourrait être plus difficile que les Alsaciens. Tout d’abord car Zvezdan Mitrovic, coach depuis la remontée, est parti à l’ASVEL. Et qu’il faudra donc s’imprégner de la philosophie de Saso Filipovski désormais. Jamais simple. Et puis, très peu de joueurs sont arrivés ( Needham et Hummer seulement à l’heure actuelle). Plusieurs départs pourraient coûter cher, car les Gladyr, Craaft et autre Evans pourraient être difficile à remplacer. Certains cadres sont restés, à l’image de DJ Cooper, Kikanovic, Ouattara ou encore Robinson, ce qui apportera de la stabilité. Mais compte tenu de l’élimination précoce de la saison passée, tout le monde s’attendait à voir arriver du lourd du coté du rocher. Et force est de constater que l’effectif n’est pas forcément de meilleur qualité. On demande donc à voir…

Du coté de Villeurbanne, tout semble aller pour le mieux : Mitrovic, coach reconnu est arrivé, l’indésirable John Roberson et le blessé Adrian Uter ont plié bagages, tandis que Justin Harper et Nicolas Lang n’ont pas été conservé, par choix. Dans le sens inverse, les arrivées sont de qualités : en signant Miro Bilan, meilleur intérieur du championnat, l’ASVEL a réalisé le gros coup de ce mercato. Mantas Kalnietis, ancien de Milan, apportera toute son expérience (Milan, Kaunas) alors que Livio Jean-Charles, tête bien connue du coté de l’Astroballe, fait également son retour dans l’effectif de la Green Army. Avec les DeMarcus Nelson, AJ Slaughter, David Lighty Alpha Kaba et autres Charles Kahudi, cette équipe ne manque pas de qualité. Et voudra reconquérir le titre, 3 ans après son dernier.

Quid du champion en titre ? 

Un écart semble s’être créé entre les 3 puissances du championnat et le reste de la meute. Le MSB, champion en titre, a renouvelé son effectif dans les grandes largeurs : sa raquette Youssoupha Fall – Roméo Travis n’est plus là, Mykal Riley a prit l’avion direction Chalon, tandis que Justin Cobbs s’en est allé en Croatie, direction Zagreb. Certes, Antoine Eito ou Wilfried Yeguete sont encore là, et le recrutement est intéressant ( Richard Hendrix intérieur rompu aux joutes Européennes,  Michael Thompson ancien meneur de Pau, Bigote et Cornelie, des adeptes de la Jeep Elite), mais reste à savoir si la mayonnaise va prendre. Si l’axe 1-5 semble alléchant sur le papier, il est intriguant de voir comment Bartécheky va s’adapter, lui qui évoluait avec un immense pivot l’année dernière, et qui aura cette saison un joueur plus adepte du post-up. Le début de saison, et les matchs de préparation devraient nous donner certaines indications.

Et après ? 

Comme très souvent, la majeure partie des clubs de Jeep Elite ont renouvelé leur effectif dans les grandes largueurs, et il est donc difficile, à l’heure actuelle, de dire qui a réalisé de bonnes opérations ou non. Gravelines semble s’en être plutôt bien sorti, en conservant Benjamin Sene, Taylor Smith ou Jean-Michel Mipoka par exemple, tout en recrutant Bangaly Fofana, Alain Koffi ou encore Scott Wood, tout en enregistrant le retour de Myles Hesson, auteur d’une énorme saison il y a 2 ans dans le Nord. Si des clubs comme Levallois (départ de Diaw, Lesca, Prepelic, Cornelie) ou Limoges (Conklin, Morency, Joyce, Gibson, Hayes, Carter) savent surtout ce qu’ils ont perdu mais pas vraiment ce qu’ils ont gagné, des clubs comme l’Elan Chalon ou Châlon-Reims ont été fidèle à leur principe : en Bourgogne, Jean-Denys Choulet, très remonté contre ses joueurs mais aussi contre lui-même la saison passée, a travaillé d’arrache pied pour éviter de reproduire les erreurs du passé. L’expérience est donc de mise: Ousmane Camara et Mickaël Gelabale sont resté, Mykal Riley est arrivé. Bien entendu, ce bon vieu JDC ne pouvait pas ne pas réaliser quelques coups, et le recrutement de Juan Palacios (Besiktas) ou de Justin Robinson (Saratov) nous donne déjà l’eau à la bouche. Il n’est pas sans rappelé que le coach de l’Elan a tout de même mit au grand jour des joueurs comme John Roberson, Cameron Clark (par le recrutement), Clint Capela ou Axel Bouteille (par la formation) récemment. Du coté de la Champagne, c’est également le mot expérience qui prime : Johan Passave-Ducteil (Nanterre), Blake Schilb (Bétis Séville), Jimmy Baron (Vilnius), des trentenaires confirmés, viendront apporter ce petit quelque chose à un club qui espère franchir un cap, et se rapprocher pourquoi pas des playoffs cette année.

Pour les autres en revanche, la saison risque d’être compliquée: Nanterre a tout chamboulé, et a pedu sa mascotte et peut-être meilleur joueur Heiko Schffartzik, ainsi que Jamal Shuler et Alade Aminu. Pau a vu Elie Okobo être drafté par les Suns et Koffi partir à Gravelines, Antibes, malgré l’arrivée de l’expérimenté Louis Campbell et Cholet s’attendent à vivre une saison compliquée, tout comme le Portel. A noter tout de même le très bon coup de Bourg en Bresse, qui a été en mesure de prolongé Zachery Peackock, tout proche d’être MVP la saison passée et qui s’est malheureusement blessé en fin de saison. Ce qui a sans doute fait défaut aux Bressans dans la course au playoffs.

En tout cas, cette nouvelle saison s’annonce une nouvelle fois passionnante. Rendez-vous le 22 septembre pour l’ouverture de la Jeep Elite, version 208-2019 !

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here