Jeux olympiques

JO – Athlétisme : émotions et records au programme de la journée

Crédit photo : AFP

Après une séance très matinale déjà haute en couleurs, la séance de l’après-midi (heure française) d’athlétisme n’a pas non plus été avare en action. Avec trois finales au programme (saut en hauteur, triple saut, 100 m), les Jeux olympiques ont une nouvelle fois produit de belles histoires. Retour sur une journée de sport riche en émotions.

 

Barshim et Tamberi, toujours plus hauts ensemble

Mutaz Barshim (Qatar) et Gianmarco Tamberi (Italie) ont peut-être écrit l’histoire des Jeux olympiques. Ou en tout cas, ils sont baignés de son esprit. Dans une finale époustouflante, les deux athlètes n’ont pu se départager au saut en hauteur. À égalité à 2,37 m sans aucun échec, les deux n’ont pu passer la barre des 2,39 m. Refusant les barrages, les deux sauteurs ont décidé, en accord avec les officiels, de se partager la première place. Un dénouement inédit qui couronne deux immenses sportifs.

Après s’être congratulés, ils ont pu réaliser chacun avec leur clan l’exploit accompli. De belles images qui prouvent une fois de plus le grand respect que chacun porte à l’autre. Le très démonstratif Italien a roulé de longues secondes par terre, fendant la nuit japonaise de ses cris de joie. Il avait apporté avec lui son plâtre qui l’avait empêché de participer aux Jeux de Rio 2016. À l’opposé, le plus mesuré Qatari laissait tout de même exploser sa joie. Le vice-champion olympique 2012 et 2016 grimpait enfin tout en haut de la boîte. Il signait par ailleurs son troisième titre international, après ses victoires aux Mondiaux 2017 et 2019.

Yulimar Rojas a tout fait sauter

La Vénézuélienne Yulimar Rojas était bien seule au monde dans la nuit tokyoïte. Il y avait trois classes d’écart entre elle et ses plus proches concurrentes sur le triple saut. En difficulté après une bonne première marque, elle s’est offert l’or olympique et le record du monde lors de son sixième et dernier saut. Un triple bond mesuré à 15,67 m, qui efface des tablettes l’Ukrainienne Inessa Kravets (15,50m). Le précédent record avait été établi en 1995 !

JO – Triple saut (F) : l’or olympique et record du monde pour Yulimar Rojas

Elle est accompagnée sur le podium de la Portugaise Patrícia Mamona (15,01 m) et de l’Espagnole Ana Peleteiro (14,87 m). À seulement 25 ans, elle s’offre un troisième titre d’envergure, après son sacre aux Mondiaux d’athlétisme en 2017 et 2019. C’est sa seconde médaille olympique, après l’argent brésilien. La Française Rouguy Diallo termine loin, seulement 9e (14,38 m).

Jacobs, successeur de Bolt

Au sein d’une finale du 100 m très ouverte, grâce aux absences des Américains Trayvon Bromell (éliminé en demies) et Christian Coleman (suspendu), c’est l’Italien Lamont Marcell Jacobs qui a été couronné roi. Auteur du record européen, déjà battu en demi-finales, il a cette fois couru en 9.80 ! Il devance sur la ligne l’Américain Fred Kerley (9.84) et le Canadien Andre de Grasse (9.89).

JO – Athlétisme : Lamont Marcell Jacobs en or sur le 100 m masculin

Les autres résultats

Les demi-finales du 100 m haies dames a eu lieu, et la Portoricaine Jasmine Camacho-Quinn n’a pas fait dans le détail. Elle a d’ores et déjà écrasé le précédent record olympique, et le record du monde est en danger. Propriété de l’Américaine Kendra Harrison (12.20), il ne tient plus qu’à un fil. Avec un temps incroyable de 12.26, elle partira évidemment bien placée pour la finale qui aura lieu demain.

Sur 800 m hommes, le parcours de Pierre-Ambroise Bosse (France) s’arrête là. Il n’a pas réussi à imiter Gabriel Tual (France), qualifié lui pour la finale qui aura lieu mercredi. Bosse, qui a explosé aux 500 mètres, n’a rien pu faire dans une demie très relevée. Le favori botswanais Nijel Amos a chuté, mais a fait appel et sera bien de la partie.

Enfin, sur 400 m haies hommes, Karsten Warholm (Norvège) et Rai Benjamin (États-Unis) ont déjà eu l’occasion de se mesurer. Placés dans la même demi-finale, ils ont respectivement terminé premier et deuxième, et auront le droit au dénouement final. Tous les favoris se sont qualifiés, au contraire des Français Ludvy Vaillant et Wilfried Happio, éliminés.

Discipline phare des Jeux olympiques, l’athlétisme a répondu présent une fois de plus, offrant des moments de liesse incroyables, à la hauteur des déceptions d’autres. Et parce que trop souvent un seul vainqueur est couronné, la finale de saut en hauteur masculine a prouvé au monde entier que parfois, on gagne plus à triompher ensemble.

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire