ATP

JO – Tennis (H) : à qui l’or, pour qui les larmes ?

Ce samedi débute le tournoi olympique de tennis à Tokyo. En quête d’une médaille d’or qui manque encore à son palmarès, Novak Djokovic partira favori en les absences de Rafael Nadal, Dominic Thiem ou Roger Federer. Le Serbe parviendra-t-il à entretenir ses espoirs de « Golden Slam » en s’offrant le quatrième titre des cinq nécessaires pour le réaliser ?

 

Un an après un report économiquement très coûteux pour le Japon, les Jeux olympiques de Tokyo ont (enfin) débuté dans la capitale nippone. Cette édition se déroule dans des conditions bien particulières, puisqu’aucun spectateur n’est présent en tribunes. Des restrictions qui en ont repoussé plus d’un, à commencer par deux légendes du jeu : Roger Federer et Rafael Nadal. Si des motifs physiques ont été avancés par les deux compères, il est fort probable que le huis clos ait joué dans leur décision de faire l’impasse sur ces JO. Leurs absences sont loin d’être les seules. Thiem, Berrettini, Shapovalov, Bautista, Wawrinka, Delbonis, Garin, Ruud, Goffin, Dimitrov, Raonic, Sinner : tous ont, pour une raison ou une autre, déclaré forfait pour le tournoi tokyoïte.

 

Une revanche à prendre pour le Djoker

De son côté, Novak Djokovic est en mission. Vainqueur des trois premiers Grands Chelem de l’année, le n°1 mondial est en course pour réaliser le premier Golden Slam de l’histoire du jeu. Pour cela, le Serbe devra glaner l’or sur ces Jeux olympiques et s’imposer du côté de l’US Open, dans un mois et demi. Médaillé de bronze en 2008, il retrouve l’Asie treize ans plus tard avec l’ambition d’accrocher une nouvelle breloque à son tableau de chasse, cette fois-ci d’une tout autre couleur.

Battu en demi-finales par Rafael Nadal à Pékin, Novak Djokovic a connu pareil sort quatre ans plus tard contre Andy Murray. Privé d’une deuxième médaille de bronze en 2012 par Juan Martín Del Potro, il est arrivé à Rio courant 2016 avec l’ambition d’assouvir sa soif de titre olympique. Que nenni, c’est encore l’Argentin qui est venu briser son rêve dès le premier tour.

Ses larmes séchées, Djokovic a traversé une longue période de doute avant de revenir tout en haut de la hiérarchie mondiale. Numéro un mondial aussi incontesté qu’incontestable, il a enchaîné les titres majeurs ces derniers mois. Actuellement, personne n’a semblé réellement en mesure d’inquiéter le Serbe lorsqu’il a évolué à son meilleur niveau. Au point même de se demander si son principal adversaire à l’occasion de ces Jeux olympiques 2020 ne serait pas lui-même…

 

Un statut à assumer pour Medvedev et Tsitsipás

Les principaux concurrents du Djoker pour la conquête du Graal ont tous un point commun. Qu’il s’agisse de Daniil Medvedev, Stéfanos Tsitsipás, Alexander Zverev ou Andrey Rublev, tous disputeront leur première olympiade à Tokyo. Bien qu’ayant également remporté des tournois majeurs sur dur, le format au meilleur des trois sets pourrait être à double tranchant pour Alexander Zverev. Avec moins de marge d’erreur, notamment au service, l’Allemand devra faire preuve d’une extrême rigueur pour ne pas quitter prématurément le tableau.

Si Andrey Rublev ne cesse quant à lui de progresser ces derniers mois, sa panoplie est toujours moins étoffée que celle d’un Medvedev ou d’un Tsitsipás. Que cela soit en défense, au retour ou du fond de court, les têtes de série n°2 et 3 disposent de plus d’armes pour rivaliser avec l’homme fort du circuit. Medvedev devra néanmoins se méfier d’un premier tour (très) piégeux contre Bublik.

 

Qui pour des surprises ?

Čilić, Hurkacz, Karatsev, Sonego… Ces noms ne triompheront probablement pas dans la capitale japonaise, mais leurs profils en font des joueurs à surveiller lors de cette édition 2020. Multiple finaliste en Grand Chelem sur surface rapide, Marin Čilić a retrouvé quelques sensations ces derniers temps. Si sa constance est toujours un gros point d’interrogation, le Croate pourrait être un poil à gratter pour les têtes de série, à condition de trouver rapidement ses marques.

Demi-finaliste à l’Open d’Australie et vainqueur à Dubaï, Aslan Karatsev (tête de série n°13) est également en capacité de surprendre. S’il accuse un peu le coup dernièrement, le Russe reste un client sur la surface de par son style de jeu tout en puissance.

Dans un autre registre, Hubert Hurkacz (tds n°7) a montré tout l’étalage de sa panoplie et de son talent en gagnant à Miami et en atteignant les demi-finales de Wimbledon. Comme Čilić, le Polonais a eu du mal à faire preuve de constance ces derniers mois, mais ses certitudes au service et dans son jeu vers l’avant pourraient lui permettre de jouer les trouble-fêtes.

Afficher l’image source

Crédit photo : Desporto

On gardera aussi un œil sur Lorenzo Sonego (tds n°13), toujours très expressif sur un court de tennis et dont les résultats récents ont prouvé qu’il était capable de performer sur toutes les surfaces. Et lorsqu’on voit sa débauche d’énergie raquette en main, difficile de ne pas être impatient de le voir défendre les couleurs de son pays.

 

Les tableaux de simple :

 

Qui succèdera au (double) tenant du titre Andy Murray ? Si le Britannique ne sera pas l’un des favoris à sa succession, sa seule présence au Japon réjouira déjà de nombreux amateurs de tennis. En espérant un nouvel exploit retentissant de sa part après des années de galère ?

 

Crédit photo de l’image en Une : Getty Images

Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire