Extreme Rules

Jour pour jour : Extreme Rules 2013

Nous sommes le 19 mai 2019. Il y a 6 ans, jour pour jour, se déroulait le PPV ” Extreme Rules 2013 ” depuis le Entreprise Center de St. Louis, Missouri.

Voici le résumé de ce Pay Per View :

1. Chris Jericho veut sa revanche face à Fandango (08:34)

– Après la surprise de WrestleMania, à savoir une victoire Fandango sur Y2J, ce dernier veut sa revanche. Meilleur encore que le duel initial, ce match donne le ton pour débuter la soirée. Fandango se sort du Walls of Jericho, mais ne peut se relèver d’un Codebreaker en mid-air, Y2J aura eu le dernier mot.

2. Kofi Kingston défend son United States Title contre Dean Ambrose (06:47)

– Ambrose a ce soir l’opportunité de s’arroger un titre en solo. Kingston ne compte pas lâcher son titre pour autant et cette intensité nous offre quelques jolies séquences. C’est le leader du Shield qui l’emporte avec son Dirty Deeds, célébrant avec ses frangins du Shield, et marque le début d’un (très) long règne.

3. Sheamus affronte Mark Henry dans un Four Corners Strap match (07:57)

– Première stipulation de la soirée et.. un Strap match. D’accord. Vince Russo, t’es là ? On a quelques lenteurs, et Sheamus a le meilleur sur la plupart des spots. Un Brogue Kick permet au Celtic Warrior de toucher les quatre coins pour gagner.

4. Alberto Del Rio et Jack Swagger s’affrontent pour déterminer l’aspirant n°1 au titre de Dolph Ziggler en I Quit match (11:17)

– En substance, c’est plutôt bon. Après, l’opinion de votre rédacteur est puremet subjective et.. (j’ai détesté cette rivalité). Swagger et Del Rio utilisent des armes, et les corps sont mis à mal par des Kendo Sticks. Colter et Rodriguez interviennent et Swagger passe tout proche de faire abandonner Del Rio avec son Patriot Lock. Mais c’est El Patron qui tire son épingle du jeu avec sa fameuse clé de bras.

5. La Team Hell No défend ses titres WWE Tag Team contre Roman Reigns et Seth Rollins dans un Tornado Tag (07:22)

– Ici, on peut féliciter l’initiative de la stipulation, puisqu’elle rappelle des moments de ce TLC du feu de dieu en 2012. À la surprise générale, c’est les Hounds of Justice qui ont le meilleur sur Bryan et Kane, et remportent les titres par équipe. Soirée pionnière pour le Shield qui se couvre d’or.

Shield

wwe.com

6. Randy Orton se mesure au Big Show dans un Extreme Rules match (13:00)

– Fruit d’une rivalité qui dure depuis ce WrestleMania, et cette fois-ci dans la stipulation éponyme. Orton et Show nous offrent une rencontre solide, et font ressortir le côté “Extreme” du PPV. Show manque de se tuer en s’écrasant dans une structure improvisée à base de chaises et d’une échelle et se relève du RKO. Orton l’emporte avec son Punt Kick. Oui, le Punk Kick. Damn.

Orton Big Show

wwe.com

7. John Cena et Ryback s’affrontent en Last Man Standing pour le titre de la WWE (23:00)

– Ah, vous l’aviez oublié ce push de Ryback.. Honnêtement, c’est loin d’être mauvais et Ryback passe plusieurs fois très proche de l’emporter. Par contre, Cena a triomphé du Rock un mois auparavant et n’est pas près de lâcher son titre. Le finish voit Ryback envoyer Cena dans le décor avec un Spear monstrueux. Les deux hommes ne se relèveront pas et la rencontre se solde en no-contest.

Cena Ryback

wwe.com

8. Brock Lesnar prend sa revanche face à Triple H dans un Steel Cage match (20:07)

HHH surprend Brock pendant son entrée (désolé pour les fans de Motörhead), lui donnant l’avantage. Une chaise s’invite rapidement à la fête et comme si cela ne suffisait pas, Triple H a raporté son Sledgehammer. On ne s’en doutait (presque) pas. Le combat est éprouvant et carrément stylé. Heyman intervient et tape là où ça fait mal. Lesnar en profite et envoie la tête de HHH dans les gradins avant de conclure avec son F5. Solide.

Lesnar Triple H

wwe.com

Dans la droite lignée d’un WrestleMania correct, sans toutefois être exceptionnel, ce Extreme Rules aura eu son lot de stipulations. On retiendra la fin de rivalité entre Lesnar et Triple H, le finish entre Cena et Ryback, mais surtout le moment fondateur du Shield, qui ressort de ce Pay Per View paré d’or.

Poster un commentaire

justo dapibus pulvinar dolor. risus adipiscing commodo fringilla velit, accumsan libero luctus