Catch

Jour pour jour : WCW Slamboree ’99

Nous sommes le 09 mai 2019. Il y a 20 ans, jour pour jour, se déroulait le PPV ” WCW Slamboree ’99 ” depuis St. Louis dans le Missouri.

Voici la carte du show estampillé : Watch Rules and Bones Shattered in the Comfort of your Own Home.

1. Raven et Saturn VS Billy Kidman et Rey Misterio Jr. VS Chris Benoit et Dean Malenko (17:28)

– L’affiche est alléchante et se place parfaitement en opener. Le public est chauffé à blanc alors que le match commence sur les chapeaux de roue. Un des gros points positifs du combat est que chaque équipe apporte un style différent, offrant des altercations intéressantes. On a malheureusement quelques longueurs, et c’est Raven qui l’emporte avec son DDT alors que Saturn était sur le point d’abandonner.

2. Konnan VS Stevie Ray (06:10)

– À oublier, encore et encore, et encore. Si ce n’est pas suffisement clair, regardez ce match et faites vous votre opinion. Atroce du début à la fin, ce match se place en sérieux candidats des pires matches de la WCW.

3. Bam Bam Bigelow VS Brian KnobbsHardcore match (11:29)

– Pas de quoi casser trois pattes à un canard. Pas de musique d’entrée (d’accord..) On se Knobbs et Bigelow se frappent avec à peu près tout et n’importe quoi sans véritable cohésion pendant près de 10 min. Bigelow l’emporte avec une Suplex à travers une table dans les vestiaires.

4. Booker T VS Rick Steiner pour le WCW TV Title (11:08)

– La rencontre est plutôt lente et ne convainc pas vraiment. Booker a connu de meilleurs jours et Rick Steiner est complètement largué. Une intervention de Scott est plus que présivible et devinez quoi ? C’est ce qui lui fait remporter le titre. On dit : Bravo Scotty Steiner !

Google Images

5. Gorgeous George (Molly Holly) VS Charles Robinson (10:39)

– Little Naitch’, accompagné par Ric Flair affronte la future Molly Holly, accompagnée par Randy Savage. L’imitation de Flair est poussée jusque dans les moindres détails et c’est plutôt amusant. C’est George qui l’emporte et qui permet à Randy Savage de revenir à la WCW.

Google Images

6. Scott Steiner VS Buff Bagwell pour le WCW United States Title (07:11)

– Steiner domine largement le match qui peine à convaincre. Bagwell fait un comeback qui ne mène à rien. Une collision avec l’arbitre (ah.. WCW) permet à Rick d’intervenir et de permettre à son frère Scott de l’emporter ! On dit : Bravo Ricky Steiner !

7. Ric Flair VS Roddy Piper (12:10)

– Le gagnant du match deviendra le président de la WCW, ce qui, pour l’époque, est plutôt une punition qu’un honneur. Little Naitch est l’arbitre, ce qui profite largement à Flair. Ce dernier l’emporte (grâce à l’intervention de Double A et de son manager) avec un coup de poing américain. Mais Eric Bischoff s’interpose et retourne la décision ! Comme quoi, plutôt simple de devenir le président de la WCW. Plus sérieusement, ce match est le parfait exemple du main event standard WCW de l’époque : overbooking, des interférences à gogo et des compétiteurs bien trop agés.

Flair VS Piper

Google Images

8. Goldberg VS Sting (08:17)

– L’affiche aurait pu être GI-GAN-TES-QUE. Fin 97, Sting remportait le titre et Goldberg était invaincu. Trève d’enthousiasmes, ce match est tout juste moyen. Un début de rencontre poussif étonne. C’est seulement lorsque cela devenait intéressant qu’on a.. une intérférence ! Bret Hart (qui avait quitté la compagnie, mais pourquoi pas) fracasse Goldberg avec un coup de chaise. Les Steiner Brothers viennent ensuite attaquer les deux hommes. Hein ?

Sting VS Goldberg

Google Images

9. DDP VS Kevin Nash pour le WCW World Heavyweight Title (18:21)

– DDP était le face, et Nash le heel. Pour ce match, Nash s’est booké face et booké DDP en heel. De fait, le public est confus et nous aussi. DDP porte son finish sur Nash à l’extérieur. C’est long. C’est ennuyant. Randy Savage intervient (le nombre de runs-ins dépasse l’entendement) et Nash est disqualifié. C’était sans compter sur Bischoff qui relance le match ! Nash l’emporte avec son Jacknife et devient Champion de la WCW !

Il n’y a que l’opener à retenir de ce PPV qui est l’exemple type du foutoir qu’était la World Championship Wrestling à l’époque. Le niveau global est à pleurer et on a de la peine pour ceux qui ont payé. Ce Slamboree ’99 est disponible à la demande sur le WWE Network.



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
libero quis vel, libero eget ipsum lectus ut Donec