Journée 18 d’Euroleague : Le résumé du 10/01/2020

0
Euroleague
Ligue 1

Retour sur les résultats de la deuxième soirée de la 18e journée d’Euroleague. Une soirée marquée par la défaite de l’ASVEL, le come-back manqué du Khimki Moscou ou encore la victoire de l’Anadolu Efes dans le choc du soir.

L’ASVEL battu sur le fil :

Dans une confrontation face à un concurrent direct pour les phases finales, l’Étoile Rouge de Belgrade, l’ASVEL s’est incliné sur le fil. Après avoir dominé pendant toute la première mi-temps, les joueurs de Zvevdan Mitrovic ont vu leurs adversaires grignoter petit à petit leur retard. Les serbes ont même fini par passer devant en fin de rencontre, avant un money time haletant. Le suspens était présent jusque dans les dernières secondes, mais Kevin Punter a fini par climatiser l’Astroballe à quelques secondes du terme.

Victoire finale 83 à 80 de l’Étoile Rouge de Belgrade, qui consolide ainsi sa place dans le Top 8.

Le Khimki manque de peu le comeback :

Dans ce choc 100% russe, le Khimki n’est pas passé loin d’un joli retour face au Zenith St Petersbourg. Toutefois, malgré une nouvelle performance XXL d’Alexey Shved (30 pts, 5 rbd, 6 ast), les moscovites n’ont pas réussi à combler l’intégralité de leur retard. Le début de match est très équilibré, les deux équipes prenant chacune leur tour l’avantage. Aucune équipe ne creuse un véritable écart, seul un point sépare les deux équipes à la pause (+1 Zénith). Les coéquipiers d’Andrew Albicy (6 pts) passent cependant la seconde dans le troisième quart-temps, infligeant un 19-5 aux locaux. Mais derrière Alexey Shved et Janis Timma (17 pts), le Khimki Moscou va revenir avec un 14-3 pour revenir à une possession. Le Zenith résiste, et ne laissera jamais son adversaire passer devant, s’assurant ainsi la victoire.

Succès 83-81 pour le Zenith St Petersburg, qui recolle ainsi au classement avec l’Alba Berlin et le Zalgiris Kaunas, également à cinq victoires. Le Khimki quitte pour sa part le Top 8.

Mike James porte le CSKA Moscou :

Après une défaite la semaine passée face au Panathinaïkos dans un match fou, le CSKA Moscou devait réagir. Et, malgré une frayeur en fin de rencontre, les moscovites ont plutôt bien contrôlé la rencontre et sont repartis avec le succès. Le CSKA ne perd pas de temps et inflige un 11-2 au Bayern Munich dès la fin du premier quart-temps pour prendre les devants. Sous l’impulsion de Mike James (27 pts, 5 rbd, 7 ast) et Darrun Hilliard (20 pts, 7 rbd), les russes vont creuser l’écart et compter jusqu’à 16 pts d’avance à la pause. Toutefois, le Bayern Munich ne perd pas espoir et va s’accrocher. Les bavarois vont peu à peu réduire l’écart, bien aidés par un Greg Monroe toujours aussi dominant dans la raquette (20 pts, 10 rbd), et même revenir à un petit point au cours du dernier quart-temps. Le CSKA plie mais ne rompt pas, et encore grâce au duo James / Hilliard va reprendre une avance plus confortable pour finir la rencontre.

Score final de 84 à 77 en faveur du CSKA Moscou. Les moscovites sont 5e, avant de se déplacer chez le leader, le Real Madrid, la semaine prochaine.

L’Olympiakos résiste jusqu’au bout :

L’Olympiakos a serré les dents mais l’Olympiakos s’est imposé face à Valence. Dans un match très disputé, les deux équipes sont toujours restées proches au tableau d’affichage, mais si les espagnols ont couru après le score presque toute la rencontre. L’Olympiakos a multiplié les runs (12-4 dans le QT2, 12-1 dans le QT3) pour prendre les devants, mais Valence n’a jamais laissé son adversaire filer. Illustration de ce propos : aucune équipe n’a dépassé les 10 pts d’avance au cours de ce match. Les deux équipes arrivent dans le dernier quart-temps au coude à coude. À 3 min de la fin, les deux équipes sont encore à égalité (80-80). Les grecs vont alors passer un 5-0 aux valencians, un écart qu’ils vont plus ou moins conserver jusqu’au terme de la rencontre, malgré un Vanja Marinkovic (20 pts) auteur de 9 pts dans les deux dernières minutes côté espagnol.

Victoire au bout du suspens 93-91 pour l’Olympiakos, qui se replace à deux victoires du Top 8 et à une victoire de son adversaire du soir.

Le choc du soir pour l’Anadolu Efes :

Dans ce choc entre le deuxième et le troisième de l’Euroleague, ce sont les turcs de l’Anadolu Efes qui se sont imposés aux dépens de Barcelone. Bien lancés par un Shane Larkin déjà en forme (26 pts, 5 rbd, 5 ast), les coéquipiers d’Adrien Moerman et Rodrigue Beaubois (5 et 3 pts) prennent rapidement les devants. Barcelone reste au contact mais n’arrive pas à prendre les devants. Pendant trois quart-temps, l’Anadolu Efes va conserver l’avantage (excepté quelques secondes dans le QT2), avant que les choses sérieuses ne commencent. On entre alors dans le quatrième quart-temps, et Barcelone va enfin prendre l’avantage. Les catalans infligent un cinglant 15-2 à leurs adversaires grâce notamment à trois tirs primés de Kyle Kuric (11 pts). En face, personne ne cède à la panique et on répond même par un run de 14-4 pour revenir à hauteur. À 82-82 et moins d’une minute à jouer, Shane Larkin va alors se montrer clutch en inscrivant les quatre derniers points du match pour donner la victoire à son équipe.

Victoire sur le fil de l’Anadolu Efes 86-82 qui leur permet de rester au contact du Real Madrid en tête du classement. Barcelone reste pour sa part troisième avant de se déplacer en Israël dans une semaine pour affronter le Maccabi Tel-Aviv, actuel quatrième.

Beaucoup de matchs serrés lors de cette fin de 18e journée d’Euroleague. L’ASVEL a toutefois manqué une occasion de réintégrer le Top 8, et devra se ressaisir dans une semaine sur le parquet d’un Fenerbahçe qui retrouve la forme.

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here