Kenny Lala : du bleu de la Meinau à celui de Clairefontaine ?

Élu meilleur joueur de Ligue 1 en décembre, Kenny Lala n’en finit plus d’impressionner les observateurs. Retour sur la saison étourdissante du strasbourgeois.

L’incarnation du latéral moderne

Offensif, technique et décisif dans les trente derniers mètres, Kenny Lala possède toutes les qualités de l’arrière droit type d’aujourd’hui. Des caractéristiques qui s’illustrent en chiffres : en vingt matchs de Ligue 1 cette saison, le natif de Villepinte a signé quatre buts et sept passes décisives. Il est donc impliqué sur 11 buts, soit 29% des réalisations du RC Strasbourg cette saison. Des statistiques qui le propulsent à la quatrième place des meilleurs passeurs de Ligue 1, tout en étant le défenseur ayant marqué le plus de buts.

Également tireur de coups de pied arrêtés, Lala joue donc un rôle majeur dans la belle saison des pensionnaires de la Meinau qui occupent la sixième place du championnat. Avec 1,8 passes clés en moyenne par match, il est le premier défenseur et 17ème au classement des joueurs en faisant le plus en Ligue 1, à égalité avec Cabella, Pepe ou encore Mbappé. Le numéro 27 strasbourgeois effectue également 1,6 centres en moyenne par match, le dixième meilleur total dans l’hexagone et le deuxième pour un défenseur.

Lala face au PSG en décembre dernier (crédit photo : L’Equipe)

Malgré un tel apport offensif, Lala multiplie également les tâches défensives. L’arrière-garde de Strasbourg peut notamment se targuer d’être la sixième meilleure défense de Ligue 1. Grâce à de grandes qualités de tacle mais aussi de relance et de dribble, l’arrière droit de 27 ans est un atout précieux pour récupérer et ressortir le ballon depuis une position basse.

Décisif dans les moments clés

L’une des forces de Kenny Lala est également sa capacité à prendre ses responsabilités et à sortir son équipe d’un mauvais pas. Atout numéro de Strasbourg, c’est lui qui a tiré et marqué le pénalty égalisateur face au PSG en décembre dernier (1-1). Lors du dernier match de Strasbourg en Ligue 1, il débloque la situation au bout du temps additionnel face à Bordeaux pour offrir la victoire aux siens (1-0).

Les performances de Lala ont également été remarquées en Coupe de la Ligue, compétition dont Strasbourg disputera la finale en mars. Lors de la demi-finale remportée 3-2 face à Bordeaux, Kenny Lala est impliqué sur les trois buts de son équipe et a été l’un des acteurs principaux de la remontée de Strasbourg, mené 1-0 avant le quart d’heure de jeu.

Un sérieux prétendant aux Bleus

Un tel niveau de jeu amène nécessairement la question de l’Equipe de France, notamment lorsque l’on connaît les difficultés en club des habitués du couloir droit Pavard et Sidibé, respectivement 16ème et 17ème des championnats allemands et français avec Stuttgart et Monaco.

Benjamin Pavard évoluant principalement en défense centrale avec Stuttgart, la comparaison de ses statistiques en club avec celles de Kenny Lala serait dépourvue de sens. Cependant, les performances très moyennes de l’arrière droit des Bleus lors de ses dernières sorties avec l’Equipe de France posent la question de sa légitimité en tant que titulaire.

En revanche, la comparaison statistique se tient avec Djibril Sidibé, qui évolue sur le côté droit en club aussi bien qu’en sélection, ainsi qu’avec Ruben Aguilar, le montpelliérain étant fréquemment cité aux côtés de Lala pour venir garnir l’aile droite des Bleus que l’on sait dépourvue de véritable patron. Talentueux aux avant-postes comme dans le secteur défensif, le profil du strasbourgeois pourrait séduire Didier Deschamps.

Par ses performances avec Strasbourg et en comparaison chiffrée avec ses principaux concurrents à son poste, Kenny Lala s’approche incontestablement des portes de l’Equipe de France. Au point que Deschamps les lui ouvre, lui qui est si peu enclin au changement ? Réponse à la fin du mois de mars, période des prochains matchs des Bleus qui affronteront la Moldavie et l’Islande.

A propos de l'auteur

Plus à l'aise stylo en main que balle au pied. Etudiant en journalisme mais avant tout fan inconditionnel de football.

Poster un commentaire

dolor. id ut leo. amet, eget mi, pulvinar Aliquam venenatis, Donec