Kyrgios : « Roland Garros craint »

Alors que Nick Kyrgios s’entrainait avec Andy Murray à Wimbledon, ce lundi, le fantasque australien a déclaré lors d’une vidéo Instagram que « comparer à Wimbledon, Roland Garros craint ». Une phrase qui risque de faire jaser, quelques jours après des déclarations polémiques et une disqualification lors du tournoi de Rome.

 

Un ovni. Nick Kyrgios est un joueur et une personnalité à part dans le monde du tennis. L’attitude et la communication de l’australien détonnent dans un milieu de plus en plus aseptisé. Pour le meilleur…et surtout pour le pire.

Mercredi dernier, il pleut sur Rome. Une bonne occasion pour les médias de recueillir les impressions et les pensées des joueurs. Interrogé pour le podcast NCR tennis, l’Australien pose le cadre : « Je dois être honnête ? Ouch… J’ai des opinions assez tranchées sur certaines personnes… ». Tranchées, et tranchantes :

 

 

« Verdasco est la personne la plus arrogante du monde. Il ne dit pas bonjour. Il n’a aucune humilité, aucune perspective sur les choses. ».

 

 

Pas vraiment besoin de sérum de vérité, l’homme est sans filtre. Et que pense t-il du numéro un mondial Novak Djokovic ?

 

 

« J’ai l’impression qu’il a une obsession maladive : être aimé. Il veut être comme Roger. Il veut tellement être aimé que je ne peux pas le supporter. C’est un des plus grands champions de ce sport, un des meilleurs de l’histoire, et je pense qu’il dépassera le nombre de Grands Chelems de Federer. Mais on parle d’un mec qui a abandonné à l’Open d’Australie parce qu’il faisait trop chaud. Peu importe le nombre de Grands Chelems qu’il gagnera, il ne sera jamais le plus grand pour moi. Tout simplement parce que je l’ai affronté deux fois, et désolé, si tu ne peux pas me battre, tu n’es pas le plus grand de l’histoire (…) On est trop différent. Il faut l’accepter. ».

 

 

 

Peu friand de la célébration du Serbe, il a déjà prévu son coup :

 

 

« C’est embarrassant. Si je l’affronte et que je le bats, je ferai sa célébration devant lui. Ce sera hilarant, non ? ».

 

 

Et Rafael Nadal, il en pense quoi Nick ?

 

 

« C’est dangereux d’en parler. C’est mon opposé total. C’est quelqu’un de très excessif. Quand il me bat, tout va bien : il dit que tu es un adversaire difficile, que tu as bien joué”, a-t-il observé. “Mais quand je l’ai battu, il est passé en mode : ‘Il ne me respecte pas, il ne respecte pas mes fans, il n’a aucun respect pour le jeu’. Mais de quoi il parle ? J’avais déjà joué de cette façon lors des fois où je l’ai battu et rien n’a changé. Rien n’a changé. J’avais joué comme ça il y a quelques années quand il m’avait battu à Rome et je n’ai pas changé ».

 

 

Mais le 36ème au classement ATP sait aussi distribuer les bons points. C’est encore Sa Majesté Federer qui reçoit les lauriers : « Son talent brut est hors concours. Je l’ai vu jouer contre Taylor Fritz (à l’Open d’Australie) et ses mouvements, ses préparations, la façon dont il lit le jeu… Il sera toujours le GOAT (greatest of all time, ndlr) ». Des compliments à la résonance décuplée, vu la facilité déconcertante avec laquelle le aussie dézingue ses partenaires du circuit. Mais à chasser le naturel, il revient en bondissant. Le natif de Canberra ne peut s’empêcher de remettre une couche sur Djokovic alors qu’il complimentait Andy Murray :

 

 

« Avec Murray, vous allez voir des lobs, des volées, du slice. Il sait comment jouer. Mais j’ai l’impression que Djokovic, lui, ne sait pas vraiment quoi faire. Si vous jouez au tennis de table avec lui, il ne va pas rater une seule balle. Je l’avais vu jouer à Monte-Carlo et il ne ratait rien, cela ressemblait presque à du mini tennis, où il faut juste jouer avec le bras ».

 

 

Mais l’aventure romaine de Nick le terrible ne s’arrête pas là. Le lendemain, alors qu’il est opposé au norvégien Ruud, l’Australien pète les plombs. Après avoir écopé d’un jeu de pénalité pour langage grossier envers des spectateurs, il explose sa raquette avant de jeter sa chaise sur le court et de partir sous les sifflets des spectateurs ébahis. Une disqualification qui ponctue une semaine animée pour l’enfant terrible du tennis.

 

 

Kyrgios commence à se construire une nouvelle spécialité où le titre de numéro un mondial lui semble promis : « complimenter pour mieux critiquer ». Ce lundi, dans une vidéo diffusée sur son compte Instagram, Kyrgios fait l’éloge de Wimbledon tout en taclant  Roland Garros :

 

 

« Wimbledon est le meilleur tournoi au monde, je n’ai vraiment pas hâte d’aller à Paris. Roland Garros craint par rapport à Wimbledon »

 

 

Une déclaration qui intervient alors qu’il s’entrainait avec Murray à Wimbledon et à une semaine du Grand Chelem parisien. Pas la préparation idéale pour la terre battue parisienne.

 

L’accueil à Roland Garros risque d’être électrique pour un Nick Kyrgios qui pourrait encore nous gratifier d’un nouveau dérapage. Le tirage au sort sera lui aussi scruté avec une attention particulière. Kyrgios-Djokovic sur le central ? On espère ça avec impatience.

 

À lire aussi :

https://wesportfr.com/atp-rome-nadal-titre-9eme-fois/

 

Crédit photo : Yahoo sport

A propos de l'auteur

"Il faut souffrir pour être beau"...Supporter de l'OM mais toujours moche In Russell Westbrook we trust #whynot

Poster un commentaire

Sed libero porta. sit elementum lectus risus vulputate, commodo