La Bretagne Classic pour Matthews

0
Ligue 1
crédits photo : le télégramme

Après le sacre de Deignan ce matin chez les dames, la classique homme est elle revenue à Michael Matthews. Courue sous un temps plus favorable que ce matin, la course a été un grand rayon de soleil. 

Remi Cavagna animateur de la course

Champion de France du chrono et dauphin au championnat d’Europe hier, le coureur de la Quickstep a été plus qu’entreprenant sur les premières heures de course. D’abord accompagné de plusieurs coureurs, l’Auvergnat s’est isolé à 100 km de l’arrivée. Avant de se trouver seul en tête, il avait notamment avec lui Roskopff, De Tier ou encore Bizihigitov de la formation Astana.

C’est à une centaine de kilomètres de l’arrivée alors que l’échappée n’avait plus qu’une minute d’avance que le Clermontois a pris seul la tête. Un moment suivi un temps par De Tier et Rosskopff. Toutefois, trop fort, l’Auvergnat a rapidement fait capituler ses anciens compagnons d’échappée. Seul devant, il a ensuite longtemps résisté au peloton qui le poursuivait. Toutefois, bien qu’il soit en forme, il fut repris à plus de 50 km du but. Ce moment-là marqua le début d’une course de mouvement qui mena le peloton jusqu’à la ligne.

Une approche du final mouvementée

D’abord rejoint par un coureur, Remi Cavagna s’est ensuite relevé à quelques quarante kilomètres de l’arrivée. Offensive dans le final, la formation Groupama-FDJ a longtemps pesé sur la course. En effet, dans la dizaine de coups sortis dans le final, presque tous comprenaient un FDJ. Le plus souvent, c’était Romain Seigle ou Olivier Le Gac, qui suivaient ces attaques. Malheureusement aucun des groupes qui aura essayé de sortir ne jouira de plus de 30” d’avance. C’est donc sans grande surprise que l’on a retrouvé un peloton groupé à une petite vingtaine de kilomètres de l’arrivée.

Secoué par de nouvelles attaques, le peloton a vu sortir un nouveau groupe. Celui-ci était un duo composé de Sergio Henao et d’Olivier Le Gac. Encore une fois, ce mouvement fut infructueux et les deux fuyards durent rendre les armes à moins de 10 km du but. Encore une fois, le peloton se trouva donc groupé à 5 km de la ligne.

Florian Sénéchal tente sa chance, Michael Matthews intouchable 

Jusqu’alors très discret, Florian Sénéchal s’est mis en évidence dans les cinq derniers kilomètres. Suivant d’abord l’attaque d’un coureur de l’excellente formation Delko, le Nordiste s’est ensuite retrouvé dans un groupe de costauds. Sorti sous l’impulsion de Nils Eekhoff, ce groupe était composé de sept éléments. En dehors des deux précédemment cités, ces costauds étaient Mezgec, Fedeli, De Gendt, Simmons et Matthews. Sous l’égide d’Eekhoff se groupe arriva tant bien que mal groupé et devant le peloton au 500 m. C’est à ce moment-là que le Néerlandais lança le sprint. D’abord dépassé par Mezgec, Matthews produit son effort à 180 m de la ligne pour aller remporter facilement la course devant le Slovène et Sénéchal.

Absent depuis le Tour de Lombardie, Michael Matthews signe donc ici un retour gagnant. On notera également l’excellente course collective des Nippo-Delko-One-Provence qui placent Fedeli dans le top 5 et Grosu à la 12e place. 

Sport en directMercato Football

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here