La course au trône de l’Est

Alors que depuis quelques années l’Ouest se renforce et devient de plus en plus compétitif, malgré l’hégémonie des Warriors, l’Est a toujours été le théâtre d’une domination sans partage du King. Plus faible que la conférence Ouest, l’Est n’a pas été le théâtre de vraies rivalités ou d’une vraie compétition depuis l’arrivée de LeBron James au Heat, soit depuis 2011 et sa défaite face à Dallas en Finale. Depuis, que ce soit au Heat ou aux Cavaliers, LeBron a toujours marché sur l’Est pour arriver en Finale, et ce malgré les Bulls de Derrick, les Pacers de George ou les Raptors de DeRozan et Lowry. Mais aujourd’hui, LeBron James est un membre des Los Angeles Lakers, et de ce fait ne sévira plus sur l’Est. Véritable aubaine pour les autres stars de cette conférence, qui ont toutes un coup à jouer pour accéder au trône et à la Finale. Quels sont les principaux joueurs concernés ? Quelles sont leurs chances ? Étudions ensemble ce dossier. 

Elles sont nombreuses, ces équipes qui rêvaient de voir partir LeBron pour enfin espérer accéder au dernier palier des Playoffs. Sixers, Bucks, Celtics et Raptors ont un bon coup à jouer, et peuvent compter sur leurs stars, souvent jeunes, pour prendre le relais du King. LeBron n’est plus à l’Est, on peut donc débattre sur le meilleur joueur de l’Est, entre Giannis, Kawhi et Kyrie notamment, voire Embiid pour certains utopistes. Mais lequel de ces joueurs emmènera son équipe le plus loin ? 

1) Les Boston Celtics, entre jeunesse, expérience et talent. 

Ah, Boston. Qu’elle fut compliquée cette saison passée, entre l’horrible blessure de Gordon Hayward dès les 5 premières minutes du premier match et les autres blessures, dont celle de Kyrie. Ce qui ne les a pas empêché de finir à la deuxième place de l’Est, grâce à des jeunes magnifiques (Tatum et Brown notamment), mais aussi des vétérans très sérieux, tels Al Horford, et surtout au coaching parfait de Brad Stevens. Pour les Playoffs, les Celtics ne pouvaient donc pas profiter du talent d’Hayward et d’Irving, a priori les deux leaders. Pas de leaders donc ? Pas de problème ! Un parcours magnifique jusqu’en Finale de Conférence contre les Cavs, derrière des jeunes incroyables de maturité et de talent, à l’image de Tatum. Les jeunes de Boston ont emmené les Cavs jusqu’à un Game 7, après avoir écarté les Bucks du Greek Freak et les Sixers et leur Process, et ce sans leurs deux meilleurs joueurs. Imaginez donc seulement jusqu’où cette équipe peut aller, maintenant que le King est parti et qu’Irving et Hayward sont de retour. Difficile de ne pas les imaginer en Finale de Conférence, voire en Finale. Irving – Brown – Hayward – Tatum – Horford, coachés par Stevens, plus un banc très sérieux ? Orgasme tous les soirs dans le Massachussets.

 

 

2) Les Toronto Raptors, enfin leur tour ?

Si vous habitez dans une grotte à l’autre bout du système solaire, vous ne savez pas encore que Kawhi Leonard est le nouveau franchise player au Canada (du moins, s’il accepte de jouer.) Échangé avec Danny Green contre DeMar DeRozan et trois cacahuètes, Kawhi est vraisemblablement le nouveau meilleur joueur de l’Est, du moins s’il revient avec toutes ses capacités. La saison dernière fut magnifique à Toronto, première place à l’Est + meilleur bilan de franchise, rien que ça. En Playoffs néanmoins, le problème était encore et toujours le même : un ovni venu d’Akron, qui porte le numéro 23. LeBron James était une véritable malédiction pour les Raptors, et les derniers Playoffs n’ont pas échappé à la règle : un sweep retentissant infligé par un LeBron ultra-dominant. Résultat ? Dwane Casey viré, malgré sa saison régulière très sérieuse et un titre de Coach de l’Année. Cette année, les Raptors n’ont plus à craindre le cyborg 23, et se sont renforcés… en tradant, de façon assez injuste, le meilleur joueur de leur histoire. Ceci dit, Kawhi Leonard a un Derozan dans chaque main, et son duo avec Kyle Lowry peut très vite dominer l’Est. Est-ce enfin l’heure pour les Raptors ? Si ce n’est pas cette saison, étant donné qu’il serait étonnant de voir Kawhi prolonger, ça ne sera jamais. Raptors, voici votre heure : il est enfin temps d’établir une vraie hiérarchie à l’Est, avec vous à sa tête. 

 

(Soobum Im-USA TODAY Sports)

 

3) Les Philadelphia 76ers, un avenir radieux.

Compliqué de trouver une équipe avec un meilleur avenir, excepté peut-être les Celtics. De jeunes joueurs, pétris de talent et d’ambition, prêts à dominer leur conférence. Ben Simmons et Joel Embiid sont les visages de cette jeune franchise. L’un est un meneur dans un corps d’ailier-fort (coucou LeBron et Magic), qui a juste besoin d’un shoot pour être top 5 meneur. L’autre est un pivot dominant et excellent défenseur. Les deux sont encore loins de leur “prime” (moment de leur carrière d’un joueur où celui-ci est à son meilleur niveau). Mais il serait injuste de pas mentionner les Markelle Fultz, qui ne demande qu’à pleinement exploiter son potentiel, J.J Reddick, Saric, et autres. L’année dernière 3ème de l’Est sous Brett Brown, et éliminés par Boston en demi-finale de conférence, les Sixers ne demandent qu’à grandir en maturité et expérience avant de rouler sur la concurrence. L’année prochaine sera peut-être encore un peu tôt pour espérer une Finale, mais les prochaines années de la Grande Ligue seront marquées du sceau de Phila.

 

(Getty Images)

4) Les Milwaukee Bucks, freaks en demi-teinte. 

Khris Middleton, Giannis Antetokounmpo (écrire son nom demande plus d’efforts qu’un marathon), Eric Bledsoe sont les principales têtes d’affiche de cette équipe tantôt éclatante tantôt décevante. Cette équipe est capable, sur le papier, d’atteindre les Finales de Conférence. Elle possède vraisemblablement le meilleur espoir de la ligue, puisqu’on rappelle que Giannis a seulement 23 ans, et tournait cette saison passée en 27 – 10 – 5 -1,5 – 1,4, bonjour le code WIFI. La dernière saison, si elle fut éclatante du côté du Greek Freak, fut plus décevante pour la franchise. Une septième place méritée, pour une équipe qui a enchainé les hauts et bas et s’est fait éliminée dès le premier tour par Boston. Cet été, l’équipe s’est renforcée au poste de pivot, qui restait l’un des points faibles des Daims, avec Brook Lopez. Jason Kidd ayant été écarté de l’équipe au milieu de la saison dernière, c’est Mike Budenholzer qui reprendra les Bucks cette saison, et rien que pour cette raison, on attend beaucoup mieux de la part de la bande à Giannis. 

 

(From fansided.com)

 

Les Celtics, Raptors, Sixers et Bucks sont probablement les favoris pour reprendre le trône de l’Est. L’Est, bien que moins fort que l’Ouest, redevient un terrain compétitif où plusieurs franchises peuvent espérer retrouver ses hauteurs. D’autres équipes comme les Pacers ou même les Wizards se frottent les mains, la course aux Playoffs de l’année prochaine s’annonce passionnante. Qui de Giannis, Kawhi, Kyrie ou Joel s’assoira sur le trône de l’Est ? Rendez-vous cette saison pour suivre ce feuilleton ensemble. 

 

A propos de l'auteur

Actuellement étudiant en école de commerce, fan de sport, surtout d'une certaine ligue qui me fait me réveiller à 2h pour regarder un Atlanta@Detroit. #ThunderUp #DajeRoma

Commentaires

  • Avatar
    Benjamin Abgrall (@BenjiGrall)
    27 juillet 2018

    Très bon article Alexandre, bravo !!

Poster un commentaire

quis, elit. dapibus Aenean mi, in Lorem tempus libero. Praesent ipsum