La descente aux enfers de l’AS Monaco

Racheté fin 2011, l’AS Monaco devient vite un des cadors de Ligue 1 après son retour dans l’élite. Qualifiés chaque année en coupe d’Europe, Monaco réalise sa meilleure saison en 2016/2017 avec une demi-finale de Ligue des Champions face à la Juventus et un titre de champion de France. Cependant, la politique de l’ASM ne permet pas de jouer dans la cours des grands chaque année et celle-ci connaît ses limites.

 

L’apogée d’un projet

Le 17 mai 2017, l’AS Monaco est champion de France pour la huitième fois de son histoire et met fin à la série du PSG qui régnait depuis quatre ans sur la Ligue 1. Ce titre est la consécration pour une équipe monégasque qui atteint son point culminant après une saison plus que réussie avec une demi-finale de ligue des champions atteinte après avoir éliminé le Manchester City de Guardiola après une double confrontation renversante et le Borussia Dortmund avant de s’incliner face à la Vieille Dame.
Cette saison fut l’apogée de ce projet monégasque, consistant à dénicher des pépites aux quatre coins de l’Europe avant de les revendre à prix d’or. L’effectif version 2016/2017 est de loin le plus fourni depuis le rachat du club avec Bernardo Silva, un grand Falcao qui signait 31 buts toutes compétitions confondues, un Thomas Lemar qui montre toute l’étendue de son talent et la révélation Kylian Mbappé notamment.

Transition difficile

Cependant, Monaco peine à confirmer. En effet, l’ASM conserve sa politique de recrutement et cède pendant le mercato estival Bernardo Silva et Benjamin Mendy à Manchester City pour respectivement 50 et 57 millions d’Euros. Mais les dirigeants cèdent également Tiemoue Bakayoko à Chelsea pour 40 millions d’Euros et craquent finalement en vendant leur crack Kylian Mbappé au PSG pour 145 millions d’Euros hors bonus. Monaco se renforce donc logiquement avec notamment la signature des prometteurs Keita Balde Diao et Youri Tielemans provenant respectivement de la Lazio de Rome et d’Anderlecht.

Malgré les renforcements du mercato estival, la politique de recrutement monégasque semble rapidement montrer ses limites avec une élimination précoce en Ligue des Champions dans un groupe pourtant abordable pour les Monégasques avec Leipzig, Besiktas et le FC Porto.Les principales recrues que sont Youri Tielemans et Keita Balde sont décevantes, de même pour les cadres champions de France Fabinho et Thomas Lemar. Les monégasques terminent finalement l’exercice 2017/2018 à la deuxième place après une lutte acharnée avec les Olympiques Lyonnais et Marseillais, et ce malgré une déroute au Parc des Princes 7 buts à 1 face au PSG, qui est finalement un avant goût de la saison 2018/2019.

 

Crise inévitable

Les mercatos se suivent et se ressemblent pour l’AS Monaco. En effet l’ASM se sépare de ses cadres Fabinho (Liverpool), Thomas Lemar (Atletico Madrid) mais également Joao Moutinho qui fut l’une des premières grosses recrues après le rachat du club. La déception Keita Balde est prêtée à l’Inter Milan et Rachid Ghezzal signe dans les derniers instants du mercato à Leicester pour 14 millions d’Euros. Comme à chaque mercato estival, le club de la Principauté va dénicher des jeunes talents avec les arrivées du phénomène italien Pietro Pellegri (17 ans) en provenance du Genoa et de Willem Geubbels en provenance de Lyon. Monaco réalise également un énorme coup en signant Aleksandr Golovin en provenance du CSKA Moscou pour 30 millions d’Euros, auteur d’un très bon mondial avec la Russie et qui intéressait fortement Chelsea. Le mercato monégasque se ponctue par l’arrivée de l’international belge Nacer Chadli en provenance de West Brom. L’ASM a également signer d’autres joueurs prometteurs tels que Henrichs, Ahoulou et Grandsir.

Mais cette fois-ci, la mayonnaise ne prend pas. Malgré une victoire 3-1 face au FC Nantes à la Beaujoire lors de la première journée de Ligue 1, Monaco peine à enchaîner. Leonardo Jardim a du mal à faire avec un effectif qui change chaque saison et enchaîne une série de dix matchs sans victoire toutes compétitions confondues.

Leo out, Titi in

Une défaite 2-1 face à Rennes, et Leonardo Jardim est remercié par les dirigeants monégasques après quatre ans de bons et loyaux services. Thierry Henry prend le relais avec pour mission de redresser une équipe 19ème de Ligue 1. Mais Thierry Henry peine lui aussi à relancer l’effectif, en débutant par une défaite 2-1 à Strasbourg. Il est actuellement sur une série de 6 matchs sans victoire et il reste sur deux déroutes à domicile face à Bruges et à Paris (4-0).

Monaco est une équipe qui aujourd’hui est en crise. Après la grosse saison 2016/2017, les dirigeants monégasques n’ont pas chercher à se renforcer en préférant garder la même politique en revendant ses cadres à prix d’or. Le projet monégasque s’est essoufflé et la mayonnaise ne prend plus. Le licenciement de Leonardo Jardim a encore plus enfoncé l’ASM dans la crise; ce licenciement est injuste car celui-ci n’est pas responsable de la descente aux enfers monégasque, on le voit avec Thierry Henry qui peine à s’imposer sur le banc monégasque. Les réels responsables de cette crise sont bien les dirigeants, qui cherchent plus à générer du profit en vendant leurs cadres chaque année plutôt que de chercher des succès nationaux voire continentaux.  qui aurait pu être possible en conservant leurs cadres tels que Kylian Mbappe, Bernardo Silva ou Thomas Lemar tout en se renforçant.

Crédit photo : France 3

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

A propos de l'auteur

Fan de la Premier League, mais aussi de Eden Hazard.

Poster un commentaire

consequat. felis velit, libero. ut eleifend diam mattis ipsum Aliquam risus non