Basketball

La disparition d’un joueur, la naissance d’un coach

Brandon Roy, une carrière sublime mais si tragique. Ce joueur de génie capable de marquer sur n’importe quelle défense, sur n’importe quel joueur, dans n’importe quelle position : en somme, inarrêtable le Brandon. Peu de gens se rappellent de lui, pourtant il fut Rookie de l’année en 2007, puis 3 fois d’affilées All Star : de 2008 à 2010. Il fut l’âme des Portland Trail Blazers de 2007 à 2010, l’époque où ses shoots clutchs faisaient tremblés la planète NBA et ce ne seront sûrement pas les Rockets qui vous diront le contraire.

Dès sa saison rookie, on voyait le talent de ce jeune joueur, ses stats parlant d’elles-mêmes : 16,8 points, 4 passes décisives, 4,4 rebonds et 1,2 interceptions par matchs, tout ça en 57 matchs joués et 35 minutes sur le terrain !

Les années passèrent et Brandon augmenta petit à petit sont niveau de jeu, jusqu’à atteindre les 22 points par match durant la saison 2008-2009. Cet même saison en décembre 2008 où il martyrise les Phoenix Suns en marquant 52 points en 14 shoots et 19 lancers francs. Tout le monde alors voit en cette équipe mené par sa star Brandon Roy un bel avenir. C’est alors en fin d’année 2010 qu’on apprend une tragique nouvelle : Brandon souffre d’arthrite au genou gauche. Un véritable coup dur pour cette étoile montante, mais aussi pour cette équipe de l’Oregon qui voyait en Brandon une star autour de laquelle on pouvait construire un effectif solide. A noter que les dirigeants venaient notamment de lui offrir un contrat de 82 millions de dollars sur 5 ans. Brandon joue alors de moins en moins à cause de ses douleurs au genou mais les Trails Blazers arrivent tout de même à se qualifier en Playoffs. C’est durant le quatrième match du premier tour, contre les Dallas Mavericks, Brandon brillera pour la dernière fois. Alors qu’ils sont menés de 23 points en fin de troisième quart-temps, il réussit à ramener son équipe et à arracher la victoire en marquant le game winner. Brandon marqua 18 points dans cette fin de rencontre et quitte le terrain en larmes. En dépit de ses douleurs, ce jeune prodige avait réussi à redevenir, l’espace de 40 minutes, le héros qu’il était. Par la suite, après une année totale d’arrêt, durant la saison de 2012 à 2013, il fera un court passage aux Minnesota Timberwolves mais sans réel impact.

Alors pourquoi vous raconter l’histoire de ce fantôme des parquets ? Il n’y a pas si longtemps de cela, j’ai vu une vidéo de B-Roy faisant un discours d’encouragement à des jeunes et je peux vous dire que même moi j’en ai frissonné, impressionné par ce joueur qui est passé par tant de malheurs et qui arrivent toujours à inspirer tant de jeunes de la nouvelle génération.

J’ai appris un peu plus tard qu’il est devenu coach pour une équipe lycéenne de Seattle, Nathan Hale. Après avoir pris l’équipe sous son aile, l’ancien arrière scoreur a fait passer l’équipe d’un bilan de 3-18 à un bilan exceptionnel de 22-0. Il réussit même à gagner le titre en finale de la Seattle Metro League ! Premier titre de l’établissement depuis 1992. Pour illustrer l’impact même de B-Roy et de cette remontée extraordinaire digne de Coach Carter, il faut savoir que Steve Ballmer, propriétaire des Los Angeles Clippers, a assisté au match depuis les gradins. On retrouve notamment dans l’équipe entrainé par B-Roy, un certain Michael Porter Jr qui dès la saison prochaine jouera à l’Université de Washington, l’université où a joué Brandon.

Malgré un genou en mille morceaux, Brandon continue à faire vivre sa passion d’une façon différente, non plus comme joueur mais en tant que coach. La passion du sport ne s’arrête pas à la simple pratique. Et qui sait ? peut-être qu’un jour Brandon Roy entraînera une équipe sur les parquets de la Nation Basketball Association.

Adnan ZOLIC.



Sport en directMercato Football Ligue 1
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

To Top
suscipit libero ut Donec lectus consectetur tempus ipsum Aenean Praesent