La France démarre par une défaite contre le Danemark

Pour ses premiers championnats du Monde en tant que sélectionneur de la France, Philippe Bozon ne s’attendait sans doute pas à devoir composer avec des absents aussi importants. Sans Stéphane Da Costa, Antoine Roussel, Pierre-Edouard Bellemare ou encore Yohan Auvitu, les Bleus démarraient ce midi leur opération maintien face à un des deux adversaires les plus abordables, le Danemark.

Fin de tiers manquée

Dominés et en souffrance durant les premières minutes de la rencontre, les Français allaient pourtant ouvrir la marque, profitant de leur première supériorité. Hecquefeuille allumait un puissant lancer à la ligne bleue que Dahm repoussait, Claireaux s’arrachait sur un rebond qui profitait finalement à Charles Bertrand qui ouvrait la marque. Ce but donnait quelques idées à des Bleus qui ne parvenaient pas à se montrer dangereux outre mesure offensivement et laissaient aux Danois la possibilité de revenir. Les Scandinaves le faisaient payer au prix fort avec leurs unités spéciales. A quatre contre quatre, Storm se faufilait à travers la défense et voyait Claireaux pousser le palet au fond de ses cages, remettant le Danemark à hauteur à 54 secondes du terme de la première période. De quoi finir le premier tiers ? Pas vraiment, puisqu’en supériorité, Lauridsen allumait un slap laser qui laissait Hardy de marbre. En 50 secondes, le Danemark renversait la rencontre.

Les Bleus font la différence

Touchés, mais pas coulés, les protégés de Bozon bénéficiaient d’un coup du sort pour remonter. Alors qu’un changement de ligne était amorcé, Dame-Malka envoyait, du milieu de la glace, un missile qui filait entre les jambières de Dahm. Dans un match pas vraiment spectaculaire mais où chaque percée était synonyme de situation très chaude, Hardy revêtait le temps d’un instant le costume du sauveur. Le cerbère des Ducs d’Angers s’interposait devant Boedker sur un tir de pénalité peu avant la mi-match et laissait son équipe à égalité. Plutôt bons en transition, les tricolores mettaient en grand danger l’arrière-garde danoise et la faisaient plier grâce à leurs « snipers ». Sur un contre, Fleury récupérait un rebond consécutif à un tir de Tim Bozon et poussait le palet dans le filet désert. Moins de deux minutes plus tard, en powerplay, Claireaux armait une puissante reprise sur une passe de Rech et laissait Dahm impuissant. Toutefois, les Bleus n’avaient pas le temps de se reposer sur ce petit matelas d’avance puisque dans les instants qui suivaient, Eller nettoyait la lucarne d’Hardy.

Une défaite, mais des signes positifs

En tête d’un petit but à l’entame de la dernière période, les Français manquaient l’occasion de remettre un coup derrière la tête de leur adversaire lorsque Leclerc, en contre, manquait de peu la lucarne. Une opportunité manquait qui se payait cher. Après une supériorité infructueuse, les Danois parvenaient tout de même à égaliser lorsque Jensen, au milieu de trois défenseurs, réceptionnait une passe et poussait le palet au fond. Dans une fin de match de folie, les Bleus pensaient faire la différence mais ni Fleury, parfaitement servi au deuxième poteau mais manquait le cadre, ni Rech, qui heurtait le poteau, ne parvenait à convertir la bonne période de domination. Les tricolores étaient même à deux doigts de la catastrophe lorsque Storm envoyait un palet vers une cage déserte, mais Thiry réalisait un superbe sauvetage de la crosse. Les deux équipes ne se départageaient pas et devaient se rendre en prolongations. Malgré plusieurs occasions, personne ne comptait et c’est la séance de fusillades qui devait déterminer le vainqueur. Si Texier, premier à s’élancer, ne trompait pas Dahm, Eller, quant à lui, logeait le palet dans la lucarne d’Hardy. Les deux tentatives suivantes, signées Bertrand et Nicklas Jensen, étaient également stoppés avant que Rech, d’un superbe geste n’égalise. Pas pour très longtemps du moins puisque Boedker égalisait dans la foulée. Même scénario sur le quatrième tireur de chaque équipe puisque Treille marquait, mais Storm répondait illico. Damien Fleury devait marquer pour laisser une chance de victoire aux Bleus, mais le capitaine laissait le palet en route et ne parvenaient à tromper Dahm. La France démarre par une défaite dans ses Mondiaux, mais a laissé quelques signes positifs durant cette première partie.

Adrien ROCHER

Crédits Photo : Fabien Campanatto

DANEMARK – France : 5-4 (2-1, 1-3, 1-0, 1-0)

Poule B des Championnats du Monde 2019 à Kosice, Slovaquie

BUTS :

0-1, Charles Bertrand (PP) assisté de Valentin Claireaux et Kevin Hecquefeuille, à 8’55

1-1, Frederik Storm, à 19’06

2-1, Markus Lauridsen (PP) assisté de Frederik Storm et Jesper Jensen, à 19’56

2-2, Olivier Dame-Malka, à 24’08

2-3, Damien Fleury assisté de Tim Bozon et Kevin Hecquefeuille, à 32’21

2-4, Valentin Claireaux assisté d’Anthony Rech et Tim Bozon, à 33’55

3-4, Lars Eller assisté de Mikkel Boedker à 35’29

4-4, Jesper Jensen assisté de Nicklas Jensen et Nicolas Meyer, à 46’34

Tirs aux buts : Réussis : Eller, Boedker, Storm pour le Danemark ; Rech, Treille pour la France.

Manqués : Nicklas Jensen pour le Danemark ; Texier, Bertrand, Fleury pour la France.

Poster un commentaire

lectus venenatis, justo ut ultricies vulputate, felis accumsan odio elementum