La jeunesse dorée d’Arsenal

Il y a un an, les U23 d‘Arsenal devenaient champions de Premier League 2, l’équivalent de la première division chez les jeunes. Auteurs d’excellentes saisons individuelles, de nombreux joueurs auraient pu prétendre à plus que l’équipe B, pour poursuivre leur progression sur les terrains de la Premier League. Seulement, Unai Emery arrivant tout juste au club, il lui fut difficile de composer avec des joueurs dont il ne connaissait rien. Il a donc du faire avec les éléments à sa disposition dans l’équipe première, laissant à ces jeunes quelques matchs de seconde zone, en Europa League ou en Premier League afin de reposer l’équipe première.

 

Mais cet été, le club a changé de stratégie, avec la nomination de Ljungberg comme adjoint d’Unai Emery, lui qui était à la tête de cette fameuse équipe U23 victorieuse, mais aussi le retour d’Edu en tant que directeur sportif, souhaitant lui aussi donner plus de place aux jeunes londoniens. Et Arsenal pourrait bien avoir beaucoup à gagner à leur donner une chance. En effet, les poches se vident au Nord de Londres : Arsenal va enchaîner sa troisième saison consécutive en Europa League, réduisant les rentrées d’argent, et le club vient de faire un mercato ambitieux, avec notamment la signature de Pépé, Tierney, David Luiz, Saliba, pour environ 125 millions (échellonés) au total. Malgré cela, quelques postes restent à renforcer. Je vais donc présenter dans cet article les jeunes Gunners qui ont le plus de chance d’apparaître avec l’équipe première cette saison, en expliquant ce qu’ils peuvent apporter à l’équipe première, à court et à long terme.

 

 

Reiss Nelson

Nelson est surement le joueur le plus attendu cette saison par les supporters. Avant de partir en prêt à Hoffenheim la saison dernière, il avait été nommé joueur de l’année en Premier League 2. Il aurait pu continuer sa progression en Allemagne mais les blessures et le manque de confiance du coach Julian Nagelsmann ne lui ont laissé que peu d’opportunités. Et pourtant, à chaque fois qu’il a pu jouer, il a été bon. Avec seulement 630 min de jeu, il a marqué 7 buts et a été 1 fois MOTM. De retour avec les Gunners pour la pré-saison, on a pu le voir étincelant sur l’aile gauche. Nelson a montré de bonnes qualités d’accélération, d’appels, de dribles. Il est passé devant Iwobi dans la hiérarchie, obligeant ce dernier à rallier Everton pour 40 millions d’euros. S’il veut faire mieux que son prédécesseur, Nelson va devoir être régulier, une qualité qui manquait au Nigérian. Mais cette année, son temps de jeu dépendra surtout de la tactique mise en place par Emery. On sait que c’est le 4-2-3-1 qui a permis aux Gunners de rester 22 matchs invaincus la saison dernière, mais dans ce système, c’est Aubameyang qui sera sur l’aile gauche, cantonnant Nelson au rôle de supersub, primordial mais peu propice à son développement. La solution pourrait être la mise en place d’un 4-4-2 assez offensif en cas de baisse de forme d’Ozil, comme il y en a eu l’année dernière, avec un repositionnement d’Aubameyang dans l’axe. Peu importe, il aura souvent sa chance cette année, à lui maintenant de la saisir, comme il a déjà su le faire contre Newcastle.

 

Joe Willock

Cet été, Arsenal a du laisser partir Aaron Ramsey libre à la Juventus, et se retrouve donc assez limité dans ce secteur de jeu. La signature de Ceballos est une excellente affaire, lui qui est boudé par Zidane au Real Madrid, mais qui étale son talent à chaque fois qu’il en a l’occasion (voir l’intégralité de ses matchs du dernier Euro U21). Mais cette signature n’est qu’un prêt en attendant de pouvoir recruter un vrai remplaçant à la hauteur de Ramsey. Le budget du club est, on le sait, limité, et d’autres postes clés devaient être renforcés (Tierney, Luiz, Pepe, Saliba). Seulement, si Emery maintient son double pivot, Ceballos aura énormément de responsabilités, que ce soit dans la création, mais aussi au pressing, pour harceler les milieux adverses. Ce poste sera donc fatiguant physiquement et un turn-over sera obligatoire, que ce soit en phase de groupes d’Europa League ou contre les plus petits effectifs de PL. Pour cela, Arsenal peut compter sur Joe Willock, l’anglais de 19 ans, formé au club. Que ce soit avec dans les catégories jeunes en club ou en selection, le jeune milieu s’est montré très prometteur. Il a fait une excellente pré-saison qui devrait encourager Emery à lui donner une chance. Evidemment, il est jeune et très inexpérimenté (trois apparitions en Premier League), mais il montre énormément. Il a l’amour de ce maillot et donne tout ce qu’il a pour le défendre. C’est notamment l’un des seuls qui a rendu une prestation correcte lors de la finale de l’Europa League face à Chelsea. Il est capable d’attaquer les espaces libres laissés, par les adversaires, de redescendre chercher des ballons lorsque l’animation offensive faiblit, mais aussi de lancer ses partenaires par de longues passes en profondeur. L’installer durablement en équipe première est un pari, car personne ne sait comment il répondra à la pression de la Premier League, mais il a cette saison une carte à jouer comme doublure de Ceballos. Titulaire contre Newcastle, il a d’ailleurs été très bon en 10, assidu au pressing et utile dans les phases de construction, étalant toutes ses qualités, pour le plus grand bonheur des supporters.

Eddie Nketiah

Alors oui, le joueur dont je vais parler maintenant ne jouera pas à Londres cette saison, mais je tenais quand même à présenter celui qui est l’une des pépites les plus prometteuses d’Arsenal : Eddie Nketiah. Si je décide d’en parler, c’est non seulement parce qu’il sera de retour l’année prochaine, mais aussi parce que cela pourra vous donner envie de le regarder cette année. Prêté au Leeds de Bielsa, Eddie Nketiah aura cette année tout le temps de polir le diamant qu’est son talent. C’est son excellente pré-saison (2 fois MOTM, 3 buts) qui a encouragé le staff à le prêter cette année. Très bon finisseur, capable de conserver le ballon, plein de sang-froid, le jeune Gunner de 18 ans a besoin de jouer pour progresser, et tant pis si cela ne se fait pas à Arsenal. Le voir évoluer sous Bielsa est très encourageant, non seulement lorsqu’on sait le travail qu’il accomplit avec cette équipe de Leeds, mais aussi parce qu’il est connu pour faire progresser les jeunes. Le prêt était la meilleure solution car derrière les mastodontes Lacazette et Aubameyang, il n’aurait eu que peu de temps de jeu. A moins que l’un des deux joueurs quitte le club l’année prochaine, il restera sûrement cantonné au rôle de 3ème buteur, mais cela ne lui fait pas peur. Amoureux de ce club, il a déjà annoncé qu’il se battra pour une place de titulaire sur le long terme, et qu’il utilisera chaque occasion qu’on lui donnera pour montrer sa valeur. 

 

 

Evidemment, Arsenal ne peut pas se permettre d’aligner tous ces jeunes joueurs inexpérimentés régulièrement et va devoir attendre que ceux-ci progressent pour pouvoir les faire jouer. Arsène Wenger le disait lui-même : faire jouer de jeunes joueurs est un investissement, car leur processus d’apprentissage peut souvent coûter des points à l’équipe. Ce n’est que plus tard que ces jeunes pourront apporter une véritable plus-value régulière. On va donc encore devoir attendre avant de voir les John-Jules, Saka, Martinelli, Swith-Rose, Medley, Burton, évoluer dans les divisions supérieures, eux dont le talent est encore à polir. Leur temps viendra, si ce n’est cette saison, dans celles à venir. Bukayo Saka, le jeune ailier de 17 ans le sait. Étincelant lors des matchs de préparation, il affirmait “Notre génération peut intégrer cette équipe d’Arsenal et tout gagner avec elle”. Le ton est donné.

 

Crédit photo : Stuart Macfarlane

Poster un commentaire

elit. quis, Aenean consequat. quis id luctus ipsum