Laver Cup : L’Europe conserve son titre !

Pour la deuxième édition de cette nouvelle compétition, c’est à Chicago que la Team Europe remettait son trophée en jeu face à la Team World, emmenée notamment par John McEnroe sur le banc. Malgré un sursaut d’orgueil en milieu de compétition, Isner, Anderson, Sock, Tiafoe, Kyrgios et Schwartzman n’ont pu empêcher les Européens (Federer, Djokovic, Dimitrov, Zverev, Goffin et Edmund) de remporter leur deuxième Laver Cup en autant d’éditions.

 

Le récit d’un week-end show

Le premier jour, les matchs ne valant qu’un point, ce sont donc les moins bien classés de leur équipe qui démarrent en simple (réservant les meilleurs pour les matchs du samedi et du dimanche valant plus de points). C’est ainsi que Grigor Dimitrov faisait face à Frances Tiafoe, que Kyle Edmund affrontait Jack Sock, et enfin que David Goffin croisait le fer avec Diego Schwartzman. Trois premiers matchs équilibrés sur le papier, mais qui tournent (déjà) en faveur de l’Europe. 3-0 pour les Bleus avant le premier double, point à priori fort de la Team World (en rouge). Pour cette première rencontre de double, Bjorn Borg (capitaine de la Team Europe) avait fait le choix de donner du plaisir aux spectateurs en alignant deux des plus grandes légendes du jeu côte-à-côte à savoir Novak Djokovic et Roger Federer. Résultat, du spectacle mais une défaite, face à la paire Anderson/Sock (6-7/6-3/10-6).

Résultat de recherche d'images pour "laver cup 2018"

Source : The Sport Review

Le samedi commençait à laisser place aux (très) grosses affiches. Dans un remake de la finale du Masters 1000 de Miami, Alexander Zverev pris sa revanche sur le géant américain John Isner (10-7 au super tie-break), avant que Roger Federer ne livre un véritable récital face à Nick Kyrgios pour permettre à son équipe de faire un premier break (7-1 pour l’Europe, les matchs du jour comptant désormais double). Lors de la night session, Novak Djokovic lâche à la surprise général des points face à Kévin Anderson, dans l’affiche-remake de la finale de Wimbledon (7-6/5-7/10-6), avant que le double des Rouges ne fasse une nouvelle fois des dégâts (avec Sock en chef de file) pour réduire l’écart et permettre à leur équipe d’y croire encore. 7-5 le samedi soir.

Résultat de recherche d'images pour "laver cup 2018"

Source : Libération


Le dimanche, les matchs comptent triple et c’est un double qui ouvre l’ultime journée de compétition. Toujours super solides, les Américains John Isner et Jack Sock disposent de Roger Federer et Alexander Zverev au terme d’une fin de match époustouflante ! Les locaux exultent et envahissent le court après un dernier revers boisé de Zverev : ils sont pour la première fois en tête au tableau d’affichage (8-7) ! Les coéquipiers de Nick Kyrgios auront donc réalisé un week-end parfait niveau double avec un beau 3/3. Cependant, ils ne sont qu’à 1/6 en simple, et cette tendance finira par leur être fatale.

En effet, bien que malmené face à Isner, Federer fini par s’en sortir 10-7 au super tie-break, pour remettre son équipe dans l’avancée. De même, alors qu’il paraît globalement dominé par Kévin Anderson, Alexander Zverev s’arrache pour dominer le Sud-Africain sur presque le même score que son coéquipier suisse (6-7/7-5/10-7) et ainsi offrir le titre à son continent !

Résultat de recherche d'images pour "zverev laver cup 2018"

Source : Fox Sports

 

Cette deuxième édition de la Laver Cup aura encore été un succès. Bien que décimée sur la ligne de départ (pas de Nadal, de del Potro ou encore de Shapovalov), l’ambiance, le spectacle et le suspens auront été au rendez-vous. Il est vrai, le concept de ce week-end de tennis est séduisant. Cependant, il continue toujours de faire grincer des dents ou de laisser indifférent une partie de la planète tennis considérant que le scénario est surjoué, et que la Laver Cup est un concurrent desservant la Coupe Davis, et suscitant une somme importante d’argent (ce qui reste un débat délicat ces derniers temps dans le monde de la petite balle jaune). La prochaine édition retournera en Europe et se déroulera à Genève, en 2019.

 

Grégoire ALLAIN (@GregoireAln)

A propos de l'auteur

Surnommé l'électron libre. Fan de Rafa, et heureusement car ce n'est ni l'OL ni le Stade Français qui satisfont mon capital victoires chaque week-ends. Bon sinon, je réussis quand même à être objectif dans mes articles, sauf quand il s'agit d'écrire sur pourquoi le PSG peut-il un jour gagner la Ligue des Champions.

Poster un commentaire

justo lectus sem, Praesent elit. commodo felis quis ipsum Sed ut