LDLC ASVEL trop fort pour la Jeep Elite?

1
Ligue 1



Alors que nous sommes pratiquement au tiers de la saison de Jeep Elite, LDLC ASVEL, grand favori pour le titre de champion, est déjà bien installé au chaud, en tête de peloton. Surtout, c’est l’impression dégagée par cette équipe qui impressionne. Avec 8 victoires pour 2 défaites, les Rhodaniens se permettent même parfois de faire souffler des cadres, afin de les préserver pour la coupe d’Europe, où le club de TP est obligé de marquer des points et les esprits, pour justifier son invitation à l’Euroleague l’année prochaine. En tout cas pour le moment, tout roule sur le plan national. Alors trop fort cet ASVEL?

Des résultats déconcertants

Victoire sereine à Monaco, 30points dans la musette d’Antibes, 12pts d’écart lors de la victoire à Gravelines, 24pts de plus que Fos lors de la venue des sudistes, victoire de 18pts pour calmer une JDA en feu, victoire à Chalon, contre Le Mans… Bref, en 10 rencontres, le club Villeurbannais n’a que rarement été en difficulté. Surtout, les hommes de Mitrovic donnent l’impression de dominer outrageusement leur sujet: ils sont la 2ème meilleure attaque du championnat, derrière les pistoleros Chalonnais, avec plus de 84pts de moyenne, mais également la 4ème meilleure défense avec seulement 74.5pts de moyenne encaissés, soit un différentiel de 10pts par match! Tout bonnement impressionnant. Les deux défaites concédées sont de plus à relativiser : la défaite subite à Pau, où les joueurs ne semblaient pas concernés et où le board s’est permis de faire souffler certains joueurs en vue du choc contre le Zénith 3 jours plus tard, est clairement assumée. L’ASVEL ne venait pas pour gagner et cela s’est vu pendant 3 quart-temps. Et les coéquipiers de Slaughter ont même failli réaliser un old-up en toute fin de match. Mais l’essentiel était ailleurs et l’Astroballe a frémi, quelques jours plus tard, après la large victoire des siens contre les Russes. L’autre défaite concédée est en revanche plus “logique”: la SIG a tout simplement été meilleure que Villeurbanne, au terme d’un très bon match de basket. C’est véritablement la seule fois où les hommes de TP ont été dominés depuis le début de saison. Où ils n’étaient pas maître de la situation. Car même en Euroleague, l’ASVEL est en bonne posture: mis à part une défaite logique à Valence et un revers à Trento, 5 victoires sont venues s’ajouter à ce très bon départ, dont une fessée infligée au Zenith donc, un succès contre Valence ou encore une superbe victoire à Belgrade, face au Partizan. L’ASVEL pèse, que ce soit au niveau national ou sur le plan continental.

Un effectif bâti pour l’Europe

Si le départ est aussi bon, le club Villeurbannais le doit en grande partie à son effectif taillé pour tout raser : Darryl Watkins et John Roberson, des joueurs qui ont pu poser problème la saison passée, n’ont pas été conservés. Kahudi, Slaughter, Nelson, Lighty, Noua, Jean-Charles ou encore Kaba ont eux décidé de poursuivre l’aventure Lyonnaise. Beaucoup rêveraient de n’avoir ne serait-ce que la moitié de ses tops joueurs dans son effectif. De plus, Miro Bilan, révélation de Jeep Elite la saison passée du coté de Strasbourg est arrivé pour renforcer la raquette, alors que Mantas Kalnietis est débarqué de Milan pour compléter un secteur extérieur déjà bien fourni. Surtout, l’ASVEL peut s’appuyer sur un centre de formation très performant : Théo Madelon ne cesse d’impressionner et rester sur un match à 20pts contre le champion de France en titre Le Mans, record en carrière. A 17ans, cette pépite Française est attendue dans le top 10 de la draft 2020. Le club compte aussi sur Charles Galliou mais surtout Sofiane Briki, jeune joueur revenu au club après son cursus INSEP et qui représente l’avenir du club, à 19 ans. Ce roster est capable de jouer sur deux tableaux, sans soucis. Et c’est un avantage, pour un club qui ambitionne de jouer l’Euroleague, dès la saison prochaine. Et qui doit donc à tout prix marquer les esprits.


Objectif : être près pour 2019/2020

Car si Parker a obtenu une wild-card pour disputer la compétition Européenne reine la saison prochaine, l’objectif sera d’y perdurer. Et ce ne sera pas chose aisée tant les superpuissances déjà présentes (Fener, Réal, CSKA, Olympiakos…) disposent de plusieurs longueurs d’avance. L’effectif actuel devra également être modifié pour être le plus compétitif possible. Mais en attendant, il suffit largement au bonheur de la Green Army. Car il n’est pas usurpé de penser que LDLC ASVEL peut décrocher un doublé qui serait fantastique avant de s’attaquer au gratin Européen. Même si le temps d’adaptation sera forcément important, il faudra convaincre, et vite, pour garder sa place parmi les meilleurs.

En tout cas, fort d’un début de saison fantastique, d’un horizon dégagé, d’un budget qui devrait augmenter (aux alentours de 10M d’euros) et d’une nouvelle salle prévue pour 2021, le moral Villeurbannais est au beau fixe. Reste maintenant à prouver que le club mérite son invitation. Et se faire sa place en Euroleague. Le plus dur démarre maintenant ! 



Sport en directMercato Football

1 COMMENT

  1. Quinze fôtes d’orthographe. Vous n’avez personne pour vous relire, non ?
    Sinon, sur le fond, je suis d’accord avec vous. Quand on fait jouer 4 jeunes par match – avec TM dans le starting five – ça veut dire qu’on a de la ressource derrière. Mais le véritable nouvel atout s’appelle Mitrović.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here