Le bilan de la saison 2018 de l’EF Education First

L’équipe américaine n’a pas connu une saison bien glorieuse en cette année 2018 avec notamment ses deux leaders Rigoberto Uran et Sep Vanmarcke, incapables de peser sur la course et heureusement que des Woods, Martinez et Phinney ont été satisfaisants. Le bilan des victoires n’est pas très bon : six victoires seulement dont deux en World Tour (merci la Vuelta) !

 

Trois coureurs qui sortent la tête de l’eau

Commençons avec les bonnes choses. Le Canadien, auteur d’une saison plus que convaincante, même si il n’est pas rentré dans un Top 10 d’un Grand Tour. – il avait fini 7e de la Vuelta l’an dernier – Woods a pris une belle 2e place sur Liège – Bastogne – Liège, battu par le coup de poker des Quick-Step Floors et de Bob Jungels et surtout une excellente fin de saison avec sa victoire émouvante au Balcón de Bizkaia sur la Vuelta, sa médaille de bronze lors des championnats du monde et deux 4e place sur les courses italiennes de fin de saison.

Passons ensuite au colombien de 22 ans, recruté l’hiver dernier chez Wilier Triestina – Selle Italia : Daniel Felipe Martínez. Le grimpeur de Soacha est entré dans quatre Tops 10 sur les courses par étapes d’une semaine pour sa première année dans le World Tour : 3e du Tour de Californie, 5e du Colombia Oro y Paz, 6e du Colorado Classic et 7e du Tour de Catalogne. Martinez a ensuite joué les équipiers pour Uran et Woods sur le Tour de France et sur les courses d’un jour de fin de saison. Son objectif en 2019 ? Confirmer !

Après plusieurs saisons difficiles, Taylor Phinney semble retrouver une bonne condition comme l’atteste sa 8e place sur Paris-Roubaix et ses deux Tops 10 sur la Grande Boucle. Si son retour se confirme, il sera un coup de main sur les classiques de printemps pour ses leaders.

 

Deux leaders pas au sommet de leur forme

Comme je le disait en intro, les deux leaders de cette formation ont connu une saison difficile. 2e du Tour de France l’an dernier, Uran a été contraint à l’abandon sur les routes de la Grande Boucle à cause de sa chute sur l’étape des pavés. Pourtant, sa préparation s’était bien déroulée en terminant 3e de la première édition du Colombia Oro y Paz en y remportant une étape, en terminant 10e de Tirreno-Adriatico et surtout deuxième du Tour de Slovénie. Rigoberto a dû se contenter des seconds rôles sur le Tour d’Espagne – 7e du classement général et sur le Tour de Lombardie – 4e.

Le Flandrien Sep Vanmarcke n’a lui aussi pas peser sur la course avec certes une troisième place sur le Omloop Het Nieuwsblad et sur A travers la Flandre mais lors des Monuments, il s’est contenté des miettes : 13e du Ronde et 6e de l’Enfer du Nord.

A un degré moindre, le vainqueur du Omloop Het Nieuwsblad 2011, le batave Sebastian Langeveld n’a retrouvé le chemin des podiums comme l’an dernier sur Paris-Roubaix.

 

Pierre Rolland dans le flou

Autre déception pour nous français, la saison assez famélique de Pierre Rolland. Pourtant avec sa 8e place sur le classement général du Dauphiné, l’été pouvait s’annoncer radieux mais son Tour de France a été raté d’abord il devait jouer les équipiers pour Uran puis en tant qu’électron-libre. Ensuite, Pierro a tenté d’enfin remporter une étape sur la Vuelta mais en vain puisqu’il a été piégé sur l’arrivée au sommet de la Sierra de la Alfaguara par Ben King notamment. Afin de retrouver des couleurs, le natif de Gien retourne en France en 2019 après trois saisons au sein de la formation américaine puisqu’il a signé chez Vital Concept – B&B Hôtels.

 

Des sprinteurs pas très fringuants

Enfin, du côté des sprinteurs, ce n’est pas la franche rigolade. Sacha Modolo a levé les bras qu’une fois, c’était en février sur le Tour d’Andalousie et il n’a pas capable de lutter avec les Viviani et Bennett sur le Giro. L’autre sprinteur, l’anglais Dan McLay n’a remporté lui aussi qu’un succès – sur le Circuit Cycliste Sarthe et n’est entré que huit fois dans les dix premiers dans un sprint. L’arrivée pour l’an prochain de Moreno Hofland, en plein doute chez Lotto Soudal, ne devrait pas arranger les affaires des “grosses cuisses”.

A propos de l'auteur

Grand fan de sport depuis de nombreuses années en passant par Franck Vandenbroucke, Michael Jordan, Roger Federer et Ayrton Senna.

Poster un commentaire

libero ipsum adipiscing elit. consectetur amet, Curabitur ut neque.