Basketball

Le Bilan des Pelicans 2019

Nouveau bilan de fin de saison avec une équipe dont la saison a été plombé par la mauvaise gestion de sa superstar : les New Orleans Pelicans

La Draft :

Un seul choix, en 51e position, moment choisi par les Pels pour sélectionner Tony Carr, arrière scoreur de Penn State. Après une Summer League décevante, il a décidé d’aller jouer un an en Italie, plus précisément à l’Auxilium Turin puis à Cantù.

La saison 2018-2019 :

Dell Demps et Anthony Davis, deux agitateurs de la saison des Pelicans (Crédits : Clutchpoints)

 

Entre blessures, mauvaise gestion et caprice de sa star, les Pelicans ont vécu une saison plus que pourrie. Avec les arrivées de Julius Randle et Elfrid Payton pour remplacer Demarcus Cousins et Rajon Rondo, on pouvait s’attendre à une saison correcte.

Oui mais voilà, Anthony Davis en a décidé autrement. En demandant son transfert de l’équipe, l’Unibrow a semé la zizanie en Louisiane. Pour autant, le GM Dell Demps ne cédera pas son franchise player (malgré une offre XXL des Lakers) et préférera lâcher Nikola Mirotic pour récupérer Stanley Johnson. Il ne survivra pas au ADrama et sera renvoyé en cours de saison. Comme Magic Johnson plus tard dans l’année.

Entres blessures et mise à l’écart volontaire, Davis finira la saison avec un temps de jeu limité et verra son équipe plonger peu à peu après la mi-février. Difficilement à la lutte avant le All Star Game (bilan de 26-33), l’équipe plongera définitivement après le break en ne remportant que 7 matchs sur 23 disputés, pour finir à la 13e place à l’Ouest. Heureusement que la lottery s’est avérée très clémente avec la franchise du bayou.

MVP de la rédac’ :

Julius Randle, la bonne pioche de l’été (Crédits : The Advocate)

Dans le marasme d’une saison morose, Julius Randle a su prouver que les dirigeants de ‘’Big Easy’’ avaient eu raison de miser sur lui cet été. Avec 21,4 pts et 8,7rbd de moyenne, il s’est affirmé comme une option fiable dans le cinq majeur d’Alvin Gentry. Agent libre cet été après avoir décliné sa player option à 9M de $, il sera intéressant de voir si les Pelicans comptent sur lui pour le futur, sachant qu’il jouera à une position proche de celle que pourrait occuper Zion Williamson. Dans le cas contraire, il devrait trouver preneur assez facilement, plusieurs franchises étant interessées par son profil.

La saucisse de la rédac’ :

Au vu du bordel de la cohue provoquée en partie par sa mauvaise gestion de l’effectif, Dell Demps est notre saucisse made in Pelicans 2019. Après 8 saisons en poste, les caprices d’Anthony Davis auront eu raison de la patience de la propriétaire envers le GM. En même temps, après avoir eu du mal à digérer l’élimination cruelle des Saints face aux Rams (coucou la NFL), Gale Benson n’a pas dû supporter de voir les Pelicans essayer d’imiter le Cirque Pinder. De quoi ternir encore plus le bilan des Pelicans.

Le + / – :

Le + : Le jeu offensif

Le – : La gestion du cas AD

Avis de la rédac’ :

Après une saison 2018 pleine d’espoir et une magnifique 5e place de la Conférence, la Nouvelle Orléans a vécu une saison à oublier très vite. Bilan très moyen pour les Pelicans donc, mais rassurez-vous cher fans, l’avenir s’annonce beaucoup plus radieux. Anthony Davis a été être échangé (enfin) aux Lakers par David Griffin, et la sélection de Zion Williamson avec le 1er choix de la draft va sûrement permettre à l’équipe de vivre une reconstruction très accélérée. Il est peut-être déjà temps de monter dans le bandwagon de l’équipe avant qu’il ne parte sans vous !



Sport en directMercato Football Ligue 1
Écrire un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières publications

Remonter au début
Vous n'avez pas la permission de vous inscrire
id leo. sed at libero ante. et, tempus risus. porta.